oct 222013
 

Grâce à l’enthousiasme des observateurs répartis dans toute la France, les résultats de l’Opération Cymbalaire Fleurs lancée en juin dernier sont là : les pétales des cymbalaires poussant en grandes agglomérations ont globalement une taille inférieure à ceux des villes plus petites. La suite ? Élucider si cette différence est due à un phénomène évolutif lié à la rareté des pollinisateurs en ville ou bien à une offre en ressources nutritives plus faible en milieu urbain dense qu’en milieu rural. Pour cela, le Muséum national d’Histoire naturelle et Tela Botanica invitent tous les curieux de nature et passionnés de botanique à collecter… des graines !

Tentative d'encadrement du temps, Stacey, Parcelle MAP, 13ème Festival des Murs à Pêches, Montreuil-sous-Bois (93)
En juin dernier était lancée par le Muséum national d’Histoire naturelle et Tela Botanica l’Opération Cymbalaire dans le cadre de Sauvages de ma rue, un observatoire du programme de sciences participatives Vigie-Nature. L’objectif : mesurer les pétales de ces petites fleurs violettes qui poussent sur les murs et murets. Grâce à la participation des observateurs qui ont transmis leurs données, Nathalie Machon, chercheuse au Muséum, a pu montrer que les cymbalaires poussant en grande agglomération possèdent des pétales plus petits en moyenne de 1,5 mm que celles d’agglomérations inférieures à 5000 habitants. Ce résultat semble suggérer que les cymbalaires n’investissent pas dans la production de grandes fleurs en milieu densément urbanisé, où les insectes pollinisateurs sont plus rares.

Quels pollinisateurs ?
Le réseau des observateurs du Suivi Photographique des Insectes POLLinisateurs (SPIPOLL), un autre observatoire Vigie-Nature, a apporté sa contribution à l’opération. En effet, des collections de photographies ont montré la présence de différentes espèces sur les fleurs de cymbalaire : bourdon, abeille sauvage, abeille domestique, fourmi… Une collection toute particulière réalisée au cœur de Paris a montré quant à elle que durant 20 minutes d’observation, aucun insecte n’est venu se poser sur les fleurs de cymbalaire. Cette donnée d’absence va dans le sens des résultats de Nathalie Machon. Mais pour l’instant une seule donnée ne permet pas de conclure avec certitude. Affaire à suivre…

Opération cymbalaire : Le temps de la moisson !
Cependant, ces premiers résultats laissent Nathalie Machon songeuse. À quelle cause attribuer la différence de taille des pétales de cymbalaires entre villes plus ou moins grandes ? Les cymbalaires auraient-elles évolué vers la production de petites fleurs en réponse au manque de pollinisateurs dans les milieux densément urbanisés ? Et si c’était dû à un manque de nutriments dans les brèches urbaines des grandes agglomérations ? Afin d’en avoir le cœur net, Nathalie Machon propose de faire pousser au printemps prochain, au Muséum national d’Histoire naturelle, des cymbalaires dont les graines proviennent de toute la France. En grandissant dans le même environnement, avec les mêmes ressources, ces cymbalaires auront tous les nutriments à disposition pour fabriquer de grandes fleurs. Si des différences de taille de pétales persistent, l’Opération Cymbalaire aura mis à jour une évolution du système de reproduction des cymbalaires en fonction de leur habitat, probablement en lien avec la disponibilité en pollinisateurs.

Continue reading »

oct 202013
 
Dahlia coccinea sur mon balcon en automne, Paris 19e (75)

Dahlia coccinea sur mon balcon en automne, Paris 19e (75)
Le retour de températures plus douces a provoqué une belle éclosion de fleurs sur mon pied de Dahlia coccinea qui s’est couvert d’étoiles flamboyantes.

Dahlia coccinea sur mon balcon en automne, Paris 19e (75) Continue reading »

oct 152013
 

Tapis de cosmos (Astéracées) dans le Parc de Passy en automne, Paris 16e (75)
Belle surprise haute en couleurs que cette petite prairie de cosmos installée dans le parc de Passy (Paris 16e) et toujours bien fleurie malgré l’automne déjà bien avancé.

Tapis de cosmos (Astéracées) dans le Parc de Passy en automne, Paris 16e (75) Continue reading »

oct 142013
 

Potée de Phalaenopsis / Lidl

Une vente éphémère samedi 19 octobre 2013 prochain pour cette fleur symbole de séduction,  sensualité et beauté suprême !

Le samedi 19 octobre prochain, l’enseigne reconnue pour son rapport qualité/prix imbattable propose aux amateurs d’orchidées une potée de phalaenopsis avec deux hampes florales entre 60 et 70 cm de hauteur, à seulement 5,99 euros : du jamais vu sur l’hexagone !

Contrairement à une idée reçue, cette orchidée avec ses fleurs aux formes fantastiques n’est pas compliquée à cultiver. D’origine tropicale elle est même très résistante et incroyablement florifère. Aussi pour la découvrir ou la redécouvrir, LIDL lui consacre toute une journée dans ses magasins, le samedi 19 octobre prochain. Pour faire plaisir ou se faire plaisir à prix doux.

Élue par ses clients « Meilleure chaîne de magasins 2012″ dans la catégorie hyper-­marchés et supermarchés, LIDL propose des opérations  « flash » régulières qui mettent en lumière le temps d’une journée des produits immanquables.

oct 122013
 

Mufliers (Antirrhinum majus) dans le parc de Bercy en début d'automne, Paris 12e (75)
Un peu délaissés au profit d’autres fleurs d’été plus à la mode, les mufliers offrent pourtant une floraison prolongée et quand le sol leur convient, ils s’invitent au jardin pour de nombreuses années, passant du statut de fleur annuelle à celui de vivace.

Mufliers (Antirrhinum majus) dans le parc de Bercy en début d'automne, Paris 12e (75)

Joli mélange d’une gueule de loup aux tonalités rose et abricot et d’une plante cigarette, toute aussi florifère.

Continue reading »

oct 122013
 

Violettes cornues (Viola cornuta), Journées des plantes de Courson automne 2011, Essonne
Tant que les températures ne sont pas encore trop froides, il faut planter les violettes cornues, les pensées et autres violas vendues le plus souvent déjà fleuries, mais qui enchanteront vraiment nos balcons et jardins au printemps prochain.