mar 162014
 

Arrachage des tubercules du Dahlia coccinea sur mon balcon en fin d'hiver, Paris 19e (75)
La petite bouture de Dahlia coccinea achetée en mai 2013 est vite devenue une grande plante couverte de fleurs tout l’été jusque tard en automne. L’hiver étant doux, j’ai laissé mon dahlia entrer en repos dans son pot sans protection, mais quand j’ai voulu l’enlever hier pour le déplacer, j’ai eu la surprise de trouver des tubercules énormes.

Arrachage des tubercules du Dahlia coccinea sur mon balcon en fin d'hiver, Paris 19e (75)
Des patates aux dimensions impressionnantes, surtout quand on songe à la taille de la petite bouture achetée. En quelques mois, le minuscule dahlia est devenu géant de tous les côtés.

Je ne vais pas tenter une deuxième année de culture sur mon balcon, j’ai déjà été envahi par ce beau dahlia l’année dernière que j’ai du arroser chaque jour pendant l’été, s’il se montre encore plus vigoureux l’été prochain, je vais être submergé et les plantes autour ne pourraient plus pousser correctement. Mais c’est une belle expérience, je sais maintenant que la culture en pot du dahlia est possible et donne d’excellents résultats.

mar 162014
 

Jardinage sur mon balcon en fin d'hiver, Paris 19e (75)
Le départ très précoce de la végétation précipite les rempotages et les transplantations qui ne peuvent plus attendre. J’ai profité de mon samedi pour jardiner sur mon balcon en changeant des plantes de place et de pots. Un gros chantier !

Jardinage sur mon balcon en fin d'hiver, Paris 19e (75)
Pour mes plantations et rempotages, j’utilise désormais une bâche, ce qui m’évite un peu de nettoyage ensuite. Mais juste un peu, à chaque séance de jardinage, je suis bon pour une grosse séance de ménage ensuite.

J’ai renouvelé deux gros pots (les plus vieux sont utilisés depuis 10 ans déjà), remplacés par des modèles plus hauts et design afin de jouer davantage avec les hauteurs le long de la rambarde. Mais le dépotage des plantes est toujours une épreuve et quel carnage ensuite ! La photo ci-dessus montre le chantier sur le balcon et dans la salle à manger. Difficile de ne pas mettre du terreau partout quand il faut casser les grosses mottes pour pouvoir séparer les plantes et les transplanter ailleurs.

J’ai encore beaucoup à faire : une grande jardinière à renouveler à moitié, un gros pot d’hosta à diviser, des engrais et du compost à épandre dans toutes les potées et jardinières et quand le printemps sera plus avancé, je terminerai les plantations. Quelques bons week-ends de jardinage en perspective.

mar 082014
 

Rendez-vous dimanche 9 février 2014 pour une dernière séance de taille des pêchers, pour voir ou revoir le musée sur l’histoire horticole des murs à pêches et acheter des pommes et des poires.

Pêcher en fleur, photo Klagyivik / Fotolia.com

Ce sera la dernière séance de taille de ce début d’année car certains pêchers sont déjà en fleur. Vous apprendrez à tailler les pêchers pour assurer dès maintenant la fructification de l’année suivante et garantir celle de l’année. Ceux qui veulent poursuivre leur formation sur pommiers et poiriers pourront aussi dès le matin venir tailler avec les experts.

  • De 10h à 12h30 et de 15h à 18h : Vente de pommes et poires, de cidre et vinaigre de cidre, de jus de pommes classique ou pétillant. Si vous voulez des bottes de paille ou des pommes marquées « Je t’aime » et « Bon anniversaire », commandez-les en appelant Bernard Guicheteau au 06 87 40 90 71.
  • De 15h à 18h : 3e séance du cycle de taille des fruitiers avec la taille des pêchers. Venir avec un sécateur.

Toute la journée, vous pourrez aussi voir ou revoir le musée sur l’histoire horticole des murs à pêches.

Informations pratiques
Jardin-école (Société Régionale d’Horticulture de Montreuil)
4, rue du Jardin-école, 93100 Montreuil-sous-Bois.

  • Métro : Ligne 9, station Mairie de Montreuil puis bus 122, arrêt St Just; station Croix de Chavaux puis bus 127, arrêt Danton.
  • En voiture : À la Porte de Bagnolet, prendre l’autoroute A3 en direction de Lille. Prendre la 2ème sortie « Romainville-Montreuil ». Dans la bretelle de sortie, suivre l’indication S29, rester sur la bretelle jusqu’au bout, prendre la sortie Théophile Sueur. Au feu de la sortie, tourner à droite dans la rue Pierre de Montreuil ; au feu suivant tourner à gauche dans la rue Paul Doumer, prendre la 3ème rue à gauche, la rue du Jardin-école.

 

jan 122014
 

Sac de déchets de taille sur mon balcon en hiver, Paris 19e (75)
C’est incroyable ce qu’un balcon peut produire comme déchets et matières organiques. Profitant de la douceur de l’hiver, j’ai entrepris de faire un grand nettoyage dans mes potées, de couper et de tailler tous les rameaux et branchages desséchés, d’éliminer les feuilles mortes tombées. En deux heures à peine, j’ai rempli un sac poubelle de 100 litres.

Nettoyage et taille sur mon balcon en hiver, Paris 19e (75)

Le balcon est désormais beaucoup dégagé, les potées et les jardinières semblent bien vides après la profusion de l’été dernier. Mais dès que les beaux jours vont revenir, tout repartira et la végétation retrouvera toute sa luxuriance.

Continue reading »

nov 122013
 

Feuilles mortes, Montmartre, Paris 18e (75)
Question récurrente d’un automne à l’autre compte tenu des volumes considérables qui jonchent le sol un peu partout chaque année en novembre. En jardinier averti, profitez de cette manne pour faire du compost, du terreau ou des paillis.

Faites provision de ces feuilles mortes pour en avoir toute l’année afin de pouvoir les incorporer progressivement dans votre tas de déchets végétaux à composter.
Les feuilles mortes sont des déchets végétaux « bruns », riches en carbone. Des déchets plutôt secs, même si pour le moment ces feuilles sont détrempées par les pluies successives. Il y en a toujours trop en automne pour les incorporer en masse dans le tas de compost, mais il faut en mettre de côté dans un silo abrité des pluies (quelques piquets avec du grillage à poule) pour les faire sécher et les conserver. Au printemps et en été, vous serez bien content de pouvoir les utiliser quand vous voudrez mettre des tontes de gazon pleines d’eau dans le tas en cours de compostage.

4 volumes de feuilles mortes vous donneront 1 volume de terreau de feuilles après décomposition.
Et ce terreau sera bien meilleur que tous ceux que vous pourrez acheter dans le commerce si vous l’abritez des pluies lessivantes. Et gratuit ! Entassez donc toutes les feuilles que vous pouvez amassez, à l’exception bien sûr des feuilles contaminées des marronniers qu’il est préférable de détruire pour éviter la propagation de la mineuse.

Bien sèches, les feuilles étalées en couche épaisse font un excellent paillis protecteur.
Sur le sol nu du potager ou dans un massif vide, le paillis de feuilles sèches empêche l’érosion provoquée par le vent et les pluies. En se décomposant peu à peu, les feuilles apportent de l’humus à la terre qui s’améliore ainsi de façon naturelle.
Un bon matelas de feuilles sèches est une excellente protection contre les gelées. Protégez les plantes frileuses laissées en pleine terre avec un épais manteau de feuilles. Couvrez avec un voile d’hivernage ou un filet pour éviter la dispersion des feuilles par les vents.

juil 242013
 

Bégonia tubéreux à fleurs doubles jaunes dans le parc Youri Gagarine, Levallois (92)

Avec l’été qui s’avance, les bégonias tubéreux commencent à fleurir généreusement. Mais les belles variétés à fleurs doubles ont tendance à donner aussi des fleurs plus petites et simples qui sont en fait des fleurs femelles. Il est préférable de les enlever pour éviter toute formation de graines qui fatiguerait inutilement la plante installée en potée ou en massif pour fleurir pendant toute la belle saison.

Les fleurs femelles présentent un ovaire ailé sous les pétales. Sur la photo ci-dessus, vous distinguez quatre fleurs femelles sur la gauche, avec une seule rangée de pétales et le pistil au coeur. Elles apportent de la couleur comme les fleurs doubles, mais autant laissez la place à ces dernières qui doivent étaler leurs larges corolles. Avec le pouce et l’index, pincez et sectionnez la tige des fleurs femelles dès qu’elles apparaissent sinon elles seront vite pollinisées.