juil 112014
 

Application VigiJardin
Un symptôme ou un dégât est apparu sur vos plantes ? L’application VigiJardin vous permet d’établir rapidement un diagnostic en direct dans votre jardin ou sur votre balcon.

La Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF) s’est associée à l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) pour créer VigiJardin. Cette application permet de retrouver les 70 principaux couples de plantes/bioagresseurs du jardin.

On appelle bioagresseur, tout organisme vivant tel que virus, bactérie, champignon, insecte ou tout autre organisme nuisible, portant atteinte à l’état de santé des plantes. Sur smartphone, tablette et sur le site Internet Jardiner autrement vous accédez à un outil de reconnaissance par l’image comprenant plus de 400 photos pour vous aider à établir un diagnostic directement sur place, dans votre jardin ou sur votre balcon. Cette application s’appuie sur un travail important, réalisé en 2012 sous la forme d’un guide d’observation et de suivi des bioagresseurs au jardin.

Un diagnostic en 3 clics !
Sur Vigijardin le diagnostic est guidé pas à pas, sélectionnez une catégorie de plante du jardin (potager, verger, ornement, plantes invasives) puis l’espèce concernée (carotte, tomate …). Des photos apparaissent, il vous suffit de cliquer sur l’image ressemblant le plus à votre observation.
Chaque fiche VigiJardin comporte des informations sur la biologie des bioagresseurs et sur les symptômes permettant de les reconnaître. Elles sont également liées aux fiches techniques Jardiner Autrement donnant des méthodes de prévention et de contrôle.

Application gratuite
Cette application gratuite est dès à présent téléchargeable sur tous les supports Androïd, (via le Google play Store en recherchant « VigiJardin » : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.inra.VigiJardin&hl=fr_FR ). La compatibilité pour les supports Apple sera disponible prochainement. Retrouvez également l’application sur le site Jardiner Autrement, dans l’onglet « diagnostiquer » : « VigiJardin le diagnostic au jardin ».

Dans le cadre de l’accompagnement à la constitution de réseaux d’épidémiosurveillance en jardin amateur, l’application propose également un espace réservé aux observateurs dans lequel ils peuvent transmettre des observations en direct aux animateurs régionaux.

 

juin 012014
 

Défoliation des saules par les chenilles d'Hyponomeutes dans le parc de Bercy au printemps, Paris 12e (75)
Si vous allez vous balader dans le parc de Bercy, vous rencontrerez quelques arbres, des saules uniquement, pratiquement sans feuille et couverts d’immenses toiles blanchâtres. Et si vous vous approchez davantage, vous repérerez vite les milliers de chenilles qui vivent sous ces tentures protectrices. Des chenilles de l’hyponomeute, un petit papillon nocturne.

Défoliation des saules par les chenilles d'Hyponomeutes dans le parc de Bercy au printemps, Paris 12e (75)L’arbre en entier est couvert de toiles.

Toile des chenilles d'Hyponomeutes sur le tronc d'un saule dans le parc de Bercy au printemps, Paris 12e (75)

Sur le tronc, la présence de la toile est encore plus spectaculaire. L’arbre défeuillé est complètement enveloppé.

Continue reading »

mai 162014
 

Affolants (moulins à vent et girouette) pour lutter contre les pigeons sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
Après une dizaine de jours d’installation, mes moulins à vent et ma girouette semblent avoir dissuadé le couple de pigeons ramiers de venir nicher sur mes plantes et dans mes potées. Hip hip hip, hourra !

Les pauvres plantes qui étaient régulièrement écrasées par ces gros volatiles se sont redressées et repartent de plus belle. Mon balcon a un peu un air de fête foraine ou de défilé de carnaval, mais tant que les plantes ne sont pas suffisamment développées, je préfère sinon elles risquent de mal finir. Je vais laisser mes affolants jusqu’au début de l’été pour être sûr de ne pas revoir les intrus.

mai 112014
 

Otiorhynque caché a coeur du feuillage d'un Dahlia merckii sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
L’otiorhynque est un petit charançon assez discret qui se repère davantage pas les dégâts qu’il provoque sur les feuilles qu’ils poinçonnent. Soigneusement blotti au creux des feuilles de mon Dahlia merckii, un adulte ne m’a pas échappé. Le temps de faire quelques photos et son sort était réglé, zigouillé !

Je ne dois plus en avoir beaucoup sur mon balcon parce que je n’ai pratiquement plus de feuilles découpées sur les rebords des limbes. Le dahlia n’a pas souffert, aucune de ses feuilles n’est grignotée. Et l’ennemi est trépassé. Enfin, celui que j’ai pu apercevoir…

mai 102014
 

Buis en haies et topiaires, photo Koppert ©Fotolia
Ils dressent leurs silhouettes longues, rondes ou sculptées de mille formes sur les terrasses et dans les parcs, pourtant les buis si résistants aux conditions climatiques voient leur patrimoine sévèrement menacé par deux fléaux : la pyrale du buis et les maladies du dépérissement du buis. C’est pour lutter contre ces problématiques majeures que Koppert s’est associé aux efforts de Plante et Cité, l’Astredhor et l’INRA dans l’opération SaveBuxus.

Seul partenaire privé de ce projet (les autres partenaires financiers de SaveBuxus sont Val’hor, Onema et FranceAgrimer), Koppert s’est investi suite aux très nombreuses sollicitations de ses clients sur les derniers salons mais aussi de son réseau de distribution. Le problème est largement répandu et il est urgent de trouver une solution ! Spécialiste du biocontrôle, Koppert met donc tout son savoir-faire et toutes les compétences de son département Recherche et Développement au service du programme SaveBuxus. Un département particulièrement dynamique puisque Koppert a toujours mis l’accent sur cet axe stratégique de développement, investissant près de 10 % de son chiffre d’affaires dans la recherche d’innovations utiles.

Pyrale du buis, photo Koppert ©Fotolia
Piégeage phéromonal, agents entomopathogènes et parasitoïdes, mesures préventives et prophylaxie… Toutes les pistes sont explorées pour apporter au plus tôt des réponses efficaces à ce problème.

Continue reading »