juin 182014
 

Amarante fournaise, Amaranthus tricolor 'Perfecta', sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
Les soldes ont commencé avant la date officielle dans certains magasins qui offrent déjà des réductions importantes. C’est ainsi que j’ai acheté ce pied d’amarante tricolore (Amaranthus tricolor ‘Perfecta’) vendu à moitié prix sur le quai de la Mégisserie. Et hop, planté sur mon balcon !

La plante commence à peine à prendre ses belles couleurs mêlant le crème, le jaune, le rose, le pourpre et le vert. Ambiance carnaval !

La pauvre plante est plutôt malmenée depuis sa plantation car un vent du nord-est souffle avec véhémence depuis quelques jours, bousculant tout sur mon balcon très exposé. Au fil des heures et des jours, certaines plantes prennent des allures penchées de plus en plus accentuées. Et cette brise désagréable qui chahute et dessèche tout ne donne guère envie de s’adonner au jardinage malgré le printemps finissant. Pénible !

mai 222014
 

Impatiens namchawarbensis (Balsaminacées) sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
Cette belle impatience himalayenne annuelle s’est ressemée deux années de suite sur mon balcon, puis je l’ai perdue, mes jardinières étant trop plantées pour permettre aux graines de se propager. Je l’ai retrouvée lors de la dernière édition des Journées des Plantes de Courson sur le stand d’Alain Tan, Pépinière Fleurs du Sud. Je vais l’installer dans un gros pot où elle devrait pouvoir se ressemer d’une année sur l’autre et où je vais pouvoir l’admirer autant que je le souhaite.

Impatiens namchawarbensis (Balsaminacées) sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
Cette espèce a été découverte en 2003 au Tibet et a obtenu un Mérite lors des Journées des Plantes de Courson en 2007. Sa couleur bleu ultramarine est unique parmi les impatiences.

mai 172014
 

Pétunia à fleurs doubles rouges, The Flower Basket, 60ème Journées des Plantes de Courson, Courson-Monteloup (91)
Un vrai rouge, velouté et lumineux à souhait… Ce pétunia aux grandes fleurs bien doubles ne pouvait que me taper dans l’oeil avec son coloris chaleureux qui se détache bien sur le feuillage vert vif. Un de mes derniers achats effectué hier lors de ma visite des Journées des Plantes de Courson.

Pétunia à fleurs doubles rouges, The Flower Basket, 60ème Journées des Plantes de Courson, Courson-Monteloup (91)
Cette variété (Pétunia double Red) proposée par The Flower Basket est donnée comme étant peu retombante. Elle forme des beaux coussins couverts de grosses fleurs. Il faut que je lui trouve une place bien en vue pour que je puisse en profiter tout à loisir.

mai 162014
 

Calibrachoa à grandes fleurs orange sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
Les nouvelles variétés de calibrachoas offrent des fleurs de plus en plus grandes, au point de plus en plus ressembler à des petits pétunias incroyablement florifères et au port retombant. J’ai trouvé quelques pieds d’une variété aux fleurs orange vif intense, un coloris encore peu répandu parmi ces fleurs.

Calibrachoa à grandes fleurs orange sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
Ces proches cousins des pétunias (famille des Solanacées) présentent un feuillage plus fin que ces derniers et une profusion de fleurs en trompette. Petites chez les premières variétés apparues dans les jardineries il y a déjà quelques années, les fleurs grossissent au fur et à mesure des nouvelles sélections et la gamme des coloris plus diversifiée que celle des pétunias s’étoffe aussi de plus en plus. Après les jaunes, les terracotta, voici des tons orange et rouges. Super, ce sont mes couleurs préférées !

Continue reading »

avr 212014
 

Coquelicots dans une pelouse du Parc des Buttes-Chaumont, Paris 19e (75)
L’avance importante des floraisons dans la capitale se manifeste encore une fois avec ces premiers coquelicots qui arrivent et fleurissent pour Pâques.

Coquelicots dans une pelouse du Parc des Buttes-Chaumont, Paris 19e (75)
C’est le moment de participer à la Mission Coquelicots, nouvelle expérience de science participative lancée à l’occasion de la Fête de la Nature 2014 et de sa thématique « Herbes folles, jeunes pousses et vieilles branches ». La Mission Coquelicot est portée par l’Observatoire Des Saisons. L’objectif est de récolter 1000 observations de floraison de coquelicots.

Le coquelicot est sensible au changement climatique. Sa floraison est d’autant plus précoce qu’il fait chaud. Cette petite plante banale des trottoirs, prairies, parcs, jardins… a bel et bien un intérêt pour la communauté scientifique qui travaille à comprendre quels seront les impacts du changement climatique sur la survie des espèces et le fonctionnement des écosystèmes. L’Observatoire Des saisons, programme scientifique piloté par le CNRS et animé par l’association Tela Botanica, est consacré à la phénologie. Il étudie le rythme de vie de plantes ou d’animaux en fonction des variations saisonnières du climat, dont celle du coquelicot !

1 – Apprenez à reconnaître le coquelicot
Consultez la fiche sur le site Internet de l’Observatoire Des Saisons pour ne faire aucune erreur.
2 – Choisissez votre ou vos terrains d’étude
Déterminez une (ou plusieurs !) zone à proximité de chez vous, d’environ 20 m² dans laquelle vous avez identifié la présence de coquelicots : une zone facile d’accès que vous pouvez surveiller facilement ou sur laquelle vous vous rendez souvent : jardin, parc, bord de route, cours d’école, place de village…
3 – Guettez l’ouverture des fleurs du coquelicot !
Notez la date à laquelle vous aurez vu la première fleur de coquelicot épanouie.
4 – Signalez vos observations
Vous aurez besoin d’indiquer votre identité, de localiser très précisément la zone d’observation sur la carte, d’indiquer la date de floraison et de joindre une photo si vous le souhaitez.
L’ensemble des observations sont répertoriées et comptabilisées en temps réel sur la carte de résultats. L’ensemble des observations seront transmises à l’Observatoire Des Saisons pour compléter son étude sur le coquelicot.

 

fév 022014
 

Impatiens balfourii et laurier tin en fleur dans le square de la Tour Saint-Jacques en hiver, Paris 4e (75)
La douceur s’installant durablement dans la capitale pour cet hiver hors norme, les floraisons continuent pour certaines ou s’épanouissent pour d’autres. D’où ce mariage hivernal d’impatiens de Balfour (Impatiens balfourii) et de lauriers tins (Viburnum tinus) dans le square de la Tour Saint-Jacques au coeur de Paris.

L’impatience considérée comme une plante annuelle montre son caractère bien vivace quand les gelées ne viennent pas la griller.