jan 302014
 

Asplenium nidus 'Amy', fougère d'intérieur, Paris 19e (75)
Une de mes dernières trouvailles, achetée en même temps que la potée de codonanthe chez Truffaut dans le 13e arrondissement de Paris.

Asplenium nidus 'Amy', fougère d'intérieur, Paris 19e (75)
Cette variété de la fougère nid d’oiseau a des frondes vert brillant qui se ramifient et se découpent aux extrémités. Cela lui donne un air moins rigide que l’espèce type. C’est plus amusant ou curieux que vraiment beau. Mais je me suis quand même laissé tenter, la potée n’étant pas trop volumineuse. J’ai pu l’installer près d’une baie vitrée, là où la lumière est la plus forte sans soleil direct toutefois.

Sera-t-elle aussi robuste que mon pied de Microsorum ? L’avenir le dira !

jan 282014
 

Codonanthe crassifolia, Gesnériacées, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Voici une de mes plantes d’intérieur préférée, que je cultive avec plus ou moins de bonheur mais toujours autant de plaisir depuis des dizaines d’années maintenant. J’ai perdu de nombreux pieds, parfois par négligence, quelquefois par attaques violentes de cochenilles et aussi par manque de place, la concurrence étant rude dans mon intérieur où je n’arrive pas à caser toutes mes envies. Profitant d’un bel arrivage chez Truffaut Paris, je viens d’en acheter une nouvelle potée déjà très bien poussée.

Au premier abord, on a du mal à croire que cette plante exotique est une cousine du saintpaulia ou du streptocarpus, deux Gesnériacées couramment cultivées. L’air de famille est plus flagrant quand on la compare à un columnéa ou un aeschynanthus, d’autres plantes d’intérieur à port retombant. Et quand on ne regarde que les fleurs, il y a un grand air de ressemblance avec la petite Primulina tamiana.

Codonanthe crassifolia, Gesnériacées, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Cette plante à feuillage luisant d’un beau vert foncé a un port étalé à retombant. Il faut la cultiver en suspension (elle est d’ailleurs le plus souvent vendue sous cette forme). Les tiges fines d’abord herbacées puis ligneuses atteignent jusqu’à 50 à 60 cm de longueur. La floraison apparaît le long des tiges pratiquement à longueur d’année si la plante reçoit suffisamment de lumière. Une fleur donne parfois un fruit, une jolie baie ronde, verte devenant orange brillant à maturité.

Avec une lumière intense (sans soleil direct) et des arrosages réguliers avec une eau douce non calcaire, le codonanthe pousse sans problème. Par contre il ne supporte pas les coups de soif, ni un excès d’humidité. Il apprécie des bassinages fréquents, surtout en hiver quand le chauffage dessèche l’atmosphère. Les vieilles tiges ont tendance à se dessécher. Il faut de temps à autre nettoyer la plante pour éliminer les rameaux morts, souvent recouverts par les jeunes pousses.

Si vous cultivez le codonanthe en suspension, ne faites pas comme moi. N’oubliez pas de l’arroser fréquemment pour garder le terreau toujours frais. Surveillez aussi les éventuelles attaques de cochenilles farineuses qui apprécient beaucoup cette pauvre plante, comme les araignées rouges.

La multiplication par bouturage d’extrémité de tige est facile et rapide. Pour obtenir très vite une belle potée, placez plusieurs boutures dans un pot, en les plaçant tout autour contre la paroi.

J’ai installé ma nouvelle potée sur une console près d’une grande baie vitrée. Je peux admirer la potée tout à loisir et son entretien est facile. Elle va pouvoir s’étaler et retomber autant qu’elle le souhaite sans être gênée par d’autres plantes. À suivre !

jan 262014
 

Plantes exotiques, ligne 14, Gare de Lyon, Paris 12e (75)
Dans les profondeurs du métro parisien et de la ligne 14 du métro (station Gare de Lyon) vous pouvez découvrir ce jardin tropical sous éclairages artificiels.

De vraies plantes exotiques avec quelques fausses en plastique quand même.

jan 212014
 

Kentia (Howea forsteriana), palmier d'intérieur

Désigné « plante d’intérieur du mois de janvier » par l’Office Hollandais des Fleurs après consultation des représentants de la filière horticole ornementale, le kentia fait l’objet de toutes les attentions ce mois-ci. Ce palmier d’intérieur n’est pas une nouveauté, mais son élégance naturelle et son aspect exotique en font une valeur sûre pour les grands intérieurs baignés de lumière.

Plus cher que l’aréca auquel il ressemble beaucoup, mais avec des palmes aux limbes plus épais, le kentia est proposé dans différentes tailles, de 70 cm à 300 cm de hauteur. Les grands sujets sont plus spectaculaires, les petites plantes ayant un aspect plutôt malingre. Cette plante verte d’intérieur pousse lentement et ne prend pas beaucoup de place au sol, mais ses palmes exigent une belle hauteur sous plafond pour pouvoir s’épanouir amplement.

Ce beau palmier apprécie une pièce bien chauffée (18 à 20 °C au minimum), avec beaucoup de lumière sans soleil direct. Si votre intérieur manque de lumière ou d’espace, préférez un Chamaedorea, plus approprié. Attention aux courants d’air froids ainsi qu’à la sécheresse de l’air qui peut entrainer des attaques d’araignées rouges ou de thrips dévastatrices. N’hésitez pas à bassiner le feuillage, dessus et dessous, plusieurs fois par semaine, avec de l’eau de pluie ou une eau douce non calcaire. Surtout pas de produit pour faire briller les feuilles, ces dernières étant naturellement luisantes quand la plante est en bonne santé et dans des conditions qui lui plaisent.

Arrosez avec modération, en laissant sécher le substrat en surface entre deux apports d’eau. Ne laissez pas de l’eau stagner dans la soucoupe ou le cache-pot, cela pourrait faire pourrir les racines. Comme toutes les plantes d’intérieur, le kentia apprécie une eau douce non calcaire, à la température de la pièce. Tant que la plante se déplace facilement, faites lui prendre une douche de temps en temps pour nettoyer ses palmes de la poussière qui s’y accumule et ternit le feuillage.

Poster "À chaque mois sa plante - janvier - le kentia", OHF

jan 142014
 

Phalaenopsis hybride chez Eveline D., Paris 14e (75)
Je vous propose cette fois-ci un bel hybride à grands fleurons veloutés d’un pourpre intense avec un liseré blanc. Superbe variété non dénommée trouvée chez le fleuriste parisien où j’avais acheté mon centre de table de cymbidiums pour le réveillon de Noël.

Phalaenopsis hybride chez Eveline D., Paris 14e (75) Continue reading »

jan 102014
 

Logo opération "Bye bye, vieux sapin, hello jolie plante !"

MaPlanteMonBonheur.fr veut remercier ceux qui rapportent leur sapin de Noël à l’un des points de collecte mis en place par les mairies qui organisent son recyclage, et surtout inciter tous ceux qui ne le font pas à adopter une démarche éco-citoyenne avec une idée joyeuse : échanger les vieux sapins contre de jolies plantes d’intérieur à Lyon, Lille, Paris, Bordeaux.

En janvier, troquez votre vieux sapin défraîchi pour une jolie plante verte ! Une plante d’intérieur offerte pour chaque sapin rapporté aux points de rendez-vous !

Opération "Bye bye, vieux sapin, hello jolie plante !"

La camionnette “Bye-bye vieux sapin, hello jolie plante !” sillonnera la France et s’arrêtera dans 3 points de collecte dans chacune des villes visitées à Lyon, Lille, Paris et Bordeaux. Dans la capitale, les rendez-vous sont prévus le 12 janvier :

  • Avenue Foch de 10 h 30 à 12 h 30
  • Jardin Clichy-Batignolles de 14 h à 16 h
  • Parc des Buttes-Chaumont (entrée Botzaris) de 16 h 30 à 18 h 30.

Pour ne pas louper les rendez-vous, connectez-vous sur :
twitter.com/plantebonheur
www.maplantemonbonheur.fr
www.facebook.com/maplantemonbonheur