août 162014
 

Coniogramme emeiensis, fougère d'intérieur, Paris 19e (75)
J’ai acheté cette superbe fougère aux frondes zébrées chez Thierry Delabroye que j’ai été voir hier dans le Pas-de-Calais à l’occasion des portes ouvertes de sa pépinière. Suffisamment rustique pour la région parisienne, cette fougère bambou pourrait vivre toute l’année à l’extérieur, mais je préfère la garder à l’intérieur pour profiter davantage de son feuillage exceptionnel.

Coniogramme emeiensis, fougère, Pépinière Sandrine et Thierry Delabroye, Hantay (62) Continue reading »

août 132014
 

Sauge (Salvia coccinea) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)
L’été a été si peu ensoleillé que j’ai été obligé de déplacer ma potée de sauges (Salvia coccinea) qui fleurissait avec beaucoup de difficultés à cause du manque de lumière. Je l’ai installée dans la partie la plus exposée au soleil sur mon balcon et en quelques semaines, l’effet a été visible : feuillage plus dense, plante plus étoffée et nouvelle floraison avec des épis bien formés.

Les fleurs font vraiment penser à des petits colibris avec leurs superbes calices pourpre noir et leurs pétales rouge vif d’où s’échappent les fines étamines et le pistil.

Sauge (Salvia coccinea) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)
Je ne connais pas le nom exact de variété de cette sauge écarlate. Ce n’est pas ‘Lady in Red’ que j’ai cultivée de nombreuses années et qui a des fleurs plus fines. Peut-être le cultivar ‘Forest Fire’ ? Qu’importe, cette belle inconnue me plaît ! Et ce n’est que le début de la floraison en principe. Les sauges écarlates, comme beaucoup d’autres sauges, deviennent de plus en plus belles et fleuries avec l’été qui s’avance. Quand d’autres fleurs d’été peinent et déclinent, elles prennent le relais. Il faudrait quand même un petit plus de soleil…

août 132014
 

Begonia masionana 'Iron Cross', Bégoniacées, Paris 19e (75)
J’ai installé mon petit pied de bégonia ‘Croix de Fer’ (Begonia masoniana) dans un pot étroit et surélevé pour mieux mettre en valeur son feuillage gaufré et bicolore, avec les marques pourpres qui lui ont valu son nom commun. Depuis le rempotage au printemps dernier, lentement mais sûrement mon bégonia s’est étoffé, dressant ses larges feuilles face à la lumière extérieure. Un rayon de soleil ou de lumière plus forte et je profite de superbes transparences.

La couleur du pot est exactement celle des tiges et des marques en croix de fer. So chic !

août 092014
 

x Alcathea suffrutescens 'Parkallee' avec une fleur rose sur mon balcon en été, Paris 19e (75)
Une fleur café au lait d’un côté de la tige, une rose doux de l’autre… Mon pied d’Alcathea suffrutescens ‘Parkallee’ fait dans la fantaisie cette année, des fleurs roses apparaissant par moment sur les tiges où s’ouvrent d’autres fleurs avec cette teinte de beige si unique que j’adore.

J’ai une autre petite curiosité sur mon balcon, un pied de Calamintha nepeta ssp. nepeta ‘Triumphator’ qui donne une profusion de petites fleurs blanches à l’intérieur du balcon mais les rameaux qui partent à l’extérieur au-dessus de la rue ont des petites fleurs bleu ciel très pâle… Deux floraisons avec une seule plante, c’est extra sur un balcon où la place est toujours comptée.

août 082014
 

Phalaenopsis miniature, deuxième floraison, Paris 19e (75)
Achetée en fleur l’automne dernier, cette variété miniature de phalaenopsis a repris force et vigueur après un rempotage. Des nouvelles racines sont apparues ainsi que d’autres feuilles et très vite une hampe florale s’est formée. Depuis quelques jours, je profite d’une nouvelle floraison. Mini plante mais maxi charme !

En rempotant toutes mes miniatures, je craignais de les voir se mettre à beaucoup pousser au point de perdre leur aspect miniature. Il semblerait que ces phalaenopsis soient vraiment des plantes naines, gardant des proportions réduites. Même si ma photo donne l’impression de fleurs assez grandes, dans la réalité, elles sont plus petites qu’une pièce de deux euros. Ce qui n’empêche pas des floraisons toutes aussi élégantes que celles des grandes orchidées.

août 012014
 

Hibiscus coccineus (Malvacées) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)
Déjà deux fois plus haut que la rambarde de mon balcon, mon pied d’Hibiscus coccineus continue à pousser en hauteur, s’approchant de plus en plus du toit. Avec l’effet de perspective, il semble dépasser l’immeuble de six étages de l’autre côté de la rue.

Je vais avoir du mal à aller photographier les fleurs qui vont apparaître aux extrémités des grandes tiges…
La variété blanche (H. coccineus ‘Alba’) par contre n’a pratiquement pas poussé. Le pied a démarré très tard en fin de printemps et les tiges sont restées toutes petites alors que les deux années précédentes, elles dépassaient facilement les 1,50m de hauteur. Je ne l’ai pas rempotée en fin d’hiver contrairement à l’autre pied devenu gigantesque et elle a une autre plante plus vigoureuse dans le même pot que j’ai du rabattre un peu car elle prenait une trop grande ampleur en cachant ses voisines. Pas de fleur blanche cette année, je ne devrais avoir que les rouges.