mai 032014
 

Chaque année, depuis 7 ans, l’association de quartier « Vilmorin Initiatives » organise une manifestation appelée Vertifolies sur la place de l’Union Européenne dans la ville de Massy (Essonne).
Vertifolies 7e édition
Placée sous le signe de l’Agenda 21 et en association avec la ville, cette petite fête a pour objectif l’échange et la convivialité.

Troc vert, ateliers pour petits et grands, art floral, exposition d’épouvantails mais aussi jeux autour du développement durable vous attendent. Vous parcourerez les sentiers des stands à la recherche des renseignements ou d’idées.
Les conseillers du tri distribueront du compost ainsi que des sacs pour déchets verts.
Le stand convivialité vous accueillera pour partager recettes et boissons chaudes.

 

Le 3 mai de 13h30 à 18h30, place de l’Union Européenne, Massy-ville.
Informations : vilmorin.initiatives@gmail.com

avr 242014
 

Affiche de l'exposition "Nos plantes ont un incroyable talent !" à Milly-la-Forêt

 

La ville de Milly-la-Forêt, berceau des plantes médicinales et aromatiques, présente l’exposition « Nos plantes ont un incroyable talent » à l’occasion de la parution du livre « Histoire de plantes et mémoire d’hommes« , édité en octobre dernier.

Les cultivateurs-herboristes de Milly-la-Forêt et le patrimoine immatériel local qu’ils représentent n’avaient fait l’objet d’aucune étude. Il a fallu la rencontre de Yannick Le Chaudelec, ancien chargé de mission Patrimoine du Parc du Gâtinais, Catherine Estrade, enfant du pays et Annie Moreau, fille et petite-fille de cultivateurs-herboristes pour explorer durant 4 ans les archives et documents existants. Un livre est né de leur travail et la collecte de la mémoire orale a pu aussi être préservée.
Miroir du livre, l’exposition s’attache à retracer, en un parcours thématique, les temps forts de l’histoire, mais aussi l’avenir de cette tradition locale du Gâtinais à travers une série de documents et une scénographie inédites : affiches et cartes postales anciennes, outils traditionnels, mises en scènes et reconstitutions…
Parce que la plume des trois auteurs est indissociable des photos de Marie-Lys Hagenmüller, photographe qui côtoie intimement le Gâtinais français depuis de nombreuses années, découvrez tout au long de l’exposition – tel un fil rouge – ses clichés si lumineux et humains.
L’ouvrage et l’exposition mettent à l’honneur ces familles qui ont transmis leurs souvenirs sur ce métier exceptionnel tourné vers un avenir rendu possible grâce aux potentiels technique, scientifiques, et à toute la créativité mise en œuvre par les nouvelles générations.

Informations pratiques
Du 26 avril au 29 juin 2014
Exposition ouverte du mercredi au dimanche de 14h à 18h.
Espace culturel Paul Bédu, 8 bis, rue Farnault, 91490 Milly-la-Forêt.
Tél. : 01 64 98 75 52
Courriel : service.culture@milly-la-foret.fr
Entrée libre.

Autour de l’exposition

  • Livre Histoires de plantes et mémoire d’hommes
    En vente dans l’exposition, à la Maison du Parc naturel régional du Gâtinais français et à l’Office de Tourisme du canton de Milly-la-Forêt. Tarif : 25€.
  • 18e édition du Marché de l’herboriste
    Samedi 31 mai et dimanche 1er juin. Sous la Halle et sur la place du marché.
  • Lancement du timbre parfumé à l’huile essentielle de menthe poivrée de Milly-la-Forêt
    À partir du 15 juin. Timbre édité par La Poste.

À visiter à Milly-la-Forêt

  • Le Conservatoire national des plantes à parfum, médicinales, aromatiques et industrielles (CNPMAI)
    Route de Nemours, 91490 Milly-la-Forêt.
    D’avril à juin : ouverture le mardi, jeudi et vendredi de 13h30 à 18h et le mercredi, samedi et dimanche de 10h à 18h.
    Tarif : 7, 50€. Tarif Réduit : 6€.
    Plus d’informations sur les horaires d’ouverture le restant de l’année et sur les visites et activités : www.cnpmai.net
    Tél. : 01 64 98 83 77.
  • La chapelle Saint-Blaise des Simples
    Rue de l’Amiral de Graville, 91490 Milly-la-Forêt.
    Horaires d’été (de mars à octobre) du mercredi au dimanche (et le lundi à compter du 1er mai) de 10h à 12h30 et de 14h à 18h.
    Tarif : 3€. Groupe : 2,50€/personne.
    Plus d’informations sur : www.chapelle-saint-blaise.org
    Tél. : 01 64 98 84 94 ou 01 64 98 83 17 (Office de Tourisme pour visites guidées).

 

avr 112014
 

Pivoine arbustive ‘Sir Frederic Stern’, remise du Grand Prix avec Catherine Deneuve et Jean-Luc Rivière, Pivoines Riviere, photo Carole Desheulles
Une météo printanière, un choix étourdissant de végétaux proposé par les meilleurs pépiniéristes producteurs européens, un public nombreux et enthousiaste ; toutes les conditions étaient réunies pour la pleine réussite de ce grand rendez-vous horticole. Fidèle depuis de nombreuses années, Catherine Deneuve a été la marraine d’honneur de cette 30ème édition. Temps fort de la manifestation, les Prix et Trophées ont récompensé les plantes les plus méritantes. Attribués par des jurys de professionnels du monde horticole, ils véhiculent les valeurs d’excellence botanique, de partage des connaissances horticoles et de développement de l’amour des jardins, chères à Saint-Jean de Beauregard.

Pivoine arbustive 'Sir Frederic Stern', pépiniere Pivoines Riviere, Saint-Jean de Beauregard
Grand Prix Saint-Jean de Beauregard : Pivoines Rivière pour la pivoine arbustive ‘Sir Frederic Stern’
Producteurs de pivoines depuis 1849, les Pivoines Rivières jouissent d’une renommée internationale. Ils proposent aujourd’hui la plus importante collection d’Europe, reconnue collection nationale par le CCVS : plus de 750 espèces, variétés et hybrides de pivoines arbustives et herbacées, ainsi que de nombreux « Itoh Hybrides », ces nouvelles obtentions étant issues du croisement entre pivoines arbustives et herbacées. Parmi toutes ces merveilles, la pivoine arbustive ‘Sir Frederic Stern’ s’est vue récompensée par le Grand Prix Saint-Jean de Beauregard de ce printemps 2014.
Semi-double, elle se distingue par sa superbe floraison en énormes et lourdes corolles de 23 à 25 cm au magenta intense relevé par les macules noires à la base des pétales, sur un beau feuillage vert sombre. Extrêmement rustique et facile d’entretien, elle peut atteindre 2 mètres de hauteur. Une véritable merveille qui, printemps après printemps, sera la vedette de votre jardin…
Exposition : plein soleil Sol : frais, profond, humifère Taille : 1.5 à 2 m à l’âge de 15 ans Floraison : fin avril Rusticité : -20°/-25°.
Pivoines Rivière, Jean-Luc Rivière, La Plaine, 26400 Crest.
Tél. : 04 75 25 44 85.
Courriel : pivoines.riviere@wanadoo.fr
Site internet : www.pivoinesriviere.com

Continue reading »

avr 062014
 

Corydalis shimienensis 'Berry Exciting', Fête des Plantes, Saint-Jean de Beauregard (91)
J’ai acheté ce corydalis doré à Pierre Lavalée (Pépinière du Beau Pays) qui expose en ce moment à Saint-Jean de Beauregard (Essonne) pendant la Fête des Plantes. Jolie plante vivace au feuillage découpé comme une fougère, très lumineux. Mais avec un nom à coucher dehors !

Corydalis shimienensis 'Berry Exciting', Fête des Plantes, Saint-Jean de Beauregard (91) Continue reading »

avr 052014
 

Phlox et Geum 'Mai Tai', Sandrine et Thierry Delabroye, Fête des Plantes, Saint-Jean de Beauregard (91)
La météo grise et fraiche de ce premier vendredi d’avril n’a pas gâché la fête du 30ème anniversaire de la Fête des Plantes de Saint-Jean de Beauregard

,(Essonne) qui a connu pour sa première journée la foule des grands jours venue découvrir les merveilles apportées par les nombreux exposants. Petite balade en photos pour vous faire partager ce moment.

Coeurs-de-Marie (Lamprocapnos spectabilis), Hortiflor-Bureau, Fête des Plantes, Saint-Jean de Beauregard (91) Continue reading »

avr 032014
 

À 20 minutes de Paris, venez découvrir Yerres, l’autre capitale de l’impressionnisme. Pour la première fois, 42 chefs-d’œuvre de Gustave Caillebotte vont être présentés dans sa propriété yerroise, où ils ont été peints. Ce grand rendez-vous de l’impressionnisme est d’autant plus exceptionnel, que ces œuvres n’ont, pour la plupart, jamais ou très peu été exposées au public.

Les périssoires, 1878, huile sur toile, Gustave Caillebotte
Les plus grands musées du monde se sont associés à cet évènement culturel majeur de l’année 2014. Ainsi, 42 tableaux issus des collections de National Gallery of Art de Washington, de l’Art Museum de Milwaukee, de l’Indiana University Art Museum de Bloomington, du Musée des Beaux- Arts de Rennes et des Musées d’Orsay, d’Agen et de Marmottan Monet à Paris seront présentés aux côtés des œuvres prêtées par la famille même de l’artiste et par des collectionneurs privés.

La Propriété Caillebotte, foyer de l’impressionnisme
Gustave Caillebotte a 12 ans lorsque ses parents s’installent dans la propriété yerroise qui sera leur résidence d’été. De 1875 à 1879, il peindra quelques-uns de ses tableaux les plus importants dans cette propriété familiale où l’on trouve une maison de maître, de nombreuses dépendances, un grand parc longeant la rivière, des fabriques et un potager.
Ce lieu a été fondamental dans l’inspiration de l’artiste, lui offrant aussi bien des motifs à peindre avec le parc, la rivière, le potager que des sujets de composition avec l’activité des canotiers et les loisirs de la rivière. C’est à ce moment que se définit le style de Caillebotte, fait de sujets modernes représentés d’une façon nouvelle, qui le feront devenir l’un des peintres impressionnistes les plus originaux.
Les tableaux qu’il a réalisés dans la propriété familiale d’Yerres constituent une partie essentielle de la révolution artistique apportée par les impressionnistes. Ce sont ces œuvres qui seront montrées, à Yerres, sur les lieux mêmes qui les ont inspirées et où elles ont été peintes.
La propriété appartient depuis 1973 à la commune d’Yerres, qui l’a entièrement restaurée et lui a ainsi permis de retrouver son aspect du temps de Caillebotte avec sa grande maison blanche ornée de colonnades, appelée le Casin, sa ferme, dite « Ferme Ornée » transformée en centre d’art et d’expositions, son orangerie, sa glacière, son potager et le parc de 11 hectares bordé par la rivière. La Propriété est inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques et labellisée en 2012 « Maison des Illustres » par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Introduction à l’exposition
L’œuvre de Gustave Caillebotte, qui participe au mouvement impressionniste, a été redécouverte au début des années 1970. Elle est aujourd’hui connue grâce à quelques tableaux appréciés comme étant des chefs-d’œuvre de la période : Les raboteurs de parquet, Les périssoires, Le pont de l’Europe. Ce sont en effet des images totalement nouvelles par les sujets traités. Bien davantage qu’une scène de genre, elles sont des pages de l’histoire contemporaine de l’artiste. Elles montrent la ville moderne, celle du Paris d’Haussmann, ses hommes au travail et l’homme moderne dans son nouveau rapport avec la nature.
La propriété yerroise où il vécut, dite Propriété Caillebotte doit son nom à Martial Caillebotte, son père, qui l’a acquise en 1860 pour en faire sa résidence d’été, non loin de Paris.
Gustave naît en 1848 à Paris. Il termine ses études de droit en 1870 et apprend la peinture dans l’atelier de Léon Bonnat à l’École des Beaux-Arts. Il va peindre dans la Propriété d’Yerres pendant la belle saison, de 1875 jusqu’à 1879. Entouré de sa famille et de ses frères, il se livre au jardinage, pratique la baignade et le canotage dans la rivière et reçoit ses amis, dont le peintre Claude Monet.
La Propriété d’Yerres a été décisive dans la définition de son art. C’est là qu’il a trouvé quelques-uns de ses motifs de prédilection et qu’il a élaboré son style.
L’exposition, « Caillebotte à Yerres, au temps de l’impressionnisme« , dans le nouvel espace réaménagé de la Ferme Ornée, retrace ses sujets d’inspiration : les loisirs à la campagne, le travail au potager, les joies du canotage, les plaisirs de l’eau… en montrant pour la première fois ses tableaux sur les lieux même qui les ont inspirés et où ils ont été peints, et qui n’ont pas changé depuis l’époque de l’artiste.
Au Casin, on retrouve un espace audiovisuel se rattachant à l’exposition, des textes et visuels sur la Ville, son histoire, ses bâtiments et la Propriété Caillebotte entre les 17e et 19e siècles.
Enfin, une promenade dans le parc de la propriété et dans le potager, accompagnée de tablettes numériques, permet d’appréhender in situ l’œuvre de Caillebotte. Continue reading »