nov 012014
 

Chrysanthèmes en massif
La Toussaint est un moment fort pour les ventes de végétaux d’ornement et plus particulièrement pour les plantes en pots qui vont fleurir les cimetières. Le chrysanthème reste la fleur star du moment, même si le cyclamen prend davantage d’importance.

En 2013, le marché des végétaux d’ornements destinés au cimetière et obsèques représentent :

  • 63,9 millions d’entités
  • 842 millions d’euros
  • 12 % de l’ensemble du marché des végétaux en volume
  • 27 % du marché en valeur.

Ce marché reste relativement stable en nombre de foyers acheteurs, en revanche, il diminue depuis 3 ans en volume et en valeur. Par ailleurs, ce marché reste fortement polarisé autour de la date clé du 1er novembre puisque 53,2 % des quantités achetées (+2pts/2012) et 34,5 % des sommes dépensées (+1pt/2012) sont réalisées pour la Toussaint. Le reste des achats de ce marché est réparti entre cérémonie funéraire et entretien des sépultures en volume pour respectivement 10,4 % et 36,4% et en valeur pour respectivement 39,3 % et 26,2 %. Sur la seule période d’octobre et novembre 2013, la Toussaint a représenté 94 % des achats en quantité et 85 % des sommes dépensées.

En 2013, les achats de végétaux pour la Toussaint représentent 33,9 millions d’entités pour 290 millions d’euros. Les sommes dépensées sont en hausse de 2,7 % et les quantités achetées de 2,2 % par rapport à 2012.

Le chrysanthème
Parmi les végétaux d’ornement pour le cimetière achetés à l’occasion de la Toussaint, on observe une large prédominance des plantes en pot soit 96 % (-0,5 pt/2012) des quantités achetées et 92 % (-1,6 pt/2012) des sommes dépensées. Ce léger recul se fait au profit des présentations florales qui gagnent 0,8 point de part de marché en volume et 1,3 point en valeur. Le chrysanthème demeure l’espèce la plus achetée mais sa part de marché en 2013 recule au profit d’autres espèces, notamment du cyclamen.

Les lieux d’achats
À l’occasion de la Toussaint, les grandes surfaces alimentaires (GSA) continuent de gagner du terrain et sont en tête des volumes toutefois les fleuristes conservent leur première place en valeur. Les points de vente du quotidien (GSA, marché) semblent avoir été plus privilégiés qu’en 2012.

(Cette synthèse a été réalisée à partir des données issues du panel de consommateurs de TNS cofinancé par FranceAgriMer et Val’hor)

mai 252014
 
Bouquet de roses blanches, lilas, romarin, lierre, photo ©kmwphotography / Fotolia.com
À l’occasion de la Fête des mères en 2013, les achats des Français se sont portés essentiellement sur les fleurs coupées. Venaient ensuite les achats de plantes fleuries en pot.
Achats de fleurs coupées :

  • 45 % des quantités achetées
  • 40 % des sommes dépensées.

Ces achats sont répartis entre les fleurs coupées achetées à la pièce (23 % des quantités achetés et 23 % des sommes dépensées) et les bottes de fleurs déjà préparées (22 % des quantités achetées et 17 % des sommes dépensées).
Au sein des fleurs coupées, les roses restent largement les fleurs les plus offertes (70 % des sommes dépensées) pour la fête des mères, suivies des lis (18 %), des pivoines (13 %) et des gerbéras (12 %).

Achats de plantes fleuries en pot :

  • 35 % des quantités achetées
  • 31 % des sommes dépensées.
Parmi les plantes fleuries offertes, ce sont les orchidées qui sont les favorites avec 33 % des sommes dépensées, suivies des hibiscus (10 %).

Continue reading »

oct 302013
 

Chrysanthème 'Little Trôo', Le Châtel des Vivaces, Journées des Plantes automne, Domaine de Courson, Essonne
Sur la période de la Toussaint et notamment sur le cumul des mois d’octobre et novembre 2012, les sommes dépensées en végétaux d’ornement pour le cimetière sont en hausse de 1,9 % alors que les quantités achetées restent en baisse de 5 % par rapport à la même période en 2011.

Sur le cumul octobre et novembre 2012, 93 % des quantités achetées et 84 % des sommes dépensées ont été réalisées spécifiquement pour la Toussaint soit 289,4 millions d’euros. Par ailleurs, l’essentiel de ces achats s’effectue en octobre (75 % des volumes et 74 % des sommes dépensées).

Un achat orienté vers les chrysanthèmes
Parmi les végétaux d’ornement pour le cimetière achetés à l’occasion de la Toussaint, on observe une large prédominance des plantes fleuries soit 92 % des quantités achetées et 87 % des sommes dépensées. Sur le cumul des mois d’octobre et novembre 2012, on note que sur l’ensemble des plantes fleuries, 64 % des achats sont des chrysanthèmes, 10 % des bruyères et 6 % des cyclamens. En 2012, un tiers des chrysanthèmes ont été achetés à mois de 8 €.

Les lieux d’achats
Toujours sur la période d’octobre et novembre 2012, la GSA (grande surface alimentaire) est en volume le premier lieu d’achat avec 25 % des quantités achetées ; en valeur les fleuristes sont prédominants avec 30 % des sommes dépensées. À l’occasion de la Toussaint, horticulteurs et pépiniéristes, jardineries spécialisées et GSA, ont été plus performants aux dépens des fleuristes, qui néanmoins conservent leur première place en part de marché en valeur.

Les achats de végétaux d’ornements (Panel TNS SOFRES cofinancé par FranceAgriMer et Val’hor)
En 2012, la part des végétaux d’ornements destinés au cimetière et obsèques s’élève à 11 % des quantités achetés (- 9,3 % par rapport à 2011) et 27 % en sommes dépensées (- 1,1% par rapport à 2011) soit 857,5 millions d’euros. La saisonnalité des achats en volume est assez identique à 2011, hormis des meilleures performances en novembre 2012.

L’entretien des sépultures
La part de marché des achats consacrés à l’entretien des sépultures perd 1,4 point en quantité au profit des achats dédiés aux cérémonies funéraires, mais génère toutefois l’essentiel des volumes consacrés au cimetière et obsèques soit 87,4 %. En revanche, la part de marché des sommes dépensées, qui représente 59,6 % est en augmentation de 2,2 points.

Le cimetière
La baisse de fréquentation des cimetières observée depuis plusieurs années pourrait perdurer notamment en raison du choix d’opter pour des obsèques avec crémation (53 % en 2010 contre 19 % en 1978)1. La crise économique, la crainte de l’abandon de la sépulture, la mise à disposition de crématoriums et les disponibilités limitées dans de grandes agglomérations, sont autant de raisons qui expliquent le développement du nombre de crémations en France (31 % des obsèques en 2011). Le Credoc estime que cette croissance pourrait se poursuive et atteindre en 2030 près de 50 % des obsèques.

Les plantes fleuries représentent toujours l’essentiel des achats pour le cimetière. Les sommes dépensées augmentent aux dépens des compositions florales et des compositions de plantes. La part des sommes dépensées pour le cimetière, jardin du souvenir ou site funéraire est en hausse et plus particulièrement chez les horticulteurs et les pépiniéristes (+2,4 pts).

(Source : FranceAgriMer)