août 262010
 

Robuste et élégant, le gattilier est un arbuste parfait pour composer de grandes haies libres, fleuries tout au long de l’été d’un beau bleu, trop rare à cette saison. Le parc Montsouris (Paris 14e) en offre un bel exemple, le long d’une grille toute aussi bleue !

Arbuste à floraison estivale

Gattiliers (Vitex agnus-castus) en pleine floraison derrière la grille bleue du parc de Montsouris, Paris 14e (75), août 2010, photo Alain Delavie

Continue reading »

août 132010
 

Le bleu n’est pas la couleur des floraisons d’été et pourtant, en cherchant bien, il est possible de donner une tonalité estivale azurée à son jardinet. En plantant par exemple un duo de gattilier et de sauge d’Afghanistan.

Arbustes à floraison estivale bleue

Pérovskias et gattilier dans le parc André Citroën (Paris 15e) en été, juillet 2010, photo Alain Delavie

Deux petits arbustes robustes, peu exigeants, qui ne craignent pas la chaleur et la sécheresse estivales. Et qui fleurissent beaucoup, chaque année davantage !

Ces deux espèces, Vitex agnus-castus et Perovskia atriplicifolia, aiment les emplacements ensoleillés, avec une terre bien drainée.

À admirer actuellement dans le parc André Citroën (Paris 15e), dans les Jardins Sériels, au Nord-Est du parc. Ces six jardins ont chacune une couleur associée à un métal, à une planète, à un jour de la semaine, à un état de l’eau, mais aussi à un sens :
– le jardin bleu = le cuivre, Vénus, vendredi, la pluie et l’odorat (le plus près de la Seine);
– le jardin vert = l’étain, Jupiter, jeudi, la source et l’ouïe;
– le jardin orange = le mercure, Mercure, mercredi, le ruisseau et le toucher;
– le jardin rouge = le fer, Mars, mardi, la cascade et le goût;
– le jardin argent = l’argent, la Lune, lundi, la rivière et la vue;
– le jardin doré = l’or, le Soleil, dimanche, l’évaporation et le 6ème sens.

août 072010
 

Rencontré au hasard de mes promenades parisiennes, ce petit arbuste chinois m’a séduit par l’opulence de ses inflorescences en gros pompons rose vif, très parfumées quand on s’approche.

Arbuste à floraison estivale

Clérodendron fétide (Clerodendrum bungei), parc de Montsouris, Paris 14e, juillet 2010, photo Alain Delavie

Cette espèce de clérodendron forme un petit buisson d’environ 1,20 m de hauteur. Il prend vite de l’ampleur de part et d’autre du pied mère car il drageonne beaucoup. Même si le feuillage et les rameaux sont détruits par l’hiver, la souche repart de plus belle au printemps, avec un plus grand nombre de pousses.

Arbuste à floraison estivale

Clérodendron fétide (Clerodendrum bungei), parc de Montsouris, Paris 14e, juillet 2010, photo Alain Delavie

Les feuilles sont assez grandes. Elles peuvent atteindre jusqu’à 20 cm de longueur. Elles ont une forme de coeur et sont dentées sur le pourtour. Si les fleurs sont agréablement parfumées, le feuillage dégage une odeur assez désagréable quand on le froisse. D’où le nom commun peu élogieux donné à ce bel arbuste au look exotique.

Arbuste à floraison estivale

Clérodendron fétide (Clerodendrum bungei), parc de Montsouris, Paris 14e, juillet 2010, photo Alain Delavie

Les boutons floraux réunis en corymbes sont déjà très décoratifs. De loin on dirait des bouquets de perles rose foncé.

Arbuste à floraison estivale

Clérodendron fétide (Clerodendrum bungei), parc de Montsouris, Paris 14e, juillet 2010, photo Alain Delavie

Les petites fleurs rose plus clair que les boutons floraux sont étoilées. Les cinq pétales qui les composent forment un long tube. La floraison est estivale, de la fin juillet à septembre.

Arbuste à floraison estivale

Clérodendron fétide (Clerodendrum bungei), parc de Montsouris, Paris 14e, juillet 2010, photo Alain Delavie

Arbuste à floraison estivale

Clérodendron fétide (Clerodendrum bungei), parc de Montsouris, Paris 14e, juillet 2010, photo Alain Delavie

Les fleurs donnent ensuite des baies bleu très foncé toutes aussi décoratives.

Cet arbuste apprécie une exposition chaude et ensoleillée, avec un sol riche qui reste frais pendant la belle saison. Par temps sec, le feuillage fane vite quand la plante manque d’eau. Mais il se redresse vite avec un arrosage copieux.

Le saviez-vous ?
Clerodendrum vient du grec « kleros » qui signifie chance ou destin et « dendron », « arbre ». C’est donc l’arbre de la chance.
Alexander Andrejewitsch von Bunge était un botaniste russe (Kiev 1803 – 1890) qui enseignait en Estonie à l’université de Dorpat. Il étudait la flore dans le désert de Gobi en Mongolie et en Sibérie occidentale.

août 022010
 

Malgré les périodes sèches, les althéas (Hibiscus syriacus) ne cessent de fleurir dans Paris. Arbustes à floraison estivale par excellence, ils déploient leurs grandes fleurs simples, semi doubles ou doubles dans les jardins et parcs parisiens. J’ai craqué sur les bleus…

Arbuste à floraison estivale

Althéa à fleurs bleues (Hibiscus syriacus 'Oiseau Bleu'), parc de Montsouris, Paris 14e, juillet 2010, photo Alain Delavie

La variété la plus courante des althéas à fleurs simples bleues est ‘Oiseau Bleu’. C’est une obtention de Maurice Croux à Chatenay-Malabry (92). Elle a été créée en 1950. Les fleurs se parent d’un bleu doux un peu mauve avec un coeur poupre. Une des rares fleurs d’été bleues.

Et maintenant, quelques photos…

Continue reading »

juil 292010
 

Avec les althéas, les lilas des Indes et les innombrables arbres à papillons qui n’en finissent pas de fleurir dans Paris, les gattiliers font partie des vedettes de l’été dans les jardins publics parisiens. Ces arbustes à floraison estivale très robustes et peu exigeants offrent le plus souvent des épis de fleurs bleues. Mais le Jardin des Halles (Paris 1er) en héberge un superbe spécimen à épis blanc argenté.

Arbuste à floraison estivale

Gattilier blanc (Vitex agnus-castus 'Silver Spire'), Jardin des Halles (Paris 1er), juillet 2010, photo Alain Delavie

Arbuste à floraison estivale

Gattilier blanc (Vitex agnus-castus 'Silver Spire'), Jardin des Halles (Paris 1er), juillet 2010, photo Alain Delavie

Vitex agnus-castus ‘Alba’ ou Vitex agnus-castus ‘Silver Spire’, les deux variétés donnent une floraison blanche. Les épis de la seconde sont plus allongés.

Arbuste à floraison estivale

Gattilier blanc (Vitex agnus-castus 'Silver Spire'), Jardin des Halles (Paris 1er), juillet 2010, photo Alain Delavie

Quelle que soit la météo estivale, sécheresse ou été pourri, le gattilier fleurit, encore et encore. Cette espèce vigoureuse (sans être trop encombrante) et sans soucis mériterait plus de notoriété. Quand il est cultivé en isolé ou dans une haie libre, l’arbuste atteint vite 2 à 3 mètres d’envergure. Les feuilles caduques sont composées et digitées. Le poivre des moines ou agneau-chaste (autres noms communs du gattilier) supporte des tailles sévères en fin d’hiver, car ses fleurs apparaissent sur les nouvelles pousses de l’année.

Arbuste à floraison estivale

Gattilier blanc (Vitex agnus-castus 'Silver Spire'), Jardin des Halles (Paris 1er), juillet 2010, photo Alain Delavie

Un arbuste d’été à installer en plein soleil, dans un sol léger et bien drainé.
Vous pouvez le trouver dans la pépinière Jardins de la Brande.

juil 252010
 

D’une résistance à toutes épreuves ou presque, les corètes du Japon (Kerria japonica ‘Pleniflora’) ont fleuri abondamment au printemps avant de refaire une nouvelle pousse et de nouveau quelques fleurs, moins nombreuses, mais toujours aussi charmantes. Quelques pompons d’or sous le soleil d’été !

Arbuste à fleurs, floraison remontante

Touffe de corète du Japon (Kerria japonica 'Pleniflora') avec quelques fleurs en été sur mon balcon, juillet 2010, photo Alain Delavie

Le pied qui pousse sur mon balcon a pris des proportions imposantes. Je suis obligé de contenir régulièrement son développement pour pouvoir toujours circuler d’un bout à l’autre de mon balcon sans avoir à me déplacer avec une machette (LOL !).

Arbuste à fleurs, floraison remontante

Touffe de corète du Japon (Kerria japonica 'Pleniflora') avec quelques fleurs en été sur mon balcon, juillet 2010, photo Alain Delavie

Côté rue, les branches souples ont pris leur aise et ce sont elles qui donnent une nouvelle floraison. Quelques fleurs parsemées dans une masse de verdure, rien à voir avec l’opulence printanière, mais suffisamment nombreuses pour embellir l’arbuste et lui donner un aspect fleuri.

Je ne redirai jamais assez tout le bien que je pense de cet arbuste à fleurs, qui pousse vraiment très bien en pot : un aspect de bambou sans le côté si envahissant, un port dressé à étalé très élégant, un feuillage très doux au toucher, une floraison généreuse et prolongée (printemps et été, parfois jusqu’en automne si les gelées ne sont pas trop précoces), des soins modérés qui se limitent à des arrosages réguliers et quelques tailles. Quand on sait que cette espèce se bouture et se divise très facilement, pourquoi s’en priver ? Inutile d’acheter une grosse potée, un petit pied donne très vite une grosse touffe.

Arbuste à fleurs, floraison remontante

Corète du Japon (Kerria japonica 'Pleniflora') avec quelques fleurs en été dans le Jardin des Halles (Paris 1er), juillet 2010, photo Alain Delavie

Il n’y a pas que mon pied qui refleurisse. Un peu partout dans la capitale, les buissons de corète portent quelques fleurs, comme ce bel arbuste photographié dans le Jardin des Halles (Paris 1er), non loin de l’église Sainte Eustache.