mar 082011
 

Réaménagée en 2006, l’avenue Jean Jaurès (Paris 19e) offre de part et d’autre une succession de massifs plantés d’arbres, d’arbustes et de plantes vivaces, avec un choix d’espèces originales qui offrent un intérêt ornemental même en plein hiver. Le printemps approchant, les floraisons s’y succèdent de plus en plus.

Floraisons en fin d'hiver dans Paris

Cerisier d'hiver (Prunus x subhirtella 'Autumnalis') et hellébores de Corse (Helleborus argutifolius), avenue Jean Jaurès, Paris 19è (75), début mars 2011, photo Alain Delavie

Je vous ai déjà parlé des cerisiers d’hiver, à la floraison si légère et scintillante quand le soleil brille et même sous les lampadaires. Il y a aussi les viornes de Bodnant (Viburnum x bodnantense) et de nombreux lauriers tins (Viburnum tinus). Mais sous ces arbustes fleurissent aussi des hellébores. Notamment de très beaux hellébores de Corse (Helleborus argutifolius), aux fleurs vert amande.

Floraison de fin d'hiver dans Paris

Hellébore de Corse (Helleborus argutifolius), avenue Jean Jaurès, Paris 19è (75), début mars 2011, photo Alain Delavie

Mais aussi de nombreux hybrides d’hellébores d’Orient, dont les fleur penchent malheureusement le plus souvent vers le sol, ne laissant voir que leur revers. Ou alors il faut vraiment beaucoup se pencher…

Floraison de fin d'hiver dans Paris

Hellébore d'Orient (Helleborus x hybridus), avenue Jean Jaurès, Paris 19è (75), début mars 2011, photo Alain Delavie

Mais parfois une fleur redresse un peu sa corolle. Superbe variété ! Et il y a bien d’autres coloris.

Floraison de fin d'hiver dans Paris

Hellébore d'Orient (Helleborus x hybridus), avenue Jean Jaurès, Paris 19è (75), début mars 2011, photo Alain Delavie

Les passants ont du se demander ce que je faisais presque à quatre pattes pour photographier ces roses d’Orient… Mais bon, les originaux sont légion dans la capitale 😉

Quelques narcisses apportent des touches de lumière par ci par la. Auxquels répondent les forsythias, qui n’ont pas été oubliés dans l’avenue.

Floraisons de fin d'hiver dans Paris

Forsythia, bambou sacré (Nandina domestica) et narcisses, avenue Jean Jaurès, Paris 19è (75), début mars 2011, photo Alain Delavie

Accord tonique avec les fruits rouge vif des bambous sacrés (Nandina domestica), toujours aussi beaux.

Floraisons de fin d'hiver dans Paris

Forsythia et tapis de pachysandra (Pachysandra terminalis), avenue Jean Jaurès, Paris 19è (75), début mars 2011, photo Alain Delavie

Et quelques primevères et des grands tapis de pachysandra (Pachysandra terminalis), qui se parent d’adorables épis blanc crème en ce moment. Le pachysandra est un excellent couvre-sol, au feuillage persistant. À planter toutefois en compagnie d’autres végétaux vigoureux, car il devient vite envahissante, même si au début il pousse très lentement.

Floraison de fin d'hiver dans Paris

Forsythia et tapis de pachysandra (Pachysandra terminalis), avenue Jean Jaurès, Paris 19è (75), début mars 2011, photo Alain Delavie

Les plantations de fleurs vivaces ont mis quelques années à s’installer, mais le résultat commence à être bien visible. D’année en année, les parterres sont de plus en plus intéressants.

Le saviez-vous ?
L’avenue Jean-Jaurès est la plus grande avenue du 19e arrondissement de Paris, nommé en 1914 d’après l’homme politique socialiste français Jean Jaurès (1859-1914). Elle relie la place de la Bataille-de-Stalingrad à la porte de Pantin.

fév 282011
 

Mais oui, mais oui, j’ai des preuves en photos ! Les mimosas fleurissent bien dans la capitale…

Arbuste à floraison hivernale : Acacia dealbata

Mimosa fleuri sur le quai de la Mégisserie, Paris 1er (75), fin février 2011, photo Alain Delavie

Photos prises fin février, dans Paris même.

Arbre à floraison hivernale : Acacia dealbata

Potées de mimosas fleuris, quai de la Mégisserie, Paris 1er (75), fin février 2011, photo Alain Delavie

Je n’ai pas dit dans les jardins !
Mais dans les jardineries et sur les étals des fleuristes qui nous présentent en ce moment une belle gamme d’arbustes méditerranéens fleuris : mimosas (Acacia dealbata), genêt (Cytisus x racemosus), liseron de Turquie (Convolvulus cneorum), hardenbergias (Hardenbergia violacea et la forme à fleurs blanches), grévilléas (Grevillea rosmarinifolia) et polygale à feuilles de myrte (Polygala myrtifolia).

C’est joli tous ces arbustes couverts de fleurs parfois très exotiques, d’autres étant même parfumées. Mais nous sommes à Paris, en Île-de-France, fin février, donc encore en hiver. Autant dire qu’une bonne gelée peut nous tomber dessus jusqu’en avril et certaines années jusqu’en mai.

Alors si vous disposez d’une véranda, d’une serre froide ou d’un jardin d’hiver, pourquoi pas ? Ces belles plantes frileuses ne demandent pas une grosse chaleur à cette époque de l’année, mais ne doivent pas subir de températures négatives. Avis aux amateurs… avertis !

août 132010
 

Le bleu n’est pas la couleur des floraisons d’été et pourtant, en cherchant bien, il est possible de donner une tonalité estivale azurée à son jardinet. En plantant par exemple un duo de gattilier et de sauge d’Afghanistan.

Arbustes à floraison estivale bleue

Pérovskias et gattilier dans le parc André Citroën (Paris 15e) en été, juillet 2010, photo Alain Delavie

Deux petits arbustes robustes, peu exigeants, qui ne craignent pas la chaleur et la sécheresse estivales. Et qui fleurissent beaucoup, chaque année davantage !

Ces deux espèces, Vitex agnus-castus et Perovskia atriplicifolia, aiment les emplacements ensoleillés, avec une terre bien drainée.

À admirer actuellement dans le parc André Citroën (Paris 15e), dans les Jardins Sériels, au Nord-Est du parc. Ces six jardins ont chacune une couleur associée à un métal, à une planète, à un jour de la semaine, à un état de l’eau, mais aussi à un sens :
– le jardin bleu = le cuivre, Vénus, vendredi, la pluie et l’odorat (le plus près de la Seine);
– le jardin vert = l’étain, Jupiter, jeudi, la source et l’ouïe;
– le jardin orange = le mercure, Mercure, mercredi, le ruisseau et le toucher;
– le jardin rouge = le fer, Mars, mardi, la cascade et le goût;
– le jardin argent = l’argent, la Lune, lundi, la rivière et la vue;
– le jardin doré = l’or, le Soleil, dimanche, l’évaporation et le 6ème sens.

déc 242009
 

Cette année, les viornes de Bodnant (Viburnum x bodnantense) ont fleuri très tôt en décembre dans Paris. Il n’y a pas qu’à Paris d’ailleurs, car Kristin en parlait déjà début décembre dans sa Bretagne.

Viburnum x bodnantense en pleine floraison, décembre 2009, Cap 18 Paris (75), photo Alain Delavie

Viburnum x bodnantense en pleine floraison, décembre 2009, Cap 18 Paris (75), photo Alain Delavie

Mais en Bretagne, cela semble plus normal, le temps y est plus doux qu’en région parisienne. Dans tous les cas, les températures glaciales de ces derniers jours n’empêchent pas ces arbustes robustes de continuer à fleurir et à embaumer, en compagnie des mahonias (Mahonia x media ‘Charity’) et des cerisiers d’hiver (Prunus x subhirtella ‘Autumnalis’). Des fleurs bien sympathiques en cette veillée de Noël.

Viburnum x bodnantense en pleine floraison, décembre 2009, Cap 18 Paris (75), photo Alain Delavie

Viburnum x bodnantense en pleine floraison, décembre 2009, Cap 18 Paris (75), photo Alain Delavie

Je vous souhaite un très joyeux et excellent réveillon. Que la fête commence, dans la joie et la bonne humeur !

déc 132009
 

C’est la première année que je remarque l’incroyable beauté des abélias défleuris. Ils gardent des bractées roses lustrées qui tranchent avec le feuillage brillant.

Massif d'abélias défleuris en fin d'automne, jardin du Musée du quai Branly (Paris 7ème), décembre 2009, photo Alain Delavie

Massif d'abélias défleuris en fin d'automne, jardin du Musée du quai Branly (Paris 7ème), décembre 2009, photo Alain Delavie

Toutes ces petites ailettes roses forment un ensemble vaporeux d’une grande élégance quand on admire le massif dans son ensemble. Et vues de plus près, elles sont tout simplement charmantes.

Abélia défleuri en fin d'automne, jardin du Musée du quai Branly (Paris 7ème), décembre 2009, photo Alain Delavie

Abélia défleuri en fin d'automne, jardin du Musée du quai Branly (Paris 7ème), décembre 2009, photo Alain Delavie

Teintes douces, délicatesse des formes… Du grand art végétal !

Abélia défleuri en fin d'automne, jardin du Musée du quai Branly (Paris 7ème), décembre 2009, photo Alain Delavie

Abélia défleuri en fin d'automne, jardin du Musée du quai Branly (Paris 7ème), décembre 2009, photo Alain Delavie