juin 162014
 

Aspidistra elatior 'Equinoxe', Paris 19e (75)
Très lentement mais sûrement, mon petit pied d’Aspidistra elatior ‘Équinoxe’ pousse et vient de développer une première belle feuille moitié verte, moitié blanc vert, la couleur blanche n’étant pas encore complètement affirmée. Mais c’est déjà un début plus que prometteur !

avr 072014
 

Aspidistra elatior 'Equinoxe', Pépinière Le Jardin de la Roche Saint-Louis
J’en rêvais, je la voulais, je vous en ai parlé dans ma wish-list de Noël… Et quelle ne fut pas ma surprise quand Dominique Voisin (pépinière Le Jardin de la Roche Saint-Louis) m’a tendu un petit pot de cet aspidistra à la panachure si particulière et régulière quand je suis passé sur son stand lors de la Fête des Plantes de Saint-Jean de Beauregard.

Le Père Noël (ou plutôt la Mère Noël) m’attendait à Saint-Jean de Beauregard ! Merci Dominique !!!

Aspidistra elatior 'Equinoxe', plante d'intérieur à feuillage panaché, Paris 19e (75)
La plante est toute petite, un bébé, mais déjà avec sa belle panachure.
Aussitôt arrivée, aussitôt installée dans un endroit lumineux sans soleil. Sous haute surveillance !

déc 312011
 

Mon pied d’apidistra n’a pas fait une seule feuille depuis plus d’un an. Mais il ne dépérit pas pour autant, les feuilles sont belles, mais il ne bouge plus se contentant de prendre la poussière, comme une plante artificielle. Résistant certes, mais guère enthousiasmant !

Potée d'aspidistra, plante d'intérieur

Mais je dois reconnaître que je l’avais relégué au fond de la pièce, dans un coin recevant peu de lumière du jour. Cette plante robuste a bien résisté, et ce d’autant plus que j’ai modéré mes arrosages pour ne pas faire pourrir les racines, mais elle n’a pas poussé. Elle a survécu, ce qui n’est déjà pas si mal…

Potée d'aspidistra, plante d'intérieur

J’aime beaucoup cette plante qui n’a rien de spectaculaire, mais qui possède une grande élégance. Pour lui redonner du tonus, je l’ai déplacée et je l’ai rapprochée de la grande baie vitrée exposée à l’Est. Le matin, elle aura un petit peu de soleil non brulant. Dans mon précédent appartement, le pied que j’avais à l’époque poussait beaucoup, mais la salle à manger était très lumineuse. Les aspidistras sont des plantes d’ombre, mais elles ont quand même besoin de beaucoup de lumière, sans soleil direct. Au printemps prochain, je lui ferai faire un grand séjour en plein air sur le balcon. Cela devrait lui donner plus de vigueur.

mar 172009
 

J’ai profité du beau soleil et de la douceur du week-end dernier pour terminer les tailles et le nettoyage dans mes potées et jardinières.

J’ai beaucoup joué du sécateur et même de la scie pour venir à bout de mon oeillet d’Inde géant qui avait formé de véritables branches.J’ai ratiboisé le feuillage desséché de mon aspidistra, plutôt mal en point. Le pied n’est pas mort, mais il va lui falloir du temps pour reformer la grosse touffe que j’avais.Les tuteurs sont installés pour soutenir les coeurs-de-Marie (Dicentra spectabilis ‘Alba’) déjà bien démarrés. J’adore leur couleur vert fluo !Une bonne chose de faite, car les tiges cassent comme du verre.
Un bon coup de balai pour terminer afin d’enlever toute la terre projetée par les oiseaux. J’accusais les pigeons, mais j’ai pris un merle en flagrant délit de gratouillage. La terre volait partout sous ses coups de bec énergiques !
Et maintenant Iris la chatte peut traverser le balcon sans se salir les pattes ! Ni salir mon appartement ensuite…Bon et bien ce n’était que le début des travaux printaniers. Maintenant que j’y vois plus clair, le temps des plantations va pouvoir commencer. Ca tombe bien, les fêtes des plantes vont elles aussi débuter en région parisienne, notamment le premier week-end d’avril. Cette année, j’ai pas mal d’achats à faire et la place est prête !

fév 162009
 

Mon pied de cactus orchidée (Epicactus), superbe au printemps 2008, n’a pas supporté les vagues de froid de cet hiver, alors qu’il avait bien résisté depuis trois ans.J’avais pourtant mis la potée plus à l’abri contre le mur du balcon, mais les températures ont vraiment été trop basses. Le résultat, cette curieuse couleur albinos… Du sorbet de cactus !
Il reste encore des parties bien vertes à la base, je verrai au printemps si quelques espoirs sont encore permis.Même le pied d’aspidistra a souffert un peu, alors qu’il vit dehors depuis que je suis revenu m’intaller à Paris, voici plus de dix ans maintenant. J’avais aussi un pied de phalangère (Chlorophytum) qui avait tenu bon depuis mon emménagement dans mon appartement actuel. Mais cette année, la plante est cuite, archicuite !

jan 132009
 

Depuis plusieurs années, ma potée d’aspidistra cultivée à l’extérieur sur mon balcon résiste aux intempéries et aux gelées. Même aux derniers froids pourtant sévères dans Paris.Cette plante verte est habituellement cultivée comme une plante d’intérieur, ultra robuste et peu exigeante en lumière. Mais elle peut très bien vivre en plein air, tout du moins à Paris et en ville. Le feuillage n’est même pas abîmé alors que d’autres plantes ont été comme cuites par les gelées, comme les pousses de misère installées tout autour de la potée d’aspidistra et que l’on aperçoit un peu sur la photo. Mes deux minis cyclamens pourtant si fleuris ont aussi tourné l’arme à gauche. Le froid a eu raison d’eux, il n’y a plus d’espoir quand on voit l’état des potées.Je sens qu’il va y avoir des vides dans les jardinières au printemps…