mar 172012
 

En 2012 Vilmorin lance une nouvelle gamme inédite « Les légumes de mon balcon », à destination des citadins désireux de cultiver un potager.

Pour réussir son potager de balcon, Vilmorin a associé des semences à un activateur de croissance 100 % naturel qui stimule le développement racinaire et favorise le bon développement du végétal, tout en nécessitant moins d’entretien. Une solution prête à l’emploi pour des récoltes savoureuses assurées, même pour les jardiniers novices. Un geste simple : secouer le sachet pour bien mélanger, puis semer comme d’habitude.

Vilmorin a sélectionné 10 variétés de semences potagères et aromatiques spécifiquement adaptées à la culture en pot ou jardinière. Un choix de variétés gourmandes, mais aussi décoratives et tendances qui devraient séduire les jardiniers urbains. Les sachets sont justement dosés. La quantité de semences est adaptée aux petites surfaces et à la consommation des citadins.

Jardinière de haricots 'Mascotte', Vilmorin

6 potagères : haricot ‘Mascotte’, tomate cerise, radis ‘Tinto’, salade ‘Bowl verte’, salade ‘Bowl rouge’ et piment de Cayenne.
4 aromatiques décoratives : basilic Pourpre, basilic ‘Marseillais’, persil ‘Géant d’Italie’ et ciboulette.

Sachet de graines de haricots 'Mascotte', Vilmorin

 

 

 

 

 

 

 

 

Prix de vente indicatif : 2,50 € le sachet.

mar 132012
 

L’édition 2012 du concours du plus gros potiron urbain est ouverte !

L’idée de base de ce concours est de faire émerger la courge la plus grosse et originale dans l’endroit le plus incongru.
Le concours du Potiron Urbain 2012 est ouvert à tous.
Pour vous inscrire, connectez-vous sur le site Internet Concourbitacées 2012 et demandez le formulaire électronique d’inscription au concours.

Pendant le développement de votre futur champion, il vous sera demandé d’envoyer au moins une photo du plant, si possible avec le fruit déjà en formation. Puis, avant la récolte du potiron, lorsque sa croissance est terminée, vous devrez photographier (avantageusement) ce dernier pour clairement identifier le fruit à l’endroit même où il s’est développé.

Les photos, la localisation (adresse ou coordonnées GPS) ainsi qu’une présentation synthétique (si vous le souhaitez) de votre culture seront publiés sur le site du concours au fur et à mesure que vous nous en ferez parvenir les progrès.

Plusieurs catégories sont ouvertes :

  • La grosse Bertha : le potiron le plus gros (lourd) produit en milieu urbain, le champion poids-lourd toutes catégories confondues. Une pesée sous contrôle du comité d’expert (faute d’huissiers) de Concourbitacées 2012 devra être réalisée pour attester du poids de la bête.
  • Le grimpeur orange : un prix spécial sera décerné au potiron dont le plant aura réussi l’impossible, c’est-à-dire produire dans les conditions les plus difficiles ; accroché sur un mur, un poteau, une grille, un arbre, etc… Attention tout de même à veiller à ce que le fruit soit bien sécurisé lors de sa croissance pour éviter les chutes sur les passants ! Plus que la taille du potiron, c’est la configuration la plus originale et incongrue du plant dans son environnement qui sera primordiale pour gagner ce prix.
  • Doré au bitume : prix du plus gros potiron cultivé sur trottoir ou sur rue. Plusieurs configurations sont possibles : le plant peut être cultivé hors sol, en pot, sac ou n’importe quel contenant, mais il peut également être planté dans d’éventuels trous ou aspérité dans un trottoir.
  • À l’aise Blaise : prix du plus gros potiron cultivé en terrain ouvert ; en jardin partagé, en terrain vague ou en construction.

Le blog Concourbitacées 2012
Et pour ceux qui voudraient se lancer dans la compétition, un article intéressant sur le site Internet de Rustica : Légumes géants, variétés record de potirons, tomates, choux, oignons, fleurs…

mar 102012
 

Primevère acaule hybride sur mon balcon en fin d'hiver

Un coloris étonnant et délicat à la fois, un petit prix, et hop ! La primevère est arrivée dans le panier, direction mon balcon qui manquait décidément de quelques fleurs en cette fin d’hiver.

Primevère acaule hybride sur mon balcon en fin d'hiver

Elle est mignonne cette primevère, non ?

mar 062012
 

Nouvelles pousses d'achilléee en fin d'hiver sur mon balcon

Aussi précoce que ma touffe de coeur–de-Marie, mon pied d’achillée s’est empressé de donner des petites feuilles dès que les températures se sont adoucies. Ça, c’est de la bonne plante vivace bien robuste !

Il s’agit d’Achillea millefolium ‘Peachy Seduction’, une nouvelle variété lancée par Blooms of Bressingham qui montre une vigueur exceptionnelle depuis que je l’ai reçue au début de l’été dernier, même cultivée en pot. Elle a peu fleuri l’an dernier car elle était trop jeune, mais ses fleurs ont beaucoup de charme. Et j’adore son feuillage, découpé comme celui d’une fougère. Une touffe de petites plumes !

fév 282012
 

Nouvelles pousses de coeurs-de-Marie (Dicentra spectabilis 'Alba') en fin d'hiver sur mon balcon

La vague de froid sibérien ne les aura décidément pas longtemps bloqué dans leur croissance. Quelques jours de redoux et les bourgeons pointent de toute part dans la jardinière. Pour les coeurs-de-Marie (Dicentra spectabilis ‘Alba’), l’hiver semble terminé…

Nouvelles pousses de coeurs-de-Marie (Dicentra spectabilis 'Alba') en fin d'hiver sur mon balcon

Hormis le pied de sarcococca qui se remet à fleurir et qui attire les premiers bourdons, les autres plantes sur le balcon sont encore endormies. Mais chaque année, les coeurs-de-Marie semblent vouloir être les premiers à sortir et pousser. Des plantes vivaces parfaitement rustiques, qui n’ont nullement souffert des fortes gelées.

fév 282012
 

Potées de mimosa fleuri et de camélia sur un balcon de l'Île de la Cité, Paris 1er (75)

Les gelées ont grillé les quelques mimosas plantés dans les jardins parisiens, mais aussitôt les froids terminés, les balcons parisiens retrouvent vite de leur superbe. Un tour dans une jardinerie, chez un fleuriste, sur le quai de la Mégisserie ou dans le marché de l’Île de la Cité et hop, les fleurs réapparaissent comme par enchantement… Et un superbe mimosa jaune d’or !

Par contre, l’association camélia et mimosa, çe n’est pas top… Le mimosa demande le grand soleil et une exposition en plein Sud, le camélia au contraire se plaît plutôt au Nord, à l’abri des rayons du soleil, surtout les plus chauds. Les deux craignent les fortes gelées.