mar 032012
 

Tulipes forcées dans un Potogreen, lancement du pacte Plus de jardins dans la cité, Le Comptoir Général, quai de Jemmapes, Paris 10e (75), 1er mars 2012, photo Alain Delavie

Les jardins en ville sont très variés et parfois minuscules, comme ce superbe Potogreen fleuri présenté lors du lancement du Pacte pour le Jardin dans la Cité qui s’est déroulé au Comptoir Général le 1er mars dernier.

Une création Paule Kingleur / Paris Label.

fév 182012
 

Potée de jacinthe forcée à fleurs jaunes

Ma potée de jacinthes forcées a vite poussé démesurément en tous sens, nécessitant une installation en hauteur pour pouvoir admirer les belles grappes de fleurs jaune vanille, une couleur moins fréquente que le rose ou le bleu.

Potée de jacinthe forcée à fleurs jaunes

Très belle floraison opulente à souhait, sans oublier le parfum puissant et frais qui envahit la pièce. Un petit air de printemps entre dans l’appartement.

déc 082011
 

Muscaris forcés, Paris 19e (75), décembre 2011, photo Alain Delavie

Et oui, vous ne rêvez pas, ce sont bien des muscaris on ne peut plus fleuris quelques semaines à peine avant Noël, alors même que l’automne n’est pas terminé.

Ils sont adorables, mais que vont nous vendre les fleuristes au printemps prochain ? Des sapins de Noël ?
Déjà que les cactus de Noël commencent à nous arriver en fin d’été avec des primevères acaules aux fleurs géantes et clinquantes, sans parler des minis rosiers et des chrysanthèmes que l’on nous propose toute l’année, du 1er janvier au 31 décembre. Et depuis peu, les cerises sont revenues sur les étals, à côté des mandarines et autres clémentines.

Remarquez, si la folie des plantes forcées à tout va continue avec toujours un peu plus d’avance sur la date normale de floraison, à force, on va peut être tellement avancer ces pauvres bulbes à fleurs… qu’ils seront peut-être fleuris au printemps.

fév 112011
 

Depuis quelques semaines déjà, les étals des fleuristes et des jardineries se chargent de potées et de compositions de bulbes à fleurs forcés, évocateurs d’un printemps encore lointain. Jacinthes, crocus, tulipes et narcisses composent l’essentiel de la gamme. Si le parfum des jacinthes me fait souvent craquer, je résiste encore moins au charme incomparable des petits iris nains.

Bulbes à fleurs forcés : iris nains (Iris reticulata)

Potée d'iris nains forcés (Iris reticulata), février 2011, photo Alain Delavie

Ces petits iris bulbeux sont habituellement cultivés dans le jardin, car ils sont parfaitement rustiques. Mais leur floraison est un peu plus tardive, d’autant plus que l’hiver est rigoureux. Les potées de bulbes forcés permettent d’avancer la floraison au coeur de l’hiver, quand les jardins sont en léthargie et peu ou pas fleuris.

Bulbes à fleurs forcés : iris nains (Iris reticulata)

Potée d'iris nains forcés (Iris reticulata), février 2011, photo Alain Delavie

Si vous avez un rebord de fenêtre, un balcon, une terrasse ou une cour, il est préférable de laisser le plus possible votre potée d’iris nains à l’extérieur, tant qu’il ne gèle pas. À situation ensoleillée.
Ces petites plantes vivaces ne résistent guère à l’ambiance bien trop chauffée de nos intérieurs. Avec une température de 18 °C et plus, la floraison ne dure que quelques jours à peine. Tant de beauté si vite disparue, avouez que c’est dommage…

Le mieux c’est d’installer dehors votre petite potée, quitte à la rentrer quand vous revenez à la maison. Mais pour la nuit, s’il ne gèle pas, c’est retour dehors. Après la floraison, il faudra rempoter la potée sans casser la motte ni enterrer davantage les bulbes. Le substrat doit être léger, bien drainant. Le feuillage va continuer à se développer au printemps, puis finir par se dessécher en été. La plante rentre alors en repos, jusqu’à la fin de l’hiver suivant. Il faut alors veiller à laisser les bulbes complètement au sec.

Bulbes à fleurs forcés : iris nain (Iris reticulata)

Potée d'iris nains forcés (Iris reticulata), février 2011, photo Alain Delavie

Une petite potée d’iris nains forcés vous coûtera moins de 10 euros. Un petit prix pour un super cadeau de Saint-Valentin. Ces iris sont très chics, raffinés, délicats, superbes tout simplement !

Le saviez-vous ?
Iris reticulata est originaire de Turquie, d’Iran, d’Iraq, de l’ancienne URSS et du Caucase. La plante atteint une hauteur de 7 à 14 cm. Les feuilles sont linéaires et très fines. Les pétales des fleurs ont une marque jaune d’or. La plupart des plantes proposées dans le commerce horticole sont des hybrides.

jan 302011
 

Les floraisons de mes bulbes d’amaryllis forcés se suivent de plus en plus vite. C’est au tour maintenant de l’amaryllis ‘Sydney’ de déployer ses immenses trompettes rouges et blanches. Attention les yeux, beautés impressionnantes…

Bulbe forcé d'amaryllis (Hippeastrum)

Amaryllis 'Sydney' en pleine floraison, 29 janvier 2011, photo Alain Delavie

Grandes fleurs simples en forme de trompette évasée, blanches avec des marques ou des stries rouges.

Bulbe forcé d'amaryllis (Hippeastrum)

Amaryllis 'Sydney' en pleine floraison, 29 janvier 2011, photo Alain Delavie

La texture de la fleur fait penser au papier crépon…

Bulbe forcé d'amaryllis (Hippeastrum)

Amaryllis 'Sydney' en pleine floraison, 29 janvier 2011, photo Alain Delavie

Bulbe forcé d'amaryllis (Hippeastrum)

Amaryllis 'Sydney' en pleine floraison, 29 janvier 2011, photo Alain Delavie

Je devais avoir deux potées différentes d’amaryllis, car les étiquettes indiquaient ‘Sydney’ pour un bulbe, ‘Toronto’ pour l’autre, mais en faite je me retrouve avec deux potées de la même variété, ‘Sydney’. Très belle, il n’y a rien à redire, d’autant plus que tous les boutons floraux ne sont pas encore épanouis. Encore de belles floraisons en perspective.

Bulbes forcés d'amaryllis (Hippeastrum)

Deux potées d'amaryllis 'Sydney' en pleine floraison, 29 janvier 2011, photo Alain Delavie

Trois variétés d’amaryllis, trois belles floraisons. Vivent les amaryllis !

Et je vous souhaite un bon dimanche…

déc 232010
 

Les potées et compositions de bulbes forcés commencent à arriver en nombre dans les points de vente de jardinage. Une flopée d’amaryllis aux immenses fleurs veloutées, beaucoup de jacinthes si parfumées quand elles s’ouvrent et déjà quelques narcisses. Noël n’est pas encore passé que déjà on nous vend du printemps…

Bulbes à fleurs forcés

Potée de narcisses forcés, photo Alain Delavie

Un air de printemps, un espoir de printemps alors même que l’hiver ne fait que commencer…
L’amaryllis forcé va bien avec Noël. Souvent rouge, d’un aspect velouté satiné, il a un côté festif, fêtes de fin d’année. Très bling-bling aussi. Un côté haricot magique par ailleurs, tellement ses tiges poussent vite et ses fleurs immenses s’ouvrent tout aussi rapidement pour atteindre des dimensions gigantesques.

Bulbe à fleurs forcé

Amaryllis forcé (Hippeastrum), photo Alain Delavie

Dommage qu’il soit si difficile à faire refleurir…
En hiver, j’apprécie tout particulièrement les jacinthes forcées et leur parfum d’une puissance incroyable. Quelques fleurons de la grappe s’ouvrent et une vague de fraîcheur envahit la pièce où la potée est installée.

Bulbes à fleurs forcés

Potée de trois bulbes forcés de jacinthes, photo Alain Delavie

Quand les grappes de fleurs sont déjà bien visibles comme sur la photo, il ne faut plus que quelques jours pour que la floraison commence, surtout si la pièce est bien chauffée.

L’hiver commence ? Qu’importe ! Laissons entrer un air de printemps pour mieux l’attendre…