mar 172012
 

Camélia, hellébore, magnolia, L'essence du printemps

La Jardinerie de curiosités Taffin (Montmorency, 95) fête l’arrivée de la belle saison avec une ouverture en grâce majeure sur le thème de « l’essence du printemps ». Au programme, la présentation d’une sélection foisonnante piochée parmi les hellébores, les camélias et les magnolias. Trois genres qui magnifient le réveil de la nature. À découvrir jusqu’au 31 mars 2012.

Rois de la sélection, les magnolias caducs, dans la beauté simple de leur floraison sur bois nu pour les plus précoces sont des arbres évocateurs de mystères. L’éclatant spectacle de leurs fleurs amples ou étoilées, aux teintes roses, blanches ou jaunes, provoque chaque année des réactions de fascination. La sélection présentée propose des arbustes solides, élevés en pleine terre, aux floraisons étalées et aux coloris nuancés. Du généreux Magnolia x soulangeana, au très florifère ‘Susan’ bien adapté aux petits jardins tout comme le sublime Magnolia liliflora ‘Nigra’ à la floraison tardive et remontante. Sans oublier l’éblouissement des Magnolia stellata et M. stellata ‘Waterlily’ qui explosent en une constellation étoilée de fleurs.

Est-il besoin d’insister sur le pouvoir du camélia sur notre imaginaire ? Alexandre Dumas et Verdi en ont fait une star, associée pour l’éternité à la délicatesse et à la fragilité. Sa filiation avec le camélia à thé laisse rêveurs. Feuilles brillantes dans l’obscurité de l’hiver, couleur éclatante des fleurs, pelotonnées dans leur rondeur, qui percent sous le froid et – parfois- la neige, elle symbolise la résistance à la morsure hivernale. Un printemps que le camélia annonce et accompagne grâce aux variétés les plus tardives. Fleurs simples, doubles, imbriquées, en forme de pivoine ou d’anémones ? Tout est question de goût. Le coup de cœur : les camélias champêtres aux formes libres, volontiers échevelées, aux fleurs simples et délicates. À planter en pot, en isolé ou en haie.

La proximité de la jardinerie avec le Nord de la France et la Belgique est une chance pour découvrir les fabuleux pépinièristes de vivaces – rustiques et bien adaptées à notre climat- qui produisent avec passion dans cette région. Avant la fête des vivaces du mois de mai, mars met à l’honneur les hellébores. Il faut profiter de la richesse de ces belles de mi-ombre, aux feuillages travaillés et aux coloris sans cesse renouvelés par hybridations. Velours noir, vert amande, rose délicatement violacé, rose vif… La palette de couleurs est un bonheur à travailler pour le jardinier. Une sélection de belles classiques Helleborus niger, H. corsicus, H. foetidus, H. argutifolius, de belles orientales et de plus sophistiquées ‘Candy Love’, ‘Snow Love’, à fleurs doubles…

Jardinerie de curiosités Taffin
Ouvert 7 jours sur 7, de 10h à 19h sauf le lundi de 14h à 19h.
6, rue des Chesneaux,
95160 Montmorency.
Tél. : 01 39 64 57 01 (jardinerie) ou 01 34 12 91 43 (bureaux).
Email : contact@jardins-taffin.com

fév 042012
 

Camélia 'Quintessence' sur mon balcon fin janvier, photo Alain Delavie

Mais avec le coup de froid soudain qui s’est abattu sur la capitale et la France entière, les fleurs ont gelé et sont toutes fripées.

Les feuilles n’ont pas bel aspect non plus, mais elles devraient reprendre leur allure dès que le froid s’atténuera. Enfin je l’espère.
Par contre, cette fois-ci le pied de bégonia ‘Dragon Wing’ et la misère (Tradescantia fluminensis) que je fais pousser dans les jardinières sur mon balcon sont bel et bien… Occis ! Cuits, gelés, ramollis…

Le côté positif de cette vague de froid qui devrait durer jusqu’à jeudi prochain dans la région, c’est son rôle « désinfectant ». Les fortes gelées vont enfin éliminer une partie de la vermine qui attaquent les plantes et les jardins. Va y avoir du pucerons morts !

nov 242011
 

Fleur double d'un camélia en automne dans la rue Gambetta, Paris 20e (75)

Il faut aller à l’angle de l’avenue Gambetta et de la rue des Gâtines (Paris 20e) pour contempler ce beau camélia blanc à fleurs très double.

Dans la classification des types de fleurs des camélias, on parle de fleur d’anémone quand il y a une ou plusieurs rangées de pétales autour de la fleur avec les étamines transformées en pétaloïdes et groupées pour former une masse rebondie au coeur de la fleur.

nov 152011
 

Camellia sasanqua sur la place Armand Carrel, devant la Mairie, Paris 19e (75)

Les grands camélias (Camellia sasanqua) installés dans des bacs sur la place de la mairie du 19e arrondissement de Paris sont actuellement couverts de fleurs. Une belle démonstration de la facilité de culture de ces arbustes en pot en plein soleil.

Camellia sasanqua sur la place Armand Carrel, devant la Mairie, Paris 19e (75)

Continue reading »

avr 022011
 

C’est un de mes derniers achats. Je voulais depuis longtemps un camélia, sans trop savoir lequel choisir car le nombre de variétés de camélias est considérable. J’ai finalement craqué pour ‘Quintessence’, une variété de camélia champêtre à petit développement et aux nombreuses petites fleurs simples très parfumées.

Camellia 'Quintessence'

Floraison du camélia 'Quintessence', 31 mars 2011, photo Alain Delavie

C’est un hybride de Camellia lutchuensis.

Cette variété a un port étalé, presque retombant. Sa croissance est lente. À dix ans, elle atteint une hauteur d’environ 50 cm pour une largeur d’environ 70 centimètres. Un camélia modèle réduit !
Cet arbuste est idéal pour une culture en pot sur un balcon, une terrasse ou dans une petite cour peu ensoleillés.

Camellia 'Quintessence'

Potée de camélia 'Quintessence' sur mon balcon, 31 mars 2011, photo Alain Delavie

Le feuillage est persistant et vernissé. La plante fleurit de février jusqu’à avril. Les petites fleurs sont parfumées et blanc crème avec un peu de rose au revers et un bouquet d’étamines jaune paille.

Camellia 'Quintessence'

Floraison du camélia 'Quintessence', 31 mars 2011, photo Alain Delavie

Ce camélia va remplacer ma touffe de fougère houx (Cyrtomium fortunei) dans la grosse potée où est déjà installé le gardénia rustique (Gardenia jasminoïdes ‘Kleim’s Hardy’). La fougère a pris beaucoup d’ampleur et les nouvelles frondes ont tendance à couvrir le gardénia et les plantes dans les jardinières voisines. Le camélia sera plus sage, son feuillage est en plus brillant, plus lumineux que celui de la fougère, mat et un peu terne. Et j’aurai des fleurs parfumées en fin d’hiver et au printemps, juste après la floraison du sarcococca. Quant à la fougère, je ne lui ai pas encore trouvé sa nouvelle place, mais pas question de m’en séparer…

Pour la plantation du camélia :
Ouvrir un trou d’un volume double de celui de la motte et bien tremper celle-ci. Ôter le conteneur, préparer un mélange de 25% de tourbe, 50% de terre de bruyère et 25% de terre de jardin et en remplir le fond du trou. Placer la plante et finir de remplir en tassant autour du tronc de l’arbuste. Ne pas trop enterrer la motte : le dessus doit se trouver au niveau du sol. Terminer par un arrosage copieux.

Où acheter le camélia ‘Quintessence’ ?
J’ai trouvé mon camélia ‘Quintessence’ chez Truffaut, dans le magasin d’Ivry-sur-Seine (94) qui valait le déplacement mercredi dernier, avec de gros arrivages de fleurs de toutes sortes. Vous pouvez le commander aussi chez un pépiniériste collectionneur spécialisé dans les plantes de terre de bruyère : Stervinou.

Camellia 'Quintessence'

Potée de camélia 'Quintessence' sur mon balcon, 31 mars 2011, photo Alain Delavie

mar 262011
 

Allez vous balader dans l’avenue Montaigne (Paris 8e) et vous y découvrirez quelques somptueuses potées de ce camélia aux grandes fleurs doubles imbriquées, d’un blanc très pur. Chic et raffiné, cette arbuste au feuillage vert sombre brillant est la fleur parfaite pour cette grande avenue du luxe et ce début de printemps.

Arbuste de terre de bruyère : camélia 'Nuccio's Gem'

Camellia japonica 'Nuccio's Gem', avenue Montaigne, Paris 8e (75), mars 2011, photo Alain Delavie

Tant de perfection et de beauté dans chacune des fleurs…

Arbuste de terre de bruyère : camélia 'Nuccio's Gem'

Camellia japonica 'Nuccio's Gem', avenue Montaigne, Paris 8e (75), mars 2011, photo Alain Delavie

Des fleurs doubles aux pétales imbriqués, le tout donnant une forme parfaite.
Luxe, calme et volupté…

Arbuste de terre de bruyère : camélia 'Nuccio's Gem'

Camellia japonica 'Nuccio's Gem', avenue Montaigne, Paris 8e (75), mars 2011, photo Alain Delavie

Cette somptueuse variété de camélia du Japon a été créée en 1970 dans les pépinières Nuccio, à Altadena en Californie (USA). Cet arbuste à feuillage persistant à une croissance vigoureuse, mais il garde un port compact et bien droit. Les fleurs sont magnifiques quand elles s’épanouissent, mais en fanant, elles deviennent très laides, comme la plupart des fleurs blanches. Le marron qui gagne la fleur moribonde n’est pas vraiment très joli à voir.

Arbuste de terre de bruyère : camélia 'Nuccio's Gem'

Potée de Camellia japonica 'Nuccio's Gem', avenue Montaigne, Paris 8e (75), mars 2011, photo Alain Delavie

À cultiver dans une terre neutre ou acide, humifère et bien drainée, mais toujours fraîche.
Ce camélia pousse aussi bien en pleine terre que dans un grand bac où il faudra surveiller les arrosages pour éviter tout coup de soif. Notamment en été, quand la plante forme ses nouveaux boutons floraux.