juil 282013
 

Ciel d'été au-dessus de Paris

La succession des températures étouffantes ou brulantes avec les épisodes orageux souvent venteux et accompagnés de fortes pluies, quand ce n’est pas de grêle, malmène les plantes de nos jardins qui doivent résister à des conditions extrêmes et des changements brusques. La versatilité de notre climat dit tempéré ne s’est jamais aussi bien exprimée que cette année, plutôt difficile pour les plantes et les jardiniers.

Quelques mesures pour aider les plantes à supporter les fortes chaleurs

  • Ombrez les plantes qui montrent des signes importants de stress sous l’effet de la chaleur excessive, soit en les abritant sous un parasol, un arbre ou dans une zone dépourvue de soleil quand elles sont cultivées en pot, soit en construisant une ombrière provisoire pour les végétaux en pleine terre. Quand les températures restent au-dessus de 25 °C, abritez les plantes potagères les plus sensibles à la chaleur (salades, radis, épinards, etc.) avec des arceaux recouverts d’une toile d’ombrage. Pour les tomates, vous pouvez installer des piquets pour faire une petite pergola, à recouvrir sur le dessus uniquement de cannisses ou de paillassons. Ponctuellement, vous pouvez disposer une ombelle ou un vieux parapluie récupéré et débarrassé de sa toile, sur lequel vous aurez tendu une toile d’ombrage. Ce système permet d’apporter une ombre fraîche à quelques pieds de cerfeuil ou de persil par exemple. Il faut juste veiller à bien fixer la protection, pour éviter qu’elle ne s’envole au premier coup de vent.
  • Ombrez la serre, la véranda et les châssis où vous cultivez encore des plantes. Il faut installer des volets ou des panneaux opaques qui empêcheront le soleil d’atteindre les vitres.
  • Installez des jeux d’eau et un aérateur pour oxygéner l’eau du bassin.
  • Au moins deux heures après le coucher du soleil, arrosez copieusement les végétaux pour les réhydrater pendant la nuit. Attention toutefois de ne pas noyer les cactées et autres plantes grasses qui ralentissent leur croissance par fortes températures.
  • Mouillez les murs entourant le jardin, le sol et les parois de la serre ou de la véranda, ainsi que le sol des allées pour créer une atmosphère plus humide, arrosez la pelouse (toujours après le coucher du soleil). Ces surfaces mouillées vont rapidement sécher, mais l’évaporation de l’eau s’accompagne d’un petit abaissement de la température.

En cas d’orage

  • Arrêtez toutes vos activités jardinières à l’extérieur.
  • Ne restez pas dans le jardin, encore moins sous un arbre ou une tonnelle en métal, et rentrez à l’abri.
  • Si vous vous trouvez en ville ou en pleine nature, recherchez une situation qui présente le moins de danger possible. Cessez les activités tels que la baignade, la pêche, le vélo, le bateau, la pratique du golf, de l’escalade ou certaines opérations de bricolage (réparation de toiture, travaux électriques).
  • Avant de partir en promenade, consultez les prévisions locales données par Météo-France ou le réseau français de surveillance des orages et de prévention du risque foudre, Météorage.

Et pour vous aider à mieux cerner ou anticiper cette météo capricieuse, voici une sélection de dictons de circonstances :
« Hirondelle volant haut, Le temps sera beau. Hirondelle volant bas, Bientôt il pleuvra. » »Le martinet rasant le sol annonce l’orage. »
« Cloportes en foule sur les murs, Le mauvais temps est sûr. »
« Si la fleur du mouron se referme : pluie. »
« Quand les bonnes ou les mauvaises odeurs montent plus fort dans le nez, c’est signe de pluie. »

juil 262013
 

Cymbalaria muralis 'Snow Wave' sur mon balcon en été, Paris 19e (75)

J’ai pourtant surveillé les arrosages pour qu’aucune des plantes sur mon balcon ne souffre du moindre manque d’eau, mais les très fortes températures du début de la semaine, avec notamment une journée à 34 °C à l’ombre lundi dernier, ont malmené certaines plantes comme la cymbalaire, les némésies et les tiarellas. Pas crevées, mais fortement fatiguées.

Les némésies ont cessé de fleurir, la cymbalaire que je vous montrais resplendissante la semaine dernière a perdu une bonne partie de son feuillage qui s’est desséché. Même phénomène pour les tiarellas pourtant protégés du soleil et bien arrosés.

Ce temps fait par contre le bonheur des plantes exotiques exigeantes en chaleur comme les Hibiscus coccineus, les dahlias et les bidens qui poussent à vue d’oeil. Quant au jardinier, il bronze de plus en plus et il fond !!!

juil 202013
 

Palmiers sur fond de ciel bleu, Parc floral de Paris, Paris 12e (75)

Depuis lundi dernier 15 juillet, un puissant anticyclone centré sur les îles britanniques bloque toutes les perturbations qui abordent l’Europe par l’ouest. Le beau temps s’est enfin installé sur la France et la région parisienne qui était plutôt en déficit de soleil. Mais à partir d’aujourd’hui samedi 20 juillet, l’anticyclone se décale vers l’est et un flux de sud va s’installer, apportant de l’air toujours très chaud en provenance de l’Espagne sur tout le pays. Grosse chaleur en perspective !

Ce temps très chaud et ensoleillé fait le bonheur des plantes exotiques et des frileuses dans les jardins et sur les balcons. Sous réserve d’arrosages copieux et réguliers, les abutilons, les bidens, les dahlias, les hibiscus, les lauriers roses, les solanums, sans oublier les aubergines, les basilics, les piments et les tomates, toutes ces plantes poussent à vue d’oeil. Sur mon balcon, l’arrosage, c’est tous les jours en ce moment. Pas pour toutes les plantes, mais certaines à plus grand développement exigent des arrosages quotidiens.

Par contre, d’autres apprécient beaucoup moins comme les némésias, les impatiences, les fougères et d’une manière générale tous les végétaux qui apprécient des ambiances plutôt fraîches.

J’avais énormément besoin de soleil, mais je préfèrerais quand même quelques degrés en moins…

juin 172013
 

Éclaircie de soleil parmi de lourds nuages noirs dans le ciel parisien

Le soleil et le beau temps ont décidément bien du mal à s’installer durablement au cours de ce printemps bientôt fini. À peine les températures remontent elles que déjà des orages sont annoncés. Risques importants de violents orages sur Paris et la région parisienne jusqu’à mercredi…

Ciel chargé de lourds nuages noirs au-dessus du Jardin des Tuileries, Paris 1er (75)

Selon la Chaine Météo, les orages pourraient se montrer localement violents, accompagnés de brutales rafales de vent et de chutes de grêle. Les intensités de précipitations pourraient atteindre les 40 mm/heure très ponctuellement.

Côté jardin, il peut y avoir des dégâts importants. Le vent peut coucher les plantes qui ont beaucoup poussé avec les pluies printanières (le tuteurage est conseillé avant l’arrivée des intempéries; sur balcon, veillez à décrocher et poser à terre tout ce qui pourrait être emporté par une bourrasque plus forte que les autres). La grêle, suivant son intensité et sa durée, peut entraîner de plus ou moins gros dommages avec des conséquences envisageables sur les futures récoltes. Mais à titre préventif, il n’y a pas grand chose à faire, si ce n’est mettre à l’abri les plantes en pots et couvrir serre et châssis avec des paillassons protecteurs pour éviter les bris de verre. Quant aux fortes pluies, elles vont tasser la terre à nue et gêner la germination des jeunes semis. Attention aux potées avec cache-pot, le risque d’inondation des plantes est fort.

août 192012
 

Eau verte dans un bassin

Que ce soit dans un aquarium, un bassin, une mare ou une piscine, le phénomène de l’eau verte est fréquent en été. Celui-ci est du à un développement intempestif d’algues unicellulaires microscopiques en suspension dans l’eau. Et plus le soleil brille, plus la température monte, plus le risque est grand.

Les algues se développent lorsqu’il y a une quantité excessive de nutriments dans l’eau (tels que des phosphates et des nitrates) en présence de la lumière du soleil. Ces nutriments proviennent de l’eau du robinet, du ruissellement des eaux de pluie, des déchets émis par les poissons surtout s’ils sont trop nombreux pour le volume du bassin ou du bac et de débris divers (aliments non consommés, plantes ou feuilles mortes, insectes morts, etc.). Dans une piscine, un trop grand nombre de baigneurs et une filtration insuffisante sont à l’origine du phénomène qui fait perdre sa transparence à l’eau et lui donne une couleur presque fluo parfois.

Dans un aquarium, un bassin ou une mare, la lutte contre les algues s’effectue de plusieurs façons : filtration intensive avec un filtre à UV (24h/24 et 7j/7), plantation de végétaux aquatiques, diminution du nombre de poissons et des doses d’aliments, limitation de l’ensoleillement (c’est plus facile pour un aquarium que pour un bassin car on ne peut pas planter un arbre à côté qui en perdant ses feuilles en automne polluerait l’eau). Les produits algicides sont déconseillés, car ils ne traitent pas la cause du problème.

août 192012
 

Ciel bleu au-dessus de Paris en été, photo Alain Delavie

Dans la capitale, le thermomètre a atteint les 38,4 °C à l’ombre hier samedi 18 août, un record pour cette deuxième quinzaine du mois.

Il n’a jamais fait plus de 36 °C à cette période de l’année. On a enregistré aussi 38,7°C à Brétigny-sur-Orge (91) et 39,8°C à Saint-Maur (94). Mais il ne s’agit que d’un pic de température ne nécessitant pas une entrée en vigilance orange : la forte chaleur ne devrait pas durer les trois jours nécessaires pour qu’on parle de canicule. On attend seulement 29 °C à Paris pour lundi.

Asperseurs, Bassin de la Villette en été pendant Paris Plages, Paris 19e (75), 11 août 2012, photo Alain Delavie

Quelques recommandations à suivre par temps très chaud : Continue reading »