juin 212014
 

Chou kale, photo © lohner63 / Fotolia.com
Créé par Valentine de Ganay avec l’expertise d’Antoine Berthelin, le potager du château de Courances produit depuis 2103 des fruits et des légumes en Île-de-France, aux portes de Paris. Ces derniers sont proposés à la vente tout frais cueillis les samedi et dimanche à la billetterie du château, ainsi que dans quelques magasins et chez des restaurateurs parisiens.

Informations pratiques
Les samedis de 10h à 13h.
Billetterie du château (petite porte verte à gauche des grilles principales du château)
Château de Courances
13, rue du château, 91490 Courances.
Contact : Antoine Berthelin
Tél. : 06 65 92 80 16
Courriel : antoine@lesjardinsdecourances.net
Les Jardins de Courances sur Facebook
@JardinCourances sur Twitter

Pour les Parisiens, livraisons avec La Ruche qui dit oui !
Pour celles et ceux qui habitent Paris, les produits des Jardins de Courances sont disponibles par l’intermédiaire de « La Ruche qui dit oui ! » dans le Carreau du Temple dans le 3e arrondissement de Paris.
Pour s’inscrire : http://www.laruchequiditoui.fr/4522 et suivre les instructions.
La vente est ouverte jusqu’au dimanche à minuit et la livraison a lieu le mercredi suivant (prochaines distributions le 25 juin et le 9 juillet) entre 18 et 20 heures au Carreau du Temple.

Carreau du Temple
2 rue Perrée, 75003 Paris.

sept 252010
 

La journée du Patrimoine de Courances (Essonne) : ouverture exceptionnelle le dimanche 26 septembre 2010.

Si chaque année, les Monuments Historiques ont leur fête nationale lors des Journées du Patrimoine, Courances méritait “son” événement particulier. Le caractère exceptionnel du lieu et de ses jardins, son dernier chantier qui pourrait faire jurisprudence dans l’histoire des Monuments Historiques valait bien pour 2010 une célébration unique. C’est ainsi que, une semaine après les Journées Nationales, aura lieu le dimanche 26 septembre LA Journée du Patrimoine de Courances !

De 10 h à 18 h, visites guidées par Valentine de Ganay, fille du propriétaire, et Antoine Jouve, architecte du patrimoine et de l’exposition les « Métamorphoses du château de Courances du XVIIè au XXIè siècle ».

Courances, le jardin aux 14 sources et 17 pièces d’eau :
Dès l’origine, Courances jouit d’une situation naturelle exceptionnelle, un territoire imbibé d’eau avec quatorze sources, une rivière, l’Ecole, qui le traverse du Sud au Nord et la proximité de la forêt de Fontainebleau. Après le jardin clos médiéval et avant le parc classique, fut inventé en France à la fin du XVIè siècle, le style du “jardin d’eau” issu de la tradition de l’aménagement de l’eau dans les pays du Nord.
Témoignage exceptionnel du jardin d’eau au XVIè siècle, ce parc au dessin fort mais où la nature reste très libre recèle une atmosphère à la fois intime et grandiose. L’omniprésence des eaux courantes (14 sources y jaillissent, du végétal et de la pierre et alimentent 17 pièces d’eau monumentales) dans ce paysage de 80 hectares est un spectacle puissant. Jeux de la nature et des eaux, des perspectives et des échelles, des sources secrètes et des reflets spectaculaires, des camaïeux de verts et des couleurs, des tracés géométriques et des courbes, Courances réconcilie l’idée de rigueur avec celle de liberté.

C’est peut-être à Courances qu’est née l’idée du jardin français, du parc classique. Si Courances a longtemps été attribué à Le Nôtre, ce sont en fait les paysagistes Henri et Achille Duchêne, au début du XXème siècle, qui lui ont donné toute sa dimension classique. Du XVIème au XXIème siècle, le temps ne s’est pas arrêté : Courances est une création historique et contemporaine qui s’étend sur plus de cinq siècles. A travers l’esprit de le Nôtre, le classicisme des Duchêne et l’intervention du propriétaire actuel Jean-Louis de Ganay, ce jardin de la Renaissance est devenu un jardin du XXIème siècle.

Le Jardin anglo-japonais est au sein du parc de Courances un domaine réservé, une île portée par l’océan vert des parterres lisses hérités du Grand Siècle. On n’y rencontre ni miroir d’eau rectiligne, ni ruban de canal étiré à perte de vue, ni perspectives, ni tapis verts … Ici, place aux collections botaniques au effets de couleurs et de feuillages. Dans ce jardin poétique qui apparaît comme un mirage et se regarde comme un tableau, règne une fantaisie toute féminine issue d’une tradition jardinière britannique.

Pascal Cribier, le paysagiste qui a réaménagé les Tuileries et créé le jardin expérimental de Méry-sur-Oise sur le thème de l’eau, aime se promener à Courances parce qu’il y perçoit l’épaisseur du temps sans une déférence excessive par rapport à un prétendu modèle historique. Il reconnait à Courances un entretien « sensible », qui ne saurait être pré-programmé et dépend, en dernier recours, du temps qu’il fait… Il apprécie dans ce lieu un rare équilibre entre la nature – les allées engazonnées, les vieux arbres qu’on laisse se pencher, contrairement à Vaux ou à Versailles – et le projet humain – formes rectilignes, importance du vide – ce qui lui fait dire que Courances est à la fois classique, romantique et moderne.

On ne visite pas Courances, on « vit Courances » au fil des eaux. La promenade exalte les sens : volupté de marcher sur l’herbe, accompagné du bruit des eaux qui crachent, glissent ou rebondissent, plaisir de découvrir ce lieu en un parcours libre que l’on peut à chaque fois réinventer.

Infos pratiques :
Courances est à 50 km de Paris.
Venir en RER : ligne D, gare Boutigny + taxi M. Laguide : contact : 06 80 15 79 85 (trajet 14km).
Venir par la route : autoroute A6, sortie n° 13 Milly-la-Forêt ; suivre Courances (à 5 km).
Salon de thé, salon de lecture, boutique devant le Jardin japonais.
Parc seul : 7 euros – Tarif réduits (étudiants, seniors, chômeurs…) Gratuit jusqu’à 12 ans