mai 142013
 

Jean-Paul Collaert

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Céréales, la plus grande saga que le monde ait vécue, la maison d’édition Rue de l’échiquier et Le retour à la terre vous invitent à une conférence – débat avec Jean-Paul Collaert le jeudi 16 mai 2013 à 19 heures dans les locaux d’AgroParisTech (Paris 5ème).

Céréales, la plus grande saga que le monde ait vécue, Jean-Paul Collaert, Rue de l’échiquier

La conférence sera animée par Séverin Husson (La Croix).
Dégustation de produits céréaliers offerte par Le retour à la terre.

Informations pratiques :
AgroParisTech
amphi Tisserand,
16, rue Claude Bernard,
75005 Paris.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Inscription obligatoire : ingridsaillard@ruedelechiquier.net

avr 052013
 

Conférence Main Verte Sciences participatives 6 avril 2013

Rendez-vous à la Maison de Jardinage dans le Parc de Bercy (Paris 12e) pour écouter Véronique Brondeau qui vous expliquera pourquoi et comment participer à l’Observatoire de la Biodiversité des Jardins, un programme de sciences participatives développé par Noé Conservation et le Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris dans le cadre du programme Vigie Nature.

Entrée gratuite.Inscription par téléphone au 01 53 46 19 19 ou par courriel à main.verte@paris.fr et sur place, mais dans la limite des places disponibles.

Maison de Jardinage41, rue Paul Belmondo,
75012 Paris.
Métro : ligne 6 et 14, station Bercy; ligne 14, station Cour Saint-Émilion.

avr 022013
 

Jardiner autrement, conférences et échanges autour du jardinage raisonné

La Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF) et la Ville d’Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) organisent un après-midi de conférences et d’échanges autour du jardinage raisonné.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du plan Écophyto*, initié à la suite du Grenelle de l’Environnement, qui vise à réduire progressivement l’usage des pesticides. En effet, en France, un million d’hectares de jardins d’amateurs reçoivent environ 5000 tonnes de pesticides chaque année. Cela représente 5% des pesticides en France. Bien que moindre en quantité par rapport aux usages agricoles, cette utilisation est réalisée au plus près de la population et constitue une source importante de la contamination des eaux.
Informer, sensibiliser et aider les 17 millions de jardiniers amateurs à améliorer leurs pratiques est donc un enjeu de santé publique, environnemental et de société. C’est dans ce cadre que la SNHF et la Ville d’Asnières-sur-Seine organisent cet après-midi de conférences, d’échanges et de témoignages autour du jardinage raisonné qui s’inscrit dans le cadre de la Semaine du développement durable.
*Avec le soutien de l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA), du Ministère de l’écologie (MEDDE) et du Ministère de l’agriculture (MAAF).

Programme indicatif

  • 13h30 : Accueil des participants
  • 14h00 : Ouverture
  • 14h10 : Présentation du plan Écophyto en Ile-de-France, objectif : réduire l’usage des pesticides
  • 14h40 : Présentation de l’initiative Jardiner Autrement par la SNHF
  • 15h10 : Conférence principale : « Insectes et araignées du jardin : de sales bêtes ? » , par François Lasserre, vice-président de l’Office pour la protection des insectes et de leur environnement (OPIE)
  • 16:10 : Pause café
  • 16h25 : Présentation d’initiatives locales et témoignages organisés autour d’une table ronde
  • 17:00 : Echanges avec la salle
  • 17h15 : Clôture de la rencontre

Programme complet sur www.jardiner-autrement.fr, rubrique Agenda

Jardiner autrement, conférences et échanges autour du jardinage raisonné

Informations pratiques
Entrée gratuite, sur inscription préalable : contact@jardiner-autrement.fr ou au téléphone 01 44 39 78 88.
Lieu : Hôtel de Ville d’Asnières-sur-Seine, Hauts-de-Seine.
Accès en métro, ligne 13 station Gabriel Péri ou en Transilien, ligne L, station gare SNCF d’Asnières).
Horaires : de 14h à 17h30, accueil à partir de 13h30.

mar 242013
 

Rendez-vous le lundi 25 mars 2013 à 17h avec l’association Vivaces & Cie pour la conférence du paysagiste et pépiniériste Yves Gosse de Gorre, créateur des superbes jardins de Séricourt (Pas-de-Calais).

Formé à l’Ecole Supérieure du Jardin et du Paysage d’Anderlecht en Belgique, Yves Gosse de Gorre s’installe à Séricourt dans le Pas-de-Calais dans les années 80. Il y crée son entreprise de paysages et une pépinière parce qu’il ne trouvait pas les végétaux qu’il souhaitait pour réaliser ses plantations dans les jardins qu’il dessinait. En même temps, autour de sa maison et de sa pépinière, il peaufine son jardin avec une vision très personnelle, où l’imaginatif et le professionnalisme s’expriment à part entière pour le plus grand plaisir des visiteurs. Il y donne vie aux images qui peuplent son imaginaire, et sa vision poétique imprime à ce lieu une marque exceptionnelle. Tout un nouvel art visionnaire magique et merveilleux des jardins est né.

Sagesse et déraison au jardin (Yves Gosse De Gorre, éditions Ulmer)

Bibliographie :
Sagesse et déraison au jardin (Yves Gosse De Gorre, éditions Ulmer)

Espace 104
104, rue de Vaugirard
75006 Paris.
Entrée : 5 €; 7 € pour les non adhérents de l’association Vivaces & Cie.
Métro : ligne 4, station Saint Placide ou lignes 4, 6, 12 ou 13, station Montparnasse.

mar 212013
 

Affiche de la conférence publique « L'agroécologie : une éthique de vie »

Dans le cadre de la Semaine pour les alternatives aux pesticides, Natureparif, l’agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, et la Ville de Paris proposent une rencontre avec Pierre Rabhi, paysan, écrivain, fondateur de Colibris, le jeudi 21 mars 2013, de 19h à 21h au Forum des Images dans le 1er arrondissement de Paris.

La terre, une matrice vivante…
Il a fallu des milliards d’années pour que la terre devienne une matrice vivante, capable d’élaborer des substances pour nourrir les végétaux qui auront comme rôle de nourrir les humains et les animaux. C’est ainsi que s’est établi le lien vital et indéfectible entre la terre, le végétal, l’animal et l’être humain, ainsi que les autres éléments que sont l’eau, l’air, la chaleur, la lumière …
Pour obtenir des aliments de qualité, le rôle du paysan est essentiel car s’il ne tient pas compte des règles et des lois qui régissent la fécondité de la terre, les denrées qu’il obtiendra seront dénaturées. C’est en bafouant ces règles par des pratiques inconsidérées que l’alimentation moderne est devenue de la « bouffe », responsable des graves altérations de la santé publique. La terre fait partie des biens communs en péril qui nécessitent d’urgence l’attention et la mobilisation de l’ensemble de la communauté humaine.

Continue reading »

mar 162013
 

« La vue de mon petit jardin et l’aspect riant de mon atelier me causent toujours un sentiment de plaisir. » (E. Delacroix) Vous découvrirez le jardin secret d’Eugène Delacroix le lundi 18 mars 2013 à 12h30 dans l’auditorium du Louvre (Paris 1er).

Le jardin tel qu’il vient d’être réaménagé grâce au mécénat de la compagnie Kinoshita Ltd, se présente comme une réinterprétation libre, fondée sur les documents disponibles. Dessiné et mis en oeuvre par Pierre Bonnaure, chef jardinier des Tuileries, assisté de Sébastien Ciret, ce projet a bénéficié des conseils de Michel Goutal, architecte en chef des Monuments historiques responsable du domaine du Louvre, et de Frédéric Auclair, architecte des Bâtiments de France.

Outre la commande de végétaux identiques à ceux des factures ou identifiables sur les tableaux de l’artiste, le parti principal a été de respecter l’idée d’opposition entre des « massifs à fleurs » bordés de thym, au pied de l’atelier qui est désormais la seule zone ensoleillée, et le « bois » avec ses bordures de buis, que mentionne les archives. Le puits a été dégagé et l’architecture de la façade de l’atelier remise en valeur dans sa symétrie. De même, un soin particulier a été apporté à la vue sur le jardin depuis les fenêtres de l’atelier, afin qu’il garde un aspect verdoyant contrairement à l’étendue de graviers qui le rendait si triste l’hiver. Ainsi, le jardin secret de Delacroix, avec son abondance de végétaux variés et ses senteurs retrouvées, devrait reconquérir sa place essentielle dans le parcours de visite du musée, au-delà de l’appartement où vécut l’artiste et de son grand atelier : un lieu habité où le peintre put se ressourcer au contact des arbres et des fleurs qui l’inspirèrent plus que la tradition ne l’a dit, faute d’avoir conservé la mémoire de ce lieu intime.

Conférence par Dominique de Font-Réaulx, Musée Eugène Delacroix, Pierre Bonnaure et Sébastien Ciret, Musée du Louvre.
Auditorium du Louvre sous la pyramide.
Tarif : 6 euros, 5 euros (réduit), 4 ou 3 euros (solidarité et jeunes).
Réservations :

  • Par téléphone : Au 01 40 20 55 00, du lundi au vendredi (sauf le mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.
  • Sur place, à la caisse de l’auditorium, du lundi au samedi (sauf le mardi) de 9h à 17h30, jusqu’à 19h30 les mercredis et vendredis, et jusqu’au début des séances les soirs de programmation.

Informations au tél. : 01 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi.

Et vous pouvez encore visiter l’exposition « Eugène Delacroix. Des fleurs en hiver Othoniel, Creten » jusqu’au 18 mars 2013 dans le Musée Eugène-Delacroix, 6, rue de Furstenberg, 75006 Paris.