juin 222009
 

Je n’étais pas retourné au CentQuatre depuis quelques mois. À l’occasion de la présentation des nouvelles collections de mobilier et décoration d’intérieur d’Ikéa, je me suis arrêté un peu plus longtemps sous la grande halle pour contempler l’évolution de la Table de Jardinage initiée par l’Atelier le Balto dans l’espace baptisé le Jardin depuis l’ouverture du site le 11 octobre 2008.

Le jardin a prospéré, mêlant plantes sauvages, légumes, condimentaires, plantes d’intérieur, céréales et fleurs d’été. Un doux mélange de végétaux qui cohabitent plutôt pas mal sous la très belle verrière, source de lumière.
Petit inventaire de la flore de cette Table de Jardinage en pleine évolution…

Caisse de tomates vagabondes,
Courges en folie,
Une touche de couleur dans toute cette verdure, du rouge géranium bien sûr !
Des caisses de céréales, pour tous ceux qui n’arrivent pas à reconnaître l’orge du blé, le seigle du triticale ou de l’épeautre…
Une mini rocaille de joubarbes,
Un beau tapis de misère (Tradescantia zebrina).

Vous rêvez d’un mur végétal, l’Atelier le Balto vous en propose un facile à concevoir et réaliser dans une cour ou sur une terrasse, qui ne demande pas un matériel trop onéreux et juste un peu de temps pour se couvrir de verdure…
Connaissez-vous les fusées à semis ? À découvrir au CentQuatre, avec explications et démonstration, une méthode originale et économique pour faire démarrer et propérer ses semis…

Avis,
Cueillette met le jardin sur la table,
le samedi 27 juin dans les écuries !
fév 082009
 

Quand on jardine sur un balcon, il est facile de se laisser tenter par de belles fleurs ou plantes à feuillages décoratifs qui, en fait, ne supportent pas cette culture en pot dans les airs ou alors avec des soins excessifs. Je vais essayer de préciser les critères qui font qu’une plante est bien adaptée aux jardins de balcons.

La culture sur un balcon, c’est forcément dans un pot, une jardinière ou une suspension. Donc la première règle ou le premier conseil (car après tout chacun est libre de jardiner comme il le souhaite) : il faut éviter les plantes qui ont une croissance trop importante.

(Impatience géante de l’Himalaya, Impatiens glandulifera, photographiée en mai)

Je citerais la belle impatiens géante de l’Himalaya (Impatiens glandulifera). Elle pousse bien dans un bac et même beaucoup trop. En plein été, il faut l’arroser presque matin et soir, tous les jours ! Une véritable corvée. Et elle atteint très vite des dimensions excessives, mes pieds ayant dépassé les 1,50 m de hauteur en plein été. Avec les bourrasques qui soufflent plus souvent dans les étages, la plante est trop malmenée et risque de casser, avec tous les risques de chute dans la rue qui en résultent… Et je n’oublie pas l’extrême sensibilité de cette impatiens aux araignées rouges pendant les chaudes journées d’été. Bref, jolie mais inadaptée.
En me promenant dans Paris, je rencontre des marronniers ou d’autres arbres qui peuvent devenir tous aussi imposants même cultivés dans un petit pot et parfois sur le rebord d’une fenêtre. Ca pousse et même très bien ! Mais je n’aimerais pas être obligé d’entretenir ces plantes et quelle angoisse quand un orage est annoncé !
Il faut faire attention aussi avec les plantes dites grimpantes, mais qui en fait ne s’agrippent pas toutes seules au support mis à leur disposition. Une année dans un autre appartement, j’ai cultivé des courges miniatures (‘Baby Bear’, ‘Baby Boo’), que j’ai laissé retomber le long du balcon. En fin d’été, les pousses atteignaient presque 2 m de longueur pour les plus grandes, avec de jolis petits fruits qui se balançaient au moindre vent. J’avais oublié ma voisine du dessous, qui n’a pas du tout apprécié ces rideaux végétaux devant sa fenêtre… Ambiance !

Conclusion du jour : il faut des plantes qui poussent bien, oui, mais pas trop !
Suite au prochain épisode…