mai 102014
 

Buis en haies et topiaires, photo Koppert ©Fotolia
Ils dressent leurs silhouettes longues, rondes ou sculptées de mille formes sur les terrasses et dans les parcs, pourtant les buis si résistants aux conditions climatiques voient leur patrimoine sévèrement menacé par deux fléaux : la pyrale du buis et les maladies du dépérissement du buis. C’est pour lutter contre ces problématiques majeures que Koppert s’est associé aux efforts de Plante et Cité, l’Astredhor et l’INRA dans l’opération SaveBuxus.

Seul partenaire privé de ce projet (les autres partenaires financiers de SaveBuxus sont Val’hor, Onema et FranceAgrimer), Koppert s’est investi suite aux très nombreuses sollicitations de ses clients sur les derniers salons mais aussi de son réseau de distribution. Le problème est largement répandu et il est urgent de trouver une solution ! Spécialiste du biocontrôle, Koppert met donc tout son savoir-faire et toutes les compétences de son département Recherche et Développement au service du programme SaveBuxus. Un département particulièrement dynamique puisque Koppert a toujours mis l’accent sur cet axe stratégique de développement, investissant près de 10 % de son chiffre d’affaires dans la recherche d’innovations utiles.

Pyrale du buis, photo Koppert ©Fotolia
Piégeage phéromonal, agents entomopathogènes et parasitoïdes, mesures préventives et prophylaxie… Toutes les pistes sont explorées pour apporter au plus tôt des réponses efficaces à ce problème.

Continue reading »

avr 102014
 

Ces dernières années, les plantations de buis font l’objet d’attaques de plusieurs bioagresseurs émergents, causant d’importants dégâts et leur destruction dans de nombreux sites patrimoniaux et chez les producteurs de buis.

Pyrale du buis, photo  JC Martin
La pyrale du buis (Cydalima perspectalis) originaire d’Asie orientale ne cesse sa progression et les maladies du dépérissement du buis (Cylindrocladium buxicola, Volutella buxi) sont à l’origine de déclins massifs depuis la fin des années 2000 en France. La combinaison de ces deux problèmes émergents est un cas unique dont les professionnels des espaces verts et producteurs peuvent témoigner de l’extraordinaire virulence, en particulier au cours de l’été passé. Les mesures de gestion actuelles sont souvent insuffisantes pour lutter durablement et le plus écologiquement possible contre ce ravageur et ces pathogènes. Toutefois, certaines solutions biologiques encore peu étudiées constituent de réelles pistes pour lutter efficacement contre ces bioagresseurs.

Dégats sur Buxus sempervirens, photo C. Boyer
L’Astredhor et Plante & Cité coordonnent le programme SaveBuxus qui vise à apporter des solutions concrètes permettant de lutter efficacement contre ces bioagresseurs. Dès 2014, des travaux de recherche appliquée et des expérimentations seront mises en œuvre par les stations expérimentales de l’Astredhor (GIE Fleurs et Plante du Sud-Ouest, Arexhor Seine-Manche, Arexhor Grand-Est, Arexhor Centre), l’Unité expérimentale Entomologie et Forêt Méditerranéenne de l’INRA PACA (équipes d’Avignon et du laboratoire Biocontrôle d’Antibes)

L’entreprise Koppert France, leader du biocontrôle en espaces verts est actuellement l’unique partenaire privé du programme au sein de ce consortium. Au vu des nombreuses demandes sur ces thématiques lors des derniers salons professionnels (Paysalia, Salon du végétal…), Koppert positionne le programme SaveBuxus comme un projet prioritaire car unique et novateur.

Parmi les solutions biologiques expérimentées : piégeage phéromonal, agents entomopathogènes et parasitoïdes pour la pyrale du buis ; mesures préventives et prophylaxie, résistance variétale, traitements alternatifs pour les maladies du dépérissement. Les premiers résultats seront diffusés fin 2014.

En 2014, le programme SaveBuxus bénéficie du soutien financier de l’interprofession Val’hor, de l’ONEMA dans le cadre d’Ecophyto et de FranceAgriMer.