mai 302014
 

Spectacle Jardin des délices, Domaine départemental de Chamarande (Essonne)
Le Jardin des Délices, c’est un monde merveilleux à la fois burlesque et appétissant qui vous transporte le temps d’un week-end d’un divertissement à l’autre, entre deux pauses gourmandes.

D’acrobaties en installations, le spectateur déambule, en grappillant ici une bouchée d’un petit repas, et en découvrant là une exposition. Un véritable tour d’Europe gustatif et visuel !
Théâtre, danse, performance et arts du chemin,une promenade en 10 spectacles / Par la Compagnie CASPER DE VRIES et COLIN KASSIES.

Cap sur l’Espagne, à l’ombre des arbres à l’est du château, avec Butiffara – c’est bien du néerlandais, ne vous y trompez pas – qui concoctera de succulents tapas dans sa cuisine ouverte. Un petit air d’Italie pour faire une balade en Vespaqua, un engin double : à l’avant un vespa qui tire, à l’arrière un train de baignoires dans lesquelles vous vous rafraichirez avant de jouer avec des canons bien étranges.
Les Frites Cowboys ou comment, en tirant des pommes de terre de canons à gaz en direction d’une grille, on obtient des frites. N’oubliez pas de passer voir Merel Kamp cueillir une fleur ou marcher sur un arbre au son de la musique de Philip Glass. Derrière la vieille ferme, Waterlanders jouera « Piep », une balade auditive. Avec Les Aires, la promenade sera musicale et photographique, le long de l’eau. Puis, vous entrerez dans la chapelle pour découvrir 18 toiles de 18 chambres identiques, une réflexion sur la singularité des êtres. Et, pour finir la fête, vous danserez au son craché par Vespaudio – du jazz, boogiewoogie et smooth tunes des années 1930 – après vous êtes laissés transporter par A Fuego Lento, un spectacle d’amour, de tango et de feu.

Continue reading »

mar 192014
 

Kôichi Kurita, Stupa, 2013, Domaine de Chamarande, courtesy de l’artiste © Kôichi Kurita
Depuis les années 1990, Kôichi Kurita sillonne le Japon en collectant les terres de la quasi totalité des 3.213 villes et villages de l’archipel nippon. Sa première poignée de terre fut celle prélevée dans son jardin, à Yamanashi. Il s’est alors engagé dans une démarche unique et remarquable : faire de sa vie un voyage et constituer une Bibliothèque de terres du monde.

C’est en 2004 que débute la Bibliothèque de terres de France. Après un travail de collecte dans l’ouest de la France, Kôichi Kurita s’est lancé à Chamarande dans le projet d’une Bibliothèque de terres de l’Île-de-France, un ensemble formé de cent flacons récemment acquis par le département de l’Essonne au titre de la collection du FDAC.

Chamarande, Essonne, flacon de terre, élément de la Bibliothèque de terres de l’Île-de-France, 2013, collection du FDAC de l’Essonne © Kôichi Kurita
Si l’objet d’attention de Kôichi Kurita est bien la terre, c’est aussi celle que l’on foule, celle que l’on sent, celle que l’on touche, celle dont on admire la texture, la couleur, la matière ou encore celle à laquelle l’on ne prête même plus attention.

Présentée à l’Orangerie du Domaine de Chamarande jusqu’au 11 mai 2014, l’exposition de Kôichi Kurita dévoile la Bibliothèque de terres de l’Île-de-France. Elle donne à voir la richesse des couleurs et des textures des terres de notre région. Continue reading »

déc 012013
 

Edouard Wolton, Lentille, 2012

Au XVIIIe siècle, Hubert Robert (1733-1808), surnommé Robert des Ruines, renouvelle le genre du paysage en combinant étude de la nature et fantaisie poétique. Peintre et dessinateur de jardins (bosquet des bains d’Apollon à Versailles, domaines d’Ermenonville et de Méréville), il réalise notamment vers 1785 une Vue du Château de Chamarande, œuvre acquise par le Conseil général de l’Essonne en 1998. La peinture présente une vision insolite du château et de ses abords : à une scène de vie quotidienne se mêlent des éléments imaginaires, telles les vertigineuses falaises qui donnent un caractère vibrant à la forêt environnante alors qu’elle s’inscrit dans un relief légèrement vallonné. Ce paysage pittoresque, empreint d’émotion, dévoile les sentiments de l’artiste dans une nature sublimée.

L’exposition Vues, présentée jusqu’au 30 mars 2014, procède de ce glissement entre la nature réelle et la nature inventée (la vision). La sélection des œuvres d’une quinzaine d’artistes français et internationaux nous entraîne vers une douce rêverie poétique sur l’histoire du point de vue et de la construction du paysage. Cette histoire du paysage connaît notamment une apogée en Italie au XVIIIe siècle avec les peintres vedustistes. Les vedute (vues en français) sont des paysages certes construits selon les principes de la perspective mais néanmoins transformés et mis en scène par le point de vue (le sentiment) des peintres. Aujourd’hui encore, projetant sur le monde leurs visions et leurs états d’âme, les artistes composent et recomposent le réel ; ils façonnent les représentations de nos environnements.

Les tableaux exposés nous offrent un panorama de réalités possibles et imaginaires, où éléments présents, souvenirs anciens et projections futures se mêlent. Ils sont autant de pièces à conviction, de montages à décrypter que de références à découvrir : ils évoquent un monde en mutation sociale, urbaine et environnementale. Des toiles figuratives donc, mais pas forcément réalistes, dans lesquelles se jouent autant le plaisir de la reconnaissance (le motif) que celui du fantasme (l’énigme et la fable). La modernité porte ici l’idée d’un monde qui change, qui change de plus en plus vite, qui change à toute vitesse. Ni rupture radicale, ni table rase du passé, c’est au contraire la continuité qui est soulignée. Le futur n’est plus un absolu inatteignable (le progrès) mais une situation qui nous rattrape, avec des désordres climatiques et des transformations de l’équilibre des forces de la planète.

Conjuguée au futur antérieur, l’exposition Vues nous invite à imaginer et à contempler un avenir des possibles. Toujours en hommage à Hubert Robert – qui fut également Garde du Muséum central des Arts (actuel Musée du Louvre), les toiles sont accrochées sur une nouvelle cimaise en bois qui court d’une salle à l’autre. Cette scénographie originale transforme les espaces intérieurs du château, et redessine le parcours du visiteur. Les jeux, qui s’opèrent entre le tableau, la tapisserie et la fenêtre, entre l’icône et l’apparat, sont ainsi remis en perspective.

Exposition Vues - Paysages d'aujourd'hui d'après Hubert Robert

Artistes : Guillaume Bresson, Étienne de France, Cyprien Gaillard, Laurent Grasso, Markus Hansen, Tommy Hilding, Filip Mirazovic, Nicolas Moulin, Lucien Pelen, Mathieu Pernot, Stefan Shankland, Claire Tabouret, Marie Velardi, Edouard Wolton, Duncan Wylie.

Informations pratiques
Domaine départemental de Chamarande
38, rue du Commandant Arnoux, 91730 Chamarande.
Tél. : 01 60 82 52 01.
Courriel : chamarande@essonne.fr

Situé à 30 km d’Évry et à 35 km au sud de Paris, le site est accessible par :

  • RER C, station Chamarande, à 200 m du Domaine.
  • N20, entre Arpajon et Étampes, sortie Étréchy-Chamarande.

Toutes les manifestations sont gratuites.
Site accessible aux visiteurs à mobilité réduite.

Ouverture

  • Parc : tous les jours, novembre-janvier, 9h-17h / février-mars, 9h-18h / avril-mai, 9h-19h.
  • Exposition : mercredi, jeudi et vendredi, 14h-17h / samedi, dimanche et jours fériés, 12h-17h.

Retrouvez toute l’offre culturelle sur chamarande.essonne.fr

juin 302010
 

Le Domaine départemental de Chamarande accueillera tous les week-ends de l’été une programmation pluridisciplinaire riche et variée (danse, musique, cinéma), car à Chamarande… l’art a son jardin.

Propriété du Conseil général de l’Essonne depuis 1978, le Domaine départemental de Chamarande possède un parc de 98 hectares, labellisé « Jardin remarquable » en 2005. L’ensemble du site est dédié à la culture et à la création contemporaine, en particulier aux arts visuels, ce qui permet à tous les Essonniens d’accéder à leurs patrimoines, artistique, culturel, historique et paysager.

À un moment où les politiques publiques dans le domaine de la culture sont fortement interrogées et les périmètres d’intervention des différents niveaux de collectivités questionnés, le Département de l’Essonne entend montrer que les Conseils généraux sont pleinement dans leur rôle en étant présents sur le champ culturel, en particulier dans le soutien à la création contemporaine sous toutes ses formes.

C’est notamment le cas au Domaine départemental de Chamarande, fleuron de la politique culturelle du Conseil général depuis plus de dix ans : une politique au service des artistes et des publics, au service de la connaissance, et pour le plaisir du plus grand nombre.

Scènes croisées : une programmation estivale pluridisciplinaire en plein air
Tous les week-ends de juillet, découvrez la nouvelle programmation estivale, entre performances, concerts et pièces chorégraphiques. Chacun des spectacles s’inscrit dans l’écrin naturel du parc de Chamarande. C’est une histoire, une rencontre, une situation à vivre…
– Samedi 3 juillet à 15h30 : « Atelier scène fruits et légumes frais musicaux » – Eric Van Osselaer. Découvrez le rap de la pomme et la complainte de la pastèque, essayez des flûtes multi-légumes ou encore apprenez à faire chanter l’endive dans la cuisine musicale.

Joueur de flûtes multi légumes

Eric Van Osselaer

– Dimanche 4 juillet à 15h30 : « Un autre jour », pièce chorégraphique – Cie Hervé Robbe. Spectacle de neuf danseurs créé pour Chamarande : mariage subtil de convention et de fantaisie.
– Samedi 10 juillet 15h30 : « Origastelet », spectacle d’origami – Cie Theater Rue Piétonne. C’est une boîte à surprise avec mille et un pliages en une quantité de petites histoires de sagesse et de folie.
– Dimanche 11 juillet à 15h30 : « Une pièce mécanique », performance – Cie Mille Plateaux Associés. Des objets en mutation, mobiles, font danser ceux qui les mettent en mouvement…
– Samedi 17 juillet à 15h : « My FoolishHarp », concert – Cie Métamorphose – Isabelle Olivier. Une écriture contemporaine de la harpe, à la croisée du jazz, des musiques classiques, contemporaines et traditionnelles.
– Dimanche 18 juillet 15h30 : « Cribles / Wild », pièce chorégraphique – Cie Emmanuelle Huynh. Des danseurs revenant à la forme primitive de la ronde sur une musique d’Iannis Xenakis.
– Samedi 24 juillet 10h : atelier d’initiation à la danse contemporaine. La veille de son spectacle, la Cie Moleskine vous propose des expériences perceptives et des improvisations autour de sa pièce « Bad seeds ».
15h et 18h : « La confidence des oiseaux, migration d’été », pièce chorégraphique – Le Guetteur-Luc Petton & Cie. Étonnante production où hommes et oiseaux dansent en totale liberté. En partenariat avec Paris quartier d’été.
– Dimanche 25 juillet à 6 h : Balade ornitho-chorégraphique – Le Guetteur-Luc Petton & Cie.
11 h et 17 h : « La confidence des oiseaux, migration d’été », pièce chorégraphique – Le Guetteur-Luc Petton & Cie.
15 h 30 : « Bad seeds », pièce chorégraphique – Cie Moleskine. Installation plastique et chorégraphique inspirée par les capacités d’adaptation et d’inventivité des végétaux (envahissement, jaillissement, camouflage…).

À partir du 3 juillet, parcourez le canal des Amoureux dans une barque…
L’activité de canotage invite les visiteurs à prendre le temps d’une promenade au fil de l’eau. Elle permet de porter un autre regard sur ce « Jardin remarquable », de vivre une expérience sensorielle qui associe le son au paysage car ce parcours permet aux artistes de composer un environnement sonore dans le cadre du canal des Amoureux.
Départ au niveau de l’embarcadère, près du château :
– juillet-août : tous les jours de 14 h à 20 h.
– septembre : tous les week-ends de 14 h à 20 h.

Chamaland : ouverture d’un espace d’accueil pédagogique.
À partir du 4 juillet, un espace d’accueil modulable s’ouvrira à Chamaland. S’informer, se repérer, jouer, se détendre, autant de propositions autour de l’aire de jeux à découvrir en famille.
– Dimanche 4 juillet à 14 h et 16 h 30 – Dimanche en famille avec Laure Tixier. Réalisez une architecture de bonbons !

« Chamarande Paradiso » : cinéma en plein air. À la tombée de la nuit, vers 21h, venez regarder à la belle étoile 3 séances de cinéma. Chaque film est précédé par la diffusion d’un court-métrage sélectionné par l’association Cinéam.
– Vendredi 30 juillet : « 2001, l’Odyssée de l’espace » de Stanley Kubrick.
– Vendredi 6 août : « Playtime » de Jacques Tati.
– Vendredi 13 août : courts-métrages sur le thème de l’exposition « Living Rooms / Pièces à vivre ».

Informations pratiques :
Domaine départemental de Chamarande,
38, rue du Commandant Arnoux,
91730 Chamarande.
Tél. : 01 60 82 52 01.
Retrouvez toute la programmation sur le site du Conseil Général de l’Essonne.
Toutes les manifestations sont gratuites. Site accessible aux visiteurs à mobilité réduite.

Ouverture :
Expositions
– Château : tous les jours, de 12 h à 19 h.
– Orangerie : mercredi-dimanche, de 12 h à 19 h. Groupes sur rendez-vous.
Parc : tous les jours, de juin à septembre, de 9 h à 20 h.