avr 282013
 

Parc départemental Jean Moulin - Les Guilands, 93

L’enquête Unep-Ipsos 2013 et une récente étude britannique le prouvent : les espaces verts sont source de bien-être !

Habiter près d’un espace vert rend-il plus heureux ? Si la réponse parait évidente, encore trop peu de données scientifiques venaient le prouver. C’est désormais chose faite grâce à une étude menée par le psychosociologue britannique Mathew White. Publiée dans la prestigieuse revue Psychological Science, ses conclusions corroborent les chiffres de l’enquête Unep-Ipsos 2013 « Jardins et espaces verts : l’exception culturelle française ? » où l’on révélait que 8 Européens sur 10 possédant déjà un jardin, privilégiaient également de vivre à proximité d’un espace vert.

Réalisée auprès de 10 000 personnes sur une durée de 20 ans, l’étude des chercheurs britanniques de l’université d’Exeter met en avant le bien-être indéniable procuré par les espaces verts sur ses riverains. La proximité avec la verdure équivaudrait même à un tiers du bonheur apporté par un mariage ou un dixième du bonheur que procure une embauche !

Ces chiffres ne sont pas surprenants lorsque l’on connait le besoin de vert exprimé par les Européens. En effet, selon la dernière enquête Unep-Ipsos, près de 7 Européens sur 10 choisissent leur lieu d’habitation en fonction de sa proximité avec un espace vert.
Autre fait saillant révélé dans cette enquête : le vert appelle le vert. Ainsi, parmi les Européens possédant déjà un jardin, 8 sur 10 décident de vivre à proximité d’un espace vert au moment d’emménager. Enfin, le contact quotidien avec le végétal est important pour plus de 8 Européennes sur 10 et 7 Européens sur 10.
Si l’enquête Unep-Ipsos révélait que les Français avaient déjà conscience des bienfaits écologiques des espaces verts puisque pour 1 Français sur 2 les jardins sont avant tout bons pour l’environnement, leurs bienfaits sur la santé sont désormais également reconnus.

À l’heure où l’apaisement des tensions, les enjeux de santé publique et l’amélioration du cadre de vie des Français sont au cœur de l’actualité, ces données sont précieuses pour l’ensemble des acteurs qui créent les villes de demain. Les chercheurs britanniques insistent d’ailleurs sur le fait que l’effet des espaces verts peut s’avérer très important sur la collectivité sur le long terme.

Sources :
Enquête Unep-Ipsos, 2013, « Jardins et espaces verts, l’exception culturelle française ? »
Psychological Science, Avril 2013, « Would You Be Happier Living in a Greener Urban Area? A Fixed-Effects Analysis of Panel Data« 

déc 212012
 

Label ÉcoJardin

Vendredi 14 décembre 2012, cinquante-six espaces verts répartis en France métropolitaine se sont vus décerner le label national ÉcoJardin, référence de la gestion écologique des espaces verts. Ce sont majoritairement des parcs et des jardins ou des espaces naturels, mais la liste des premiers lauréats compte aussi des cimetières ou des établissements sociaux-éducatifs.

Lancé en 2012 à l’initiative de neuf grandes villes avec d’autres maîtres d’ouvrages et partenaires techniques sous l’égide de Plante&Cité, le label ÉcoJardin vise à encourager l’adoption de pratiques de gestion respectueuse de l’environnement, valoriser le travail des jardiniers gestionnaires des espaces verts et sensibiliser les usagers aux problématiques du développement durable ainsi qu’aux pratiques écologiques des espaces verts.

Les villes de Mérignac, Pessac, Cherbourg-Octeville, Vitré, Besançon, Paris, Montpellier, Versailles, Metz, Saint-Orens-de-Gameville, Dunkerque, Angers, Nantes, Marseille, Lyon ou encore Lille Métropole ainsi que les jardins de Villandry, le Crédit Agricole, le CPSA de Combourg et le lycée d’horticulture de Tournus ont vu un ou plusieurs de leurs sites labélisés pour cette première année.

Les sites labellisables sont de maîtrise publique ou privée, et doivent accueillir du public, que ce soit en accès libre ou sous conditions. Ainsi, aux côtés des collectivités locales, les entreprises peuvent aussi se porter candidates pour faire labelliser leurs espaces verts.

L’organisation du label national ÉcoJardin repose sur une gouvernance associant trois parties indépendantes : Plante&Cité, centre technique national dédié aux espaces verts, propriétaire du label et qui en a établi le référentiel avec d’autres maîtres d’ouvrages et partenaires techniques ; Natureparif, animateur de la procédure d’attribution qui s’appuie sur un comité de labellisation réunissant de nombreux acteurs ; et des organismes indépendants chargés de l’audit des sites présentés.

« Le succès du label pour cette première édition est enthousiasmant. Il est important que les collectivités soient exemplaires car elles sont prescriptives auprès du grand public », se félicite Jean-Claude Antonini, président de Plante&Cité et président d’Angers Loire Métropole, « le référentiel ÉcoJardin et le label associé constituent des outils essentiels pour qui doit trouver des solutions techniques innovantes pour lutter contre les maladies et ravageurs des plantes, pour gérer les plantes envahissantes et la flore spontanée dans le respect de l’environnement et de la santé des agents et des habitants ».

Pour Liliane Pays, présidente de Natureparif, « Le Label EcoJardin devrait très vite s’imposer comme un instrument incontournable pour encourager l’ensemble des gestionnaires d’espaces verts, publics ou privés, aux bonnes pratiques en matière de respect de l’environnement ». Liliane Pays salue « la grande qualité du travail réalisé par les collectivités et les entreprises, notamment la suppression de l’utilisation des pesticides dans leurs espaces verts, qui constitue l’un des éléments indispensables du Label Éco-Jardin ».

Le label est attribué sur la base d’un audit réalisé par des auditeurs indépendants (bureaux d’étude ou architectes-paysagistes alliant compétences en gestion d’espaces verts et en écologie scientifique) sélectionnés par Natureparif et Plante&Cité. Cette attribution est valable trois ans, période au cours de laquelle les entreprises et les collectivités s‘engagent à poursuivre et développer leur travail en faveur de la préservation de l’environnement.

L’année prochaine, deux nouvelles sessions de remises du Label Eco-Jardin seront organisées, en juin et décembre 2013. Les inscriptions de sites candidats sont possibles toute l’année, sur www.label-ecojardin.fr

Continue reading »

juin 152011
 

Plante & Cité, associée aux Villes de Paris, Besançon, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Orléans et Rennes, à Pierre & Vacances – Center Parcs, aux réseaux professionnels AFDJEVP (Association Française des Directeurs de Jardins et d’Espaces Verts Publics), AITF (Association des Ingénieurs Territoriaux de France) et ATTF (Association des Techniciens Territoriaux de France), au CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale), lance le nouveau label de gestion écologique des espaces verts à vocation nationale, le mercredi 15 juin.

Un nombre croissant de gestionnaires d’espaces verts adopte des modes de gestion respectueux de l’environnement. Cependant, cette évolution ne s’est pas encore généralisée et ses acteurs ne disposent pas d’une reconnaissance et d’une visibilité suffisantes.

Le 7 avril 2010, les partenaires avaient annoncé leur volonté d’élaborer collectivement un référentiel et un label de gestion écologique des espaces verts. Le 15 juin, les partenaires dévoilent le contenu du référentiel, le nom de ce label appelé à devenir une référence nationale voire européenne, et la procédure à suivre pour son obtention. L’événement est prévu aujourd’hui à 12h, à la Société Nationale d’Horticulture Française, 84, rue de Grenelle, Paris 7ème.

En présence de :

  • Jean-Claude Antonini, président de Plante & Cité, maire d’Angers,
  • Fabienne Giboudeaux, adjointe chargée des espaces verts,
  • Jean-Pierre Auger, président de l’AITF,
  • Thibault Beauté, président de l’AFDJEVP
  • Ainsi que des représentants des huit villes partenaires.
avr 142010
 

Neuf villes françaises – Besançon, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Orléans, Paris et Rennes –, plusieurs réseaux professionnels – AFDJEVP (Association Française des Directeurs de Jardins et d’Espaces Verts Publics), AITF (Association des Ingénieurs Territoriaux de France) et ATTF (Association des Techniciens Territoriaux de France) –, le CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale), le gestionnaire d’espaces verts privés ouverts au public Pierre & Vacances et la plateforme d’études et d’expérimentations Plante & Cité se sont fixés pour objectif d’élaborer un référentiel partagé de gestion écologique des espaces verts, devant servir de support à une labellisation au niveau national, voire européen des espaces verts publics et privés ouverts au public.

En engageant cette démarche, les partenaires souhaitent :
– favoriser le partage entre gestionnaires de leur savoir-faire en matière de gestion écologique des espaces verts ;
– encourager l’adoption par les gestionnaires d’espaces verts de pratiques de gestion respectueuses de l’environnement, en les valorisant par un label reconnu du public ;
– participer à l’information des usagers des espaces verts sur les problématiques environnementales et du développement durable ;
– faciliter l’acceptation par ces usagers des modifications de paysage liées à ces nouvelles pratiques ;
– susciter de la part des usagers une demande à leurs élus de jardins labellisés et donc d’une gestion écologique de leurs espaces verts ;
– valoriser le travail des agents en charge de l’entretien des espaces verts.

Il s’avère en effet que si un important travail est depuis plusieurs années engagé par les collectivités territoriales et autres gestionnaires dans les espaces verts en vue de réduire l’impact environnemental de leurs pratiques l’exploitation, celui-ci est encore loin d’être généralisé à l’ensemble du territoire et ne dispose pas d’une reconnaissance et d’une visibilité suffisantes.

Après de premiers contacts remontant à un an et trois réunions d’échange, les partenaires ont décidé de formaliser la démarche engagée sous la forme d’une convention de partenariat qui confie à Plante & Cité l’organisation et l’animation du travail à poursuivre pour aboutir au référentiel partagé et au dispositif d’attribution du label.

Le référentiel partagé définira ce qu’est une gestion écologique des espaces verts (soins aux végétaux, préservation de la ressource en eau, valorisation des déchets verts, économies d’énergie, préservation des sols, développement de la biodiversité, accueil du public ou encore formation des agents).

Le label reconnaissant le respect du référentiel sera attribué de manière indépendante et sur la base d’audits externes aux maîtres d’ouvrage.

La convention de partenariat a été adoptée ou est sur le point de l’être par les conseils municipaux des villes signataires et par les conseils d’administration des autres partenaires. L’objectif est d’aboutir d’ici la mi-2011 au lancement du label.

avr 092010
 

Pour la troisième année consécutive, l’association Vilmorin Initiatives organise, en partenariat avec la ville, des associations locales et le soutien des commerçants, une journée d’animation pour la promotion de jardins de ville, balcons fleuris, plantations, respect des espaces verts : les Vertifolies.

Rendez-vous le samedi 10 avril 2010, de 14 h à 19 h, sur la place de l’Union Européenne de Massy (91). Au programme :
– un espace convivial autour du troc de plantes,
– des animations pour les petits et les grands (rempotage, décoration de pots, semis, maquillage, jeux autour du développement durable, récits de contes avec des personnages de fleurs et de légumes).
– Randonnée à la découverte du quartier avec les Amis du vieux Massy.
– Démonstration de toilettes sèches dans le cadre de l’Agenda 21.
– Nouvelles animations proposées par les ambassadeurs du tri sélectif.
– Exposition proposée par l’AMG, « Du potager au gazon chéri : petite histoire de nos jardins de banlieue essonnienne ».
– Décoration florale autour de la table, avec de nouvelles idées pour réaliser des bouquets de rêve.
– Animation autour de peintres et d’un photographe animalier.
– Rencontres autour d’une boisson chaude parfumée et gourmande.

avr 172009
 

Haut perché et pentu, le parc de Belleville (Paris 20ème) offre une vue splendide sur Paris. Il faut le parcourir en ce moment alors que les floraisons printanières explosent un peu partout.La promenade effectuée de la terrasse (30 m d’altitude) vers le bas du parc se fait en suivant les grands lacets ou, de façon plus directe, en descendant les escaliers qui longent les bassins et les cascades.

Dépaysement garanti, avec de superbes buis taillés en boules, beaucoup d’arbustes de terre de bruyère placés à l’ombre de plus grands arbres, des parties ombragées, d’autres plus ensoleillées, des coins de fraîcheur, d’autres surchauffés… Si vous ne connaissez pas encore, une visite printanière s’impose !

Tous les espaces verts du 20ème arrondissement : espaces verts 20ème arrdt