avr 062014
 

Corydalis shimienensis 'Berry Exciting', Fête des Plantes, Saint-Jean de Beauregard (91)
J’ai acheté ce corydalis doré à Pierre Lavalée (Pépinière du Beau Pays) qui expose en ce moment à Saint-Jean de Beauregard (Essonne) pendant la Fête des Plantes. Jolie plante vivace au feuillage découpé comme une fougère, très lumineux. Mais avec un nom à coucher dehors !

Corydalis shimienensis 'Berry Exciting', Fête des Plantes, Saint-Jean de Beauregard (91) Continue reading »

avr 052014
 

Phlox et Geum 'Mai Tai', Sandrine et Thierry Delabroye, Fête des Plantes, Saint-Jean de Beauregard (91)
La météo grise et fraiche de ce premier vendredi d’avril n’a pas gâché la fête du 30ème anniversaire de la Fête des Plantes de Saint-Jean de Beauregard

,(Essonne) qui a connu pour sa première journée la foule des grands jours venue découvrir les merveilles apportées par les nombreux exposants. Petite balade en photos pour vous faire partager ce moment.

Coeurs-de-Marie (Lamprocapnos spectabilis), Hortiflor-Bureau, Fête des Plantes, Saint-Jean de Beauregard (91) Continue reading »

avr 032014
 

À 20 minutes de Paris, venez découvrir Yerres, l’autre capitale de l’impressionnisme. Pour la première fois, 42 chefs-d’œuvre de Gustave Caillebotte vont être présentés dans sa propriété yerroise, où ils ont été peints. Ce grand rendez-vous de l’impressionnisme est d’autant plus exceptionnel, que ces œuvres n’ont, pour la plupart, jamais ou très peu été exposées au public.

Les périssoires, 1878, huile sur toile, Gustave Caillebotte
Les plus grands musées du monde se sont associés à cet évènement culturel majeur de l’année 2014. Ainsi, 42 tableaux issus des collections de National Gallery of Art de Washington, de l’Art Museum de Milwaukee, de l’Indiana University Art Museum de Bloomington, du Musée des Beaux- Arts de Rennes et des Musées d’Orsay, d’Agen et de Marmottan Monet à Paris seront présentés aux côtés des œuvres prêtées par la famille même de l’artiste et par des collectionneurs privés.

La Propriété Caillebotte, foyer de l’impressionnisme
Gustave Caillebotte a 12 ans lorsque ses parents s’installent dans la propriété yerroise qui sera leur résidence d’été. De 1875 à 1879, il peindra quelques-uns de ses tableaux les plus importants dans cette propriété familiale où l’on trouve une maison de maître, de nombreuses dépendances, un grand parc longeant la rivière, des fabriques et un potager.
Ce lieu a été fondamental dans l’inspiration de l’artiste, lui offrant aussi bien des motifs à peindre avec le parc, la rivière, le potager que des sujets de composition avec l’activité des canotiers et les loisirs de la rivière. C’est à ce moment que se définit le style de Caillebotte, fait de sujets modernes représentés d’une façon nouvelle, qui le feront devenir l’un des peintres impressionnistes les plus originaux.
Les tableaux qu’il a réalisés dans la propriété familiale d’Yerres constituent une partie essentielle de la révolution artistique apportée par les impressionnistes. Ce sont ces œuvres qui seront montrées, à Yerres, sur les lieux mêmes qui les ont inspirées et où elles ont été peintes.
La propriété appartient depuis 1973 à la commune d’Yerres, qui l’a entièrement restaurée et lui a ainsi permis de retrouver son aspect du temps de Caillebotte avec sa grande maison blanche ornée de colonnades, appelée le Casin, sa ferme, dite « Ferme Ornée » transformée en centre d’art et d’expositions, son orangerie, sa glacière, son potager et le parc de 11 hectares bordé par la rivière. La Propriété est inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques et labellisée en 2012 « Maison des Illustres » par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Introduction à l’exposition
L’œuvre de Gustave Caillebotte, qui participe au mouvement impressionniste, a été redécouverte au début des années 1970. Elle est aujourd’hui connue grâce à quelques tableaux appréciés comme étant des chefs-d’œuvre de la période : Les raboteurs de parquet, Les périssoires, Le pont de l’Europe. Ce sont en effet des images totalement nouvelles par les sujets traités. Bien davantage qu’une scène de genre, elles sont des pages de l’histoire contemporaine de l’artiste. Elles montrent la ville moderne, celle du Paris d’Haussmann, ses hommes au travail et l’homme moderne dans son nouveau rapport avec la nature.
La propriété yerroise où il vécut, dite Propriété Caillebotte doit son nom à Martial Caillebotte, son père, qui l’a acquise en 1860 pour en faire sa résidence d’été, non loin de Paris.
Gustave naît en 1848 à Paris. Il termine ses études de droit en 1870 et apprend la peinture dans l’atelier de Léon Bonnat à l’École des Beaux-Arts. Il va peindre dans la Propriété d’Yerres pendant la belle saison, de 1875 jusqu’à 1879. Entouré de sa famille et de ses frères, il se livre au jardinage, pratique la baignade et le canotage dans la rivière et reçoit ses amis, dont le peintre Claude Monet.
La Propriété d’Yerres a été décisive dans la définition de son art. C’est là qu’il a trouvé quelques-uns de ses motifs de prédilection et qu’il a élaboré son style.
L’exposition, « Caillebotte à Yerres, au temps de l’impressionnisme« , dans le nouvel espace réaménagé de la Ferme Ornée, retrace ses sujets d’inspiration : les loisirs à la campagne, le travail au potager, les joies du canotage, les plaisirs de l’eau… en montrant pour la première fois ses tableaux sur les lieux même qui les ont inspirés et où ils ont été peints, et qui n’ont pas changé depuis l’époque de l’artiste.
Au Casin, on retrouve un espace audiovisuel se rattachant à l’exposition, des textes et visuels sur la Ville, son histoire, ses bâtiments et la Propriété Caillebotte entre les 17e et 19e siècles.
Enfin, une promenade dans le parc de la propriété et dans le potager, accompagnée de tablettes numériques, permet d’appréhender in situ l’œuvre de Caillebotte. Continue reading »

avr 022014
 

Affiche de la Fête des Plantes de Saint-Jean de Beauregard (Essonne)
Le millésime 2014 de la Fête des Plantes de Saint-Jean de Beauregard promet d’être exceptionnel. Fidèle depuis de nombreuses années, Catherine Deneuve sera la marraine d’honneur de cette édition qui sera l’occasion de célébrer les 30 ans de ce grand rendez-vous horticole. Le fameux « esprit Saint-Jean de Beauregard », fait de passion et d’exigence mais également de partage et de convivialité, régnera tout au long de ce bel anniversaire. Près de 200 exposants, parmi lesquels des pépiniéristes producteurs toujours plus nombreux et présentant une diversité végétale sans égale en Europe, vous permettront de découvrir le meilleur du jardin : le « Best Of » des dernières décennies et les « Must » de demain.

À retrouver au travers d’une grande exposition photographique et d’un jardin d’exposition « surprise » de quelques 100 m2 comme cadeau d’anniversaire imaginé pour l’occasion par l’entreprise de paysage Vertdéco. Table ronde et conférences vous permettront de débattre avec quelques-uns des meilleurs spécialistes horticoles d’aujourd’hui, de découvrir les Jardins de Castillon de Colette Sainte Beuve, de tout savoir sur les fougères rustiques pour le jardin et les cerisiers du Japon ou encore de découvrir l’Art Floral avec Henri Moulié, le célèbre fleuriste de la place du Palais Bourbon. Les enfants seront également à la fête avec « Jardin de poche », « Tresse ta tontine » et le « Jeu de l’oie de la biodiversité ». Milles idées et conseils pour découvrir le meilleur des plantes d’hier et de demain. Continue reading »

mar 192014
 

Kôichi Kurita, Stupa, 2013, Domaine de Chamarande, courtesy de l’artiste © Kôichi Kurita
Depuis les années 1990, Kôichi Kurita sillonne le Japon en collectant les terres de la quasi totalité des 3.213 villes et villages de l’archipel nippon. Sa première poignée de terre fut celle prélevée dans son jardin, à Yamanashi. Il s’est alors engagé dans une démarche unique et remarquable : faire de sa vie un voyage et constituer une Bibliothèque de terres du monde.

C’est en 2004 que débute la Bibliothèque de terres de France. Après un travail de collecte dans l’ouest de la France, Kôichi Kurita s’est lancé à Chamarande dans le projet d’une Bibliothèque de terres de l’Île-de-France, un ensemble formé de cent flacons récemment acquis par le département de l’Essonne au titre de la collection du FDAC.

Chamarande, Essonne, flacon de terre, élément de la Bibliothèque de terres de l’Île-de-France, 2013, collection du FDAC de l’Essonne © Kôichi Kurita
Si l’objet d’attention de Kôichi Kurita est bien la terre, c’est aussi celle que l’on foule, celle que l’on sent, celle que l’on touche, celle dont on admire la texture, la couleur, la matière ou encore celle à laquelle l’on ne prête même plus attention.

Présentée à l’Orangerie du Domaine de Chamarande jusqu’au 11 mai 2014, l’exposition de Kôichi Kurita dévoile la Bibliothèque de terres de l’Île-de-France. Elle donne à voir la richesse des couleurs et des textures des terres de notre région. Continue reading »

mar 152014
 

Chateau de Courson, photo JONATHAN / Fotolia.com
Avec le retour du printemps, le château du Domaine de Courson rouvre ses portes et le parc se pare de ses plus belles couleurs… C’est le moment de les visiter !

Le décor intérieur du château témoigne du constant amour de la nature de ses différents propriétaires ; au cours de votre visite, vous pourrez découvrir et admirer le spectaculaire salon à l’italienne, avec sa balustrade en trompe-l’œil surmontée d’un ciel de printemps, le très raffiné salon vert qui illustre la vie familiale quotidienne au XIXe siècle, mais aussi la galerie de peinture, la bibliothèque du duc de Padoue, les souvenirs Napoléoniens…

Côté parc, la nature se réveille : les tulipes et les narcisses éclosent, les arbres retrouvent leur feuillage, déjà les premières roses pointent leur nez, les oiseaux chantent ; une saison infiniment poétique à apprécier le long des allées sinueuses, au bord de l’étang ou au pied d’un arbre centenaire.

Visites du 16 mars au 16 novembre 2014, tous les dimanches et jours fériés de 10h à 18h.
Formules de visite et tarifs : http://www.domaine-de-courson.fr/decouvrir/visiter-courson