jan 272012
 

Carte des forêts privées et publiques d'Île-de-France (2003)

À l’issue de la conférence-débat organisée hier à l’Assemblée nationale par l’Office National des Forêts sur les enjeux et perspectives pour les forêts domaniales périurbaines d’Île-de-France, Hervé Gaymard, président du conseil d’administration, Pascal Viné, directeur général et François Bland, directeur territorial pour l’Île-de-France et Nord-Ouest, ont exposé la nouvelle feuille de route pour les forêts domaniales d’Ile-de-France.

En Ile-de-France, l’Office National des Forêts assure la gestion de 50 forêts domaniales qui couvrent 72 500 hectares, soit 6 % de la surface de la région. Ce sont de grands massifs prestigieux, pour la plupart hérités des forêts royales.

 

Sur ces massifs, la gestion des forêts repose sur un principe de multifonctionnalité, qui consiste à simultanément préserver la biodiversité, accueillir le public et assurer une production de bois. La multifonctionnalité constitue le socle sur lequel s’appuie la démarche de développement durable des forêts publiques. Il s’agit d’une démarche exigeante, complexe, et qui fonde l’action au quotidien de l’ONF.

Plaquette "Les forêts domaniales d’Ile de France, un atout pour le territoire"

En zone périurbaine, les attentes des habitants, parfois inquiets de voir le paysage changer, conduisent l’ONF à renforcer les dispositifs de gouvernance, afin de mieux adapter ses techniques forestières aux enjeux spécifiques de ces territoires. La gestion forestière de l’Office National des Forêts se doit en effet d’être exemplaire et en lien permanent avec les attentes et les évolutions de notre société.

Hervé Gaymard, président de l'Office national des forêts

Lors de la conférence organisée à l’initiative du président du conseil d’administration de l’ONF, Hervé Gaymard, à l’Assemblée nationale le 25 janvier 2012 sur les forêts domaniales périurbaines d’Ile-de-France (à laquelle j’ai eu le plaisir d’être invité), l’Office National des Forêts a décidé de lancer un plan d’action destiné à améliorer le dialogue entre forestiers et usagers de ces forêts remarquables.

Il conduira à l’élaboration d’une charte pour la gestion des forêts domaniales périurbaines.
Continue reading »

oct 122011
 

À l’occasion de la Fête de la Science du mercredi 12 octobre au dimanche 16 décembre 2011, le Centre d’écologie générale de Brunoy, site du Muséum National d’Histoire Naturelle basé dans l’Essonne, célèbre l’Année internationale des Forêts avec une exposition de photographies « Forêts : images de recherche et d’expertise ».

Les forêts constituent la plus grande partie de la biodiversité de notre planète et remplissent un rôle essentiel. Exploitées depuis toujours, elles subissent aujourd’hui une pression exceptionnelle. C’est pourquoi divers programmes de recherche et des inventaires nationaux et internationaux ont été mis en place pour aider à les conserver et les gérer durablement.

À l’occasion de la Fête de la Science, les cinq équipes de recherche du Centre de Brunoy ont souhaité informer les citoyens du Val d’Yerres de leurs activités de recherche et d’expertise sur les forêts tempérées et tropicales. Les 61 scientifiques du centre ont ainsi choisi d’illustrer la diversité et la complémentarité de leurs travaux de recherche au travers d’une exposition de photos de terrain et de laboratoire.

Installée à Brunoy, au Théâtre de la Vallée de l’Yerres, cette exposition a pour objectif de faire connaître le quotidien des chercheurs de Brunoy dans leurs laboratoires comme sur le terrain lors de leurs missions d’exploration de la nature. Le public découvrira par exemple comment les plantes, les animaux et les Hommes interagissent dans les écosystèmes forestiers d’Ile-de-France, d’Amazonie ou de Madagascar.

Lieu : Théâtre de la Vallée de l’Yerres, 2-4 rue Philisbourg, 91800 Brunoy (derrière l’Hôtel de Ville, à 2 minutes de la gare).

avr 122011
 

Dans le cadre du colloque de l’Agence des espaces verts d’Ile-de-France (AEV) « La forêt, lieu d’innovation – Quelle forêt pour demain ? » qui se tiendra le 27 avril 2011 au Muséum National d’Histoire Naturel, l’AEV a sondé les Franciliens sur leur rapport à la forêt via l’institut de sondage IFOP.

La reprise des débats sur une éventuelle privatisation des forêts, ainsi que les enjeux liés au développement de la filière bois – notamment en réponse aux objectifs du Grenelle 2 (construction et énergies renouvelables) – engendre des conflits d’usages des forêts. Amenées à évoluer tout en veillant à leur préservation, les forêts et plus spécifiquement celles d’Ile-de-France à usages récréatifs majeurs, sont en pleine mutation.

Dans ce cadre, l’Agence des espaces verts d’Ile-de-France a souhaité mettre en lumière la perception et les attentes des Franciliens en matière d’usages et de gestion de leurs forêts. Réalisée pour la première fois en France, les éléments de cette étude nourriront le colloque du 27 avril « La forêt, lieu d’innovation – Quelle forêt pour demain ? » et alimenteront les échanges entre les différentes parties prenantes de ces espaces : institutionnels, entrepreneurs, gestionnaires et associatifs. Madame la Ministre Nathalie Kosciusko Morizet et Monsieur le Président de région Jean-Paul Huchon participeront à ce débat sur l’avenir des forêts et envisageront des pistes de travail.

Ainsi l’étude révèle :

  • 85% des Franciliens se rendent dans les forêts de la région au moins de façon occasionnelle.
  • 88% des Franciliens déclarent apprécier aller en forêt. Logiquement, plus les Franciliens fréquentent les forêts, plus ils déclarent apprécier ce type de loisir.
  • Les forêts franciliennes disposent d’une image plutôt positive auprès des habitants de la région : plus des trois quarts d’entre eux (77%) jugent qu’elles sont bien entretenues et quasiment deux tiers (64%) qu’elles sont bien aménagées pour les loisirs et le sport.
  • En revanche, en termes d’accessibilité, si 85 % des personnes interrogées estiment que les forêts franciliennes sont accessibles en voiture, seuls 27 % considèrent qu’il est facile de s’y rendre en transport en commun. Les forêts franciliennes semblent donc souffrir d’un certain nombre d’a priori auprès des individus qui ne fréquentent pas ces espaces verts.

Quel avenir pour les forêts franciliennes ?

  • En dépit d’une fréquentation majoritairement occasionnelle, les Franciliens ne sont pas prêts à renoncer à une accessibilité totale aux forêts de leur Région : 95 % des personnes interrogées estiment qu’elles doivent être ouvertes aux franciliens.
  • Les Franciliens se révèlent partagés quant à l’idée de fermer les forêts partiellement au public pour des motifs écologiques (49%) et d’exploitation forestière plus intensive (72%)

Pour Olivier Thomas, Président de l’Agence des espaces verts :
« Cette étude nous conforte dans le choix que nous faisons au quotidien, à savoir une gestion durable des forêts. Nous devons continuer à allier préservation, usages récréatifs et développement économique. Les Franciliens l’ont clairement exprimé : toute sylviculture intensive au mépris des autres enjeux et activités est à bannir. »