août 262010
 

L’eulalie zébrée ou roseau de Chine zébré (Miscanthus sinensis ‘Zebrinus’) forme une imposante gerbe de feuilles qui scintillent dans les rayons du soleil. Une graminée vite imposante, mais non envahissante, qui fait beaucoup d’effet dans une grosse potée sur la terrasse ou au fond d’un massif dans le jardin.

Potée de graminée sur terrasse

Jarre d'eulalie zébrée (Miscanthus sinensis 'Zebrinus'), Horticulture & Jardins (95), juillet 2010, photo Alain Delavie

Cette graminée donne des feuilles longues, fines et retombantes. Le feuillage vert vif présente des bandes horizontales crème ou jaune pâle qui le rend lumineux quand les rayons du soleil le traverse. La plante forme assez vite une belle touffe évasée au port gracieux d’environ 1,50 à 2 m de hauteur, au-dessus de laquelle apparaissent en fin d’été des épis dressés, en fins plumeaux, d’abord vert, puis bruns ou rouille aux reflets argentés, finissant jaune paille. Le feuillage se dessèche en hiver mais garde un aspect décoratif, surtout quand une gelée blanche ou du givre le recouvre. Il est préférable de rabattre la plante à la fin de l’hiver, quand les nouvelles feuilles apparaissent à la base.

Grande graminée à feuillage panaché

Eulalie zébrée (Miscanthus sinensis 'Zebrinus'), août 2010, photo Alain Delavie

Le roseau de Chine zébrée apprécie une exposition chaude et ensoleillée, ainsi qu’un sol riche et humifère, bien drainé mais suffisamment frais pendant la belle saison. En pot, il faut l’arroser régulièrement et lui apporter chaque année une fumure azotée pour stimuler la pousse du feuillage.
Dans un jardin, il permet de composer des petites haies denses et bien droites, des groupes isolés ou un fond de massif qui met en valeur les plantes installées devant. Il s’étoffe avec les années, mais il est non traçant et il n’envahit jamais comme pourraient le faire certains bambous, proche cousins de la même famille des Poacées.

Grande graminée à feuillage panaché

Eulalie zébrée (Miscanthus sinensis 'Zebrinus') dans un grand massif du parc du Domaine de Courson (91), août 2010, photo Alain Delavie

Le port à la fois droit et évasé de ce roseau de Chine zébré permet de l’utiliser dans des jardins contemporains ou de style japonisant.
Pour celles et ceux qui manquent de place, adoptez plutôt le Miscanthus sinensis ‘Gold Bar’, qui ne dépasse pas 80 cm de hauteur et présente un feuillage très panaché et lumineux.

août 062010
 

Superbes en pots ou en pleine terre, les herbes du Japon forment lentement de gros coussins joliment avachis ou retombants. Des graminées d’une grande élégance et pas envahissantes.

Plante vivace couvre-sol

Herbe du Japon (Hakonechloa macra et H. macra 'Aureola'), Université Paris Diderot Paris 7 (Paris 13e), juillet 2010, photo Alain Delavie

L’espèce type (Hakonechloa macra) a des chaumes de couleur vert gazon brillant devenant jaune d’or à l’automne puis brunâtre en hiver. La variété panachée de jaune crème (Hakonechloa macra ‘Aureola’) est plus fréquente car elle illumine le moindre coin ombragé et forme des cascades lumineuses, qui prennent des teintes rose rouge quand les températures se font plus fraîches en automne. Les feuilles effilées prennent naturellement un port arqué. La touffe atteint 50 cm de hauteur et environ 70 cm d’envergure. La floraison en épillets vert pâle puis acajou apparaissent parfois assez tard en saison.

Plante vivace couvre-sol

Herbe du Japon (Hakonechloa macra et H. macra 'Aureola'), Université Paris Diderot Paris 7 (Paris 13e), juillet 2010, photo Alain Delavie

Ces plantes vivaces poussent aussi bien en plein soleil (éviter quand même les expositions brulantes) qu’à la mi ombre. Elles préfèrent un sol riche et humifère, qui reste frais pendant la belle saison. Rustiques, elles perdent leur feuillage quand l’hiver est rigoureux.

Plante vivace couvre-sol

Herbe du Japon (Hakonechloa macra et H. macra 'Aureola'), Université Paris Diderot Paris 7 (Paris 13e), juillet 2010, photo Alain Delavie

Dans un jardin, elles sont utilisées pour couvrir le sol, former une large bordure, ou tapisser le pied d’un groupe d’arbustes. Sur ces photos, vous pouvez admirer la très belle bordure qui a été installée le long des bâtiments de l’Université Paris Diderot Paris 7, dans l’esplanade Pierre Vidal-Naquet, dans le 13e arrondissement de Paris.

Plante vivace couvre-sol

Herbe du Japon (Hakonechloa macra et H. macra 'Aureola'), Université Paris Diderot Paris 7 (Paris 13e), juillet 2010, photo Alain Delavie

Pour admirer le feuillage retombant, il est préférable d’installer ces belles graminées au-dessus d’un petit muret ou le long des marches d’un escalier. En pot, il faut choisir un contenant plus haut que large. La croissance étant lente, n’hésitez pas à acheter une belle potée.

juil 182009
 

Sur les petits espaces, les feuillages colorés sont une aide précieuse pour donner de la couleur au jardin ou au balcon tout au long de l’année, en complément ou à la place des fleurs. Peu encombrante, Imperata cylindrica ‘Red Baron’ forme des touffes vertes et rouges qui se remarquent de loin.

Cette graminée persistante pousse assez lentement, aussi est-il préférable de se procurer des plants déjà bien fournis si vous souhaitez un résultat assez rapide. Sur balcon, on peut planter serré. Elle n’envahit pas la jardinière où elle est installée comme le ferait un elymus par exemple. D’ailleurs elle est même cultivée dans des paysages avec des bonsaïs au Japon.

Ceci étant, elle forme quand même des touffes de feuilles vertes aux pointes rouges de 40 à 75 cm de hauteur quand on l’installe dans un sol riche, frais et bien drainé. Le feuillage ne dépasse pas les 40 cm de hauteur, seuls les épis argentés qui apparaissent en été se dressent au-dessus. Compte tenu de sa croissance lente, il faut éviter le voisinage de plantes trop vigoureuses, qui pourraient couvrir tout ou partie du feuillage.

Très bel effet dans un pot design étroit et très haut (type Lechuza Cubico Cottage). J’ai d’ailleurs bien envie de tenter, car sur mon balcon, c’est le seul moyen d’éviter les dents du fauve à quatre pattes (Iris la chatte), toujours attiré par ce qui ressemble à de l’herbe…

juin 052008
 

Difficile d’échapper aux corvées de désherbage incessantes en mai et en juin, surtout avec toute cette pluie tombée depuis quelques semaines.
Mais parfois la nature fait bien les choses et réserve d’agréables surprises au jardinier négligeant, trop débordé, un peu fainéant… Et voici le jardin vite envahi par les herbes folles, dites mauvaises. Mais…
Et oui, cette belle graminée qui s’est invitée dans le jardin partagé Un petit bol d’air, situé tout près de chez moi et du canal de l’Ourcq, a eu la bonne idée de pousser à côté d’une valériane des jardins (Centranthus ruber). Duo charmant qu’il aurait été dommage de rater sous prétexte que les mauvaises herbes n’ont pas leur place dans un jardin. Et bien si, la preuve !