juin 172012
 

Mur végétal de Patrick Blanc au Musée du Quai Branly, Paris 7e (75)

Quand les plantes ont bien repoussé et se mettent à fleurir en masses au cours du printemps, le mur végétal du Musée du quai Branly (Paris 7e) est particulièrement impressionnant. Un immense jardin entre ciel et terre…

Mur végétal de Patrick Blanc au Musée du Quai Branly, Paris 7e (75)

Mur végétal de Patrick Blanc au Musée du Quai Branly, Paris 7e (75)

Continue reading »

mai 312011
 

Le week-end dernier, la huitième édition du salon Jardins Jardin présentait une vingtaine de jardins éphémères dans le jardin des Tuileries (Paris 1er). Je vous ai déjà montré un aperçu de ce que donnait à voir cette manifestation, mais aujourd’hui je reviens sur un de mes jardins préférés, baptisé : « Abstraction, chimère ou simplement muse… »

Jardin éphémère : "Abstraction, chimère ou simplement muse...", conception Philippe Niez, réalisation Les Jardins de Gally, sculptures Claude Pasquer, Jardins Jardin 2011 aux Tuileries

Jardin éphémère : "Abstraction, chimère ou simplement muse...", conception Philippe Niez, réalisation Les Jardins de Gally, sculptures Claude Pasquer, Jardins Jardin 2011 aux Tuileries, 26 mai 2011, photo Alain Delavie

« L’espace se compose à partir de deux modèles. Mon premier évoque un marais, sinon un marécage. Mon second abstrait évoque sur un mode redondant « l’oeuf considéré comme contenant le germe à partir duquel se développera la manifestation ». Mon tout est une scénette onirique : la danse des ibis rouges. » Peut-on lire dans le catalogue de la manifestation.

Jardin éphémère : "Abstraction, chimère ou simplement muse...", conception Philippe Niez, réalisation Les Jardins de Gally, sculptures Claude Pasquer, Jardins Jardin 2011 aux Tuileries

Jardin éphémère : "Abstraction, chimère ou simplement muse...", conception Philippe Niez, réalisation Les Jardins de Gally, sculptures Claude Pasquer, Jardins Jardin 2011 aux Tuileries, 26 mai 2011, photo Alain Delavie

Continue reading »

avr 212011
 

Une association inattendue et haute en couleur, toute en contraste, qui met autant en valeur le faux trèfle pourpre (Oxalis triangularis) que l’helxine (Soleirolia soleirolii), petite plante couvre-sol. Petites plantes pour effet maximum !

Oxalis triangularis et Soleirolia soleirolii

Faux trèfle pourpre (Oxalis triangularis) poussant dans un tapis d'helxine (Soleirolia soleirolii), Parc floral de Paris, Paris 12e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

J’ai photographié ce duo contrasté dans un des pavillons du Parc floral de Paris. Mais c’est une excellente idée qui peut être reproduite à plus petite échelle dans un intérieur. Un mariage à faire dans une potée, une jardinière ou une large coupe et à placer dans une pièce claire pas trop chauffée. Continue reading »