nov 112010
 

C’est maintenant qu’il faut planter les bulbes qui fleuriront une fois le printemps installé ! Le Centre d’Information des Bulbes à Fleurs (CIBF) recommande de planter les bulbes à floraison printanière entre le mois de septembre et la fin du mois de novembre. La fin de la saison de plantation approche…

Bulbes à floraison printanière

Massif de tulipes Darwin 'Silverstream', parc de Keukenhof (NL), avril 2010, photo Alain Delavie

Les bulbes de printemps sont encore disponibles dans le commerce. Mais ils sont souvent arrivés depuis plusieurs semaines, alors inspectez les soigneusement s’ils sont vendus en vrac ou au travers des sachets. Les oignons doivent être bien fermes, sans tache ni blessure. Ils ne doivent pas présenter de pousse ni de racines.
Une fois achetés, mieux vaut les planter le plus rapidement possible pour éviter qu’ils ne s’abîment et pour profiter encore des températures douces, car lorsque le sol est gelé, on ne plante plus. Mais quand le temps est pluvieux, il est préférable d’attendre que la terre soit bien ressuyée et moins collante.
Pour les mettre en terre, assurez-vous de respecter les règles de profondeurs : en général il faut enfouir le bulbe à une profondeur d’environ deux fois et demie sa hauteur. Auparavant, ameublissez et nettoyez le sol pour favoriser le drainage. Les bulbes sont disposés la pointe dirigée vers le haut, la partie inférieure plus aplatie devant reposer au contact de la terre. Après avoir recouvert de terre, l’arrosage n’est pas nécessaire.

Pourquoi planter à l’automne pour le printemps ?
Lorsque vous achetez vos bulbes, ils sont en état d’hibernation. Une fois plantés à l’automne, ils sortent de leur repos et commencent à faire des racines qui vont croître jusqu’au gel du sol. L’hiver, la croissance des racines s’arrête et les bulbes vivent au ralenti. À la fin de l’hiver ou au début du printemps selon la météo, les bulbes reprennent leur activité, la croissance des racines reprend et les premières pousses commencent à apparaitre. Le feuillage se développe et laisse apparaître la fleur tant attendue.

Bulbes à floraison printanière

Grosse potée de tulipes 'Angélique' et d'anémonas blandas 'White Splendour', parc de Keukenhof (NL), avril 2010, photo Alain Delavie

Crocus, jacinthes, narcisses ou tulipes pour un jardin unique
Avec plus de 1000 variétés, la tulipe laisse libre cours à votre imagination pour créer un jardin unique. Le vaste choix de formes et de tailles vous permettra de donner l’allure et le style dont vous rêvez à votre jardin au printemps, tout en étalant les floraisons sur plusieurs semaines. En pot, je vous recommande tout particulièrement les variétés de tulipes à feuillage panaché, car la floraison est toujours trop courte, mais les feuilles panachées prolongent le décor. Avec une palette allant du pastel aux couleurs les plus vives, les tulipes s’associeront très bien avec d’autres bulbes a fleurs, comme les crocus, les jacinthes, les muscaris ou les narcisses qui ont les mêmes exigences de culture. Vous pouvez aussi les marier avec des pensées, des violas, des myosotis, des pâquerettes ou des giroflées, proposées actuellement en jeunes plants.

À vos plantoirs !

avr 302010
 

J’ai passé moins de 48 heures aux Pays-Bas pour une visite incroyable dans ce parc aux milliers de fleurs, aux innombrables bulbes à floraison printanière : Keukenhof. Fleuri à souhait, sous un chaud soleil… Et voici les quelques photos promises !

Bulbes à floraison printanière aux Pays-Bas

En allant vers Keukenhof, le long de la route, les champs de tulipes fleuries de la Hollande, avril 2010, photo Alain Delavie

Paysage typique en cette saison du pays des bulbes, car les plantes bulbeuses prospèrent de façon exceptionnelle sur le sol de sablière fertile que l’on trouve dans une bonne partie de la Hollande. Le secteur des bulbes à fleurs est d’une importance capitale pour les Pays-Bas. La culture et le commerce de gros des bulbes à fleurs emploient environ 15 000 personnes. Celles-ci produisent chaque année près de 10 milliards de bulbes à fleurs. Ce qui représente 70 % de la production mondiale totale. La culture se fait sur environ 20 000 hectares de terre. Plus de 75 % des dix milliards de bulbes sont exportés vers plus de cent pays. Les États-Unis sont le principal client, suivis par le Japon.

Visite au parc de Keukenhof au printemps

Les sabots de Keukenhof vous attendent pour la photo traditionnelle dans le parc, sur fond de bulbes à floraison printanière

Arrivé dans le parc de Keukenhof, j’ai enfilé mes sabots de 7 lieues pour pouvoir parcourir les quelques 24 hectares qui composent ce site à nul autre pareil. C’est parti pour la visite…
Continue reading »

jan 142009
 
Les températures se sont faites plus douces avec l’arrivée de la pluie. Mais que de grisaille, comme cet hiver me semble long ! Peut-être à cause de cet fin d’été et cet automne trop pluvieux qui l’ont précédé… Pour égayer nos journées, voici un mini jardin d’intérieur avec des bulbes forcés, véritable bouffée de printemps au coeur de la mauvaise saison.

(Créations et photos Office Hollandais des Fleurs)

Tulipes et narcisses forcés, avec les bulbes laissés à nu pour mieux admirer la beauté des tuniques et des racines. Selon l’envie du moment, la composition peut être plus ou moins densément plantée. Et la croissance rapide de ces plantes forcées donne de la vie à l’arrangement, qui évolue au fil des jours, les hampes florales se hissant hors du vase en verre.
La saison des bulbes forcés commencent : amaryllis, jacinthes, iris nains, crocus, muscaris, tulipes… À utiliser sans modération pour faire entrer le printemps chez soi !

avr 132008
 

La belle petite potée si craquante sur l’étal du fleuriste ou dans le rayon de la jardinerie ne dure guère. Achetée déjà bien fleurie, les fleurs se fanent les unes après les autres, que ce soient des narcisses, des muscaris, des jacinthes ou des tulipes forcées.
Au fur et à mesure que les fleurs sèchent, la potée devient très moche, surtout quand elle trône sur le rebord de la fenêtre ou sur un petit balcon.
Qu’en faire ?
. La jeter comme un bouquet défraichi si vous ne voulez pas vous embêter. Mais vous pouvez aussi la donner à des jardiniers d’un des jardins partagés parisiens, qui seront ravis de récupérer des fleurs pour le printemps prochain.
. Si vous n’avez pas de jardin, déplacez la dans un coin ensoleillé moins en vue du balcon ou de la terrasse. Et arrosez dès que la terre du pot sèche, tant que les feuilles ne jaunissent pas. Il faut arrêter les apports d’eau quand toutes les feuilles sont jaunes. Et tout laisser reposer jusqu’en septembre, période pour le rempotage.
. Si vous avez un jardin, dépotez la touffe sans casser la motte et replantez les bulbes pour qu’ils terminent leur cycle de croissance, comme les autres bulbes à floraison printanière plantés à l’automne dernier. Attention, il ne faut pas trop enfouir la motte, la base du feuillage vert devant rester à l’air libre.
Alors, qu’allez-vous faire de vos potées défleuries ?