oct 142012
 

Top Roots, Antoine Dorotte, Fiac Hors les Murs, Jardin des Plantes de Paris en automne, Paris 5e (75)

Top Roots est une création de l’artiste français Antoine Dorotte qui présente une sorte de cocotier nain reposant sur ses trois uniques palmes, surplombé de ses racines, qui forment un casque de tresses “dreadlocks” rastafaries et renvoient aux cultures Rastafari et hippie.

Métaphore à la fois de l’exotisme et d’une certaine forme d’insouciance, mais aussi d’une surexploitation des matières premières naturelles au risque de mettre en péril les équilibres écologiques, le palmier reste largement “irrationnel et fictif” selon l’artiste, qui évoque notamment “sa présence dans les oasis, qui sont régulièrement le fruit de mirages”.

Top Roots, Antoine Dorotte, Fiac Hors les Murs, Jardin des Plantes de Paris en automne, Paris 5e (75)

Top Roots d’Antoine Dorotte / FIAC Hors les Murs au Jardin des Plantes
Bronze, 140 x 80 x 80 cm
Oeuvre présentée par la galerie ACDC, Bordeaux.

oct 112012
 

FIAC Hors les Murs au Jardin des Plantes de Paris

Suite au succès de la première édition, la FIAC et le Muséum national d’Histoire naturelle proposent à nouveau un parcours d’œuvres contemporaines dans le Jardin des Plantes, où la scène émergente côtoie des artistes confirmés tels Mark Dion, Lucy+Jorge Orta, David Nash, herman de vries… Au total, 28 œuvres de 27 artistes (plus du double de l’an dernier), sont installées. Des œuvres qui investissent les espaces extérieurs et intérieurs : le Jardin des Plantes, mais aussi les espaces remarquables du Muséum tels que la Ménagerie, les Grandes Serres, la Galerie de Paléontologie ainsi que la Grande Galerie de l’Évolution.

Cette deuxième édition est l’occasion de mettre en valeur un parcours singulier en totale adéquation avec le lieu, où l’art, la nature et la science sont intimement entremêlés. Certaines œuvres ont ainsi été pensées in situ (Dominique Blais pour la Gloriette de Buffon, Fabien Giraud et Raphaël Siboni dans la Galerie de Minéralogie, actuellement fermée au public). Les collections du Muséum servent de support et d’illustration à la diffusion des connaissances sur les écosystèmes, l’interaction entre les plantes et les animaux, les relations entre l’Homme et la Nature.

Les grandes nouveautés du Parcours 2012 : des performances, avec notamment le très attendu One Million Years de On Kawara, et des conférences dont un cycle qui met en valeur les relations entre art et écologie. De plus, cette année, les étudiants de l’École du Louvre sont présents du 16 au 21 octobre dans les différents espaces du Muséum pour assurer un service de médiation culturelle.

Continue reading »

sept 052012
 

Tabac sylvestre ou tabac géant (Nicotiana sylvestris), Jardin des Plantes (Muséum national d'Histoire Naturelle), Paris 5e (75)

Avec ses bouquets de grandes fleurs blanches en trompettes retombantes dressées très haut au-dessus de la rosette de feuilles, ce tabac d’ornement peut atteindre jusqu’à 1,50 m de hauteur au cours de l’été. À réserver à l’arrière des massifs et aux ambiances exotiques.

Les fleurs blanches sont réunies en panicules. Chacune peut mesurer jusqu’à 9 cm de longueur. En fin de journée et pendant la nuit, elles répandent un parfum puissant et suave.

Ce tabac est vivace, mais non rustique. En région parisienne, il est cultivé comme une plante annuelle à croissance rapide et importante. Il faut l’installer dans un coin très ensoleillé du jardin, avec un sol bien drainé, mais riche et toujours frais en été.

sept 022012
 

Amarante pourpre, grande perspective du Jardin des Plantes de Paris en été, Paris 5e (75)

Si certaines fleurs annuelles perdent vite de leur attrait, ce n’est pas le cas des amarantes qui deviennent de plus en plus belles et spectaculaires au fur et à mesure que l’été s’avance. Plus on progresse dans la belle saison et vers l’automne, plus elles étirent et étendent leurs grands panaches ou leurs queues de rat veloutées.

Amarante pourpre, grande perspective du Jardin des Plantes de Paris en été, Paris 5e (75)

Continue reading »

août 312012
 

Tithonia rotundifolia 'Fiesta del Sol', Jardin des Plantes (Muséum national d'Histoire Naturelle), Paris 5e (75)

Alors que le tithonia classique pousse facilement jusqu’à 1,50 m voire 2 m de hauteur dressant très haut ses étoiles orange vif, la variété ‘Fiesta del Sol’ reste beaucoup plus compacte, la touffe ne dépassant pas 60 à 75 cm de hauteur, tout en donnant une profusion de marguerites aux couleurs vives, très appréciées par les bourdons et les papillons qui s’y pressent pour butiner.

Tithonia rotundifolia 'Fiesta del Sol', Jardin des Plantes (Muséum national d'Histoire Naturelle), Paris 5e (75)

Ce petit tournesol mexicain prospère dans un coin très ensoleillé et chaud du jardin, avec des arrosages réguliers pour maintenir le sol frais en permanence. Il faut éviter de mouiller le feuillage, sensible à l’oïdium et à la pourriture. La floraison est encore plus abondante quand on coupe régulièrement les fleurs qui fanent.

Cette variété plus compacte pousse très bien en pot ou en jardinière.

août 312012
 

Amarante 'Hot Biscuit' et zinnia 'Sun Red', Jardin des Plantes (Muséum national d'Histoire Naturelle), Paris 5e (75)

Voici un mélange de couleurs chaudes vraiment très original ! Des zinnias ‘Red Sun’ aux fleurs doubles rouge vermillon se mêlent aux panicules bronze de l’amarante ‘Hot Biscuit’.  L’un comme l’autre apprécie un emplacement très chaud et ensoleillé, avec des arrosages réguliers en été.

Amarante 'Hot Biscuit' et zinnia 'Sun Red', Jardin des Plantes (Muséum national d'Histoire Naturelle), Paris 5e (75)

Amarante 'Hot Biscuit' et zinnia 'Sun Red', Jardin des Plantes (Muséum national d'Histoire Naturelle), Paris 5e (75)

L’été à la météo capricieuse n’a visiblement pas beaucoup gêné ces deux fleurs annuelles qui aiment le soleil. Mais dans la grande perspective du Jardin des Plantes de Paris, l’ensoleillement est maximal dès que les nuages se cachent.