oct 262014
 

Iris en pleine floraison en automne dans le Jardin des Tuileries, Paris 1er (75)
À quelques jours de la Toussaint, la floraison de ce grand iris des jardins est pour le moins incongrue et très décalée.

Ou bien il s’agit d’une variété à floraison particulièrement remontante… Fort sympathique et agréable dans tous les cas !

oct 262014
 

Les parcs, les jardins et les squares parisiens ont des horaires adaptés à ceux du soleil. Ils ferment plus tôt au moment du passage à l’heure d’hiver, en 2014 à partir du dimanche 26 octobre.

Hêtre pleureur dans le Parc Montsouris en automne, Paris 14e (75)
La Ville de Paris compte 490 parcs, jardins et squares municipaux. Un quart d’entre eux sont ouverts 24 h sur 24 h. Selon leur importance et leur taux de fréquentation certains espaces verts bénéficient d’horaires élargis.

Les jardins aux horaires d’ouverture et de fermeture spécifiques :
Le parc des Buttes-Chaumont (19e)
Du 1er octobre au 31 mars : 7h à 20h

Le parc Monceau (8e)
Du 1er octobre au 30 avril : 7h à 20h

Cliquer pour rechercher et consulter les horaires des parcs, jardins et squares parisiens.

oct 222014
 

Mimosa couvert de boutons floraux près des serres du Jardin des Plantes, Paris 5e (75)
Le mimosa situé près des grandes serres du Jardin des Plantes (Paris 5e) est actuellement couvert d’une multitude de boutons floraux. Une belle floraison en perspective, si l’hiver n’est pas trop rigoureux. À suivre !

Mimosa couvert de boutons floraux près des serres du Jardin des Plantes, Paris 5e (75) Continue reading »

oct 082014
 

Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-en-Laye (78)
Le Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, labellisé « Jardin remarquable », offre à moins d’une demi-heure de Paris 70 hectares d’espaces préservés ainsi qu’un point de vue exceptionnel sur l’Île-de-France.

L’histoire des jardins
La construction de la résidence royale au 12e siècle à Saint-Germain-en-Laye nécessita d’aménager différents jardins, afin de fournir la table et d’assurer les promenades de la cour.
C’est cependant au 16e siècle que débuta la grande époque moderne des jardins, en particulier grâce à l’influence de la renaissance italienne et à l’intérêt de François 1er pour les artistes italiens et étrangers.
Ils furent magnifiés pour Henri IV qui fit réaliser par Claude Mollet des jardins en terrasses, ornés de grottes, de jeux d’eau et d’automates hydrauliques. Les jardins du château étaient alors considérés comme les plus beaux jardins d’Europe.
Le relais fut ensuite pris par André Le Nôtre, qui réalisa en face du château un Grand Parterre orné de broderies et entouré de rinceaux de buis, de charmilles et d’une double rangée d’ormes. Il créa aussi une terrasse longue de deux kilomètres, adossée au jardin et à la forêt telle un immense balcon surplombant la Seine et Paris.
Au 19e siècle, la création d’une gare dégrada les parterres de Le Nôtre. En dédommagement, Louis-Philippe fit don au domaine de 3 hectares pris sur la forêt royale. Loaisel de Tréogate, ingénieur des domaines de la couronne, réalisa alors dans cet espace un jardin anglais qui présentait des arbres remarquables. Contrairement aux jardins précédents de style régulier, il s’agissait ici d’un simple aménagement paysager. De 1872 à 1874 le jardin fut aménagé en promenade publique avec la mise en place de statues, massifs fleuris, mobiliers et éclairages.
Cette richesse des styles présente, dans des espaces très identifiés spatialement, tout un résumé de l’histoire des jardins.

Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-en-Laye (78)Le domaine aujourd’hui
Le Musée d’Archéologie nationale, le Château et le Domaine national de Saint-Germain-en-Laye font partie du même établissement.
Le Domaine est ouvert toute l’année au public, d’environ 8 heures du matin au coucher du soleil. Il est labellisé « Jardin remarquable ». Ce label national a été mis en place en 2004 par le Ministère de la Culture et de la Communication pour indiquer au grand public les jardins dont le dessin, les plantes et l’entretien sont d’un niveau remarquable.
Enfin, de nombreuses manifestations s’y déroulent, permettant ainsi de sensibiliser toujours plus de monde à cet héritage patrimonial et culturel. Par exemple, chaque année au mois de juin, est organisé l’événement « Rendez-vous aux jardins » : à cette occasion, on peut notamment participer à des visites guidées du jardin sous la conduite des jardiniers du Domaine.
Il est également possible d’occuper les espaces du Domaine national pour des manifestations publiques ou associatives (en concertation avec la direction de l’établissement).

Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-en-Laye (78)Renseignements pratiques
Château, place Charles de Gaulle, 78 100 Saint-Germain-en-Laye.
Tél. : 01 39 10 13 00.
Accès : RER ligne A, station Saint-Germain-en-Laye.
Autobus RATP ligne 258.
Autoroute de l’Ouest A 13, RN 190, RN 13, N 186.
Pour connaître la programmation des activités de l’établissement, connectez-vous sur : www.musee-archeologienationale.fr

oct 062014
 

L’Institut Mutualiste Montsouris, grâce à l’association Jardin-Art-et-Soin (JAS) a ouvert en juillet dernier son Jardin de Soin, véritable espace de partage à destination des adolescents hospitalisés dans l’établissement. De nombreux acteurs et partenaires se sont impliqués dans le projet avec énergie et générosité permettant à ce nouveau jardin de voir le jour. Aujourd’hui lundi 6 octobre, ce Jardin de Soin sera inauguré par le Pr Alain Calender, président de l’association Jardin Art et Soin, le Pr Maurice Corcos, de l’Institut Mutualiste Montsouris et Louis Benech, paysagiste concepteur du Jardin de Soin.

Inauguration du Jardin de Soin de l'Institut mutualiste Montsouris, Paris 14e (75)
Conscient de l’intérêt d’un Jardin de Soin, l’équipe de l’Institut Mutualiste Montsouris souhaitait offrir à ses patients un jardin véritable cocon de liberté, métaphore du parcours de soins, propice à la transition vers l’autonomie, avec des activités et un espace de rencontres : l’ouverture à la nature est née pour ces adolescents psychiquement enfermés. La possibilité est ainsi donnée à ces adolescents qui reçoivent des soins d’en donner à leur tour, de pouvoir reprendre la notion du temps, des saisons, de retrouver des sensations au « toucher de la terre », des émotions « quand ça pousse et que cela grandit. » Ils pourront notamment participer à un atelier où il est question de vie, d’émotions, de sensorialité, de rythmes et d’évolution.

Le Jardin de Soin de l’IMM conçu par le paysagiste Louis Benech
Le jardin existant était un bel endroit avec des espaces ensoleillés, d’autres ombragés, un petit potager. Louis Benech a donc souhaité s’inscrire dans l’existant en proposant des améliorations tant pratiques qu’esthétiques, transformant l’espace en cocon. C’est ainsi que les bureaux de consultation donnant sur l’extérieur sont désormais protégées par des plantes permettant plus d’intimité. Les salles hautes, très chaudes en été, sont désormais couvertes de plantes grimpantes offrant une ombre rafraichissante.
L’emplacement du potager a lui été légèrement modifié pour favoriser l’écoulement des eaux. Les pommiers de la cour intérieure, qui ne fleurissaient plus, ont été déplacés à l’extérieur pour recevoir plus de lumière et illuminer le jardin de leurs fleurs. À leur place, a été planté un assortiment de plantes d’ombre qui fleurissent en hiver et embaumeront la cour intérieure à cette saison souvent morne dans les jardins. Louis Benech a également choisi de placer des persistantes dans certains endroits clés afin de cacher les voitures à la vue, quelque soit la saison. Par des petits détails et des habitudes de professionnel, il a cherché à exploiter l’espace dans sa totalité et optimiser son potentiel. Roses, glycines, pommiers, lavandes, chaque plante a son rôle et structure l’espace pour que le jardin offre le meilleur aux patients, aux soignants et à leur famille.
L’enseigne des jardineries Botanic s’est impliquée dans le projet en tant que partenaire, bien conscient de ce qu’un jardin peu offrir à des patients. Ce jardin est un véritable cocon de liberté, métaphore du parcours de soin, propice à la transition vers l’autonomie avec des espaces de rencontres. Pour Botanic, l’objectif principal est de replacer l’Homme, en bonne santé ou en souffrance, dans un cadre lui permettant de retrouver ses forces vives.

L’association Jardin Art et Soin (JAS)
JAS contribue au projet par son implication humaine auprès de l’équipe médicale et soignante. C’est près de deux ans de réflexions et de pré-conception, avec une démarche validée sur le plan médical permettant d’aboutir à offrir un terrain de recherche sur les thérapies cognitives. JAS participe à la conception concrète du projet en offrant sa capacité de partenariat aux mécènes et dans l’organisation du plan de financement. JAS est partenaire de l’équipe de l’Institut Mutualiste Montsouris pour le suivi du jardin en termes de bénéfice et de l’analyse des paramètres optimisant leur guérison.

L’Institut mutualiste Montsouris
L’Institut Mutualiste Montsouris, département hospitalo-universitaire de psychiatrie de l’adolescent et du jeune adulte de l’Université Paris Descartes, porte le projet de ce Jardin de Soin. Le service dispose de 68 places d’hospitalisation (de jour ou à temps plein) pour des jeunes gens âgés de 13 à 20 ans, en situation de souffrance psy- chique (anorexie mentale, dépression, tentative de suicide, addiction, etc…).
Ce service est dirigé par le Pr Maurice Corcos. Ont particulièrement contribué à ce projet Mme Florence Perroti, Mme Karine Impens, Mme Pascale Daire, M. Marc Gumy, Mme Muriel Bréchaire, M. Christian Ponsar, le Dr Frederic Atger, le Dr Nathalie Godart et les équipes soignantes ainsi que Mme Lesage, directrice des services économiques et des travaux.
L’Institut Mutualiste Montsouris est un hôpital privé à but non lucratif. Il est situé dans le sud de Paris, dans le XIVe arrondissement, près du parc Montsouris. Ses activités couvrent un large champ des pathologies médicales et chirurgicales, avec des équipes hautement spécialisées.
L’hôpital est organisé en départements cliniques et médico-techniques, placés sous la responsabilité d’un praticien chef de département. Afin de permettre une réelle égalité d’accès aux soins, les médecins de l’IMM sont salariés, le plus souvent à temps complet et sans activité privée. Les médecins de l’IMM ne pratiquent pas de dépassement d’honoraire. L’IMM est membre du GHMF, Groupe Hospitalier de la Mutualité Française.

oct 032014
 
Affiche Secrets de Jardins en Essonne automne, octobre 2014
Le Comité départemental du tourisme de l’Essonne propose son 2ème et dernier rendez-vous de l’année, « Secrets de Jardins en Essonne – Automne », organisé avec l’association des Jardiniers de France, les 4 et 5 octobre 2014.
À la différence du printemps, cette édition est plus intime, plus tournée vers le partage et l’échange. C’est l’occasion de découvrir une grande richesse et une grande diversité de jardins potagers ou fruitiers, d’agréments ou d’ornements, des lieux uniques et insolites, aux couleurs et parfums d’automne.
En 2013, plus de 2000 visiteurs ont apprécié ce rendez-vous et fort de ce succès, chaque année depuis 4 ans, de plus en plus de propriétaires accueillent dans leur jardin de nombreux passionnés de plantes. Plus de 30 jardins sont donc sélectionnés pour un rendez-vous convivial qui rassemble la famille et les amis autour d’une activité ressourçante : le jardinage !

Continue reading »