jan 092010
 

Rendez-vous le dimanche 10 janvier 2010, de 15 h à 18 h, pour l’ouverture mensuelle du Musée des murs à pêches et du jardin école, situé au 4, rue du jardin école, à Montreuil-sous-Bois (93).

Au programme de la journée, une démonstration de taille des pommiers et pêchers et une dégustation vente de pommes d’Ile-de-France.

L’hiver approche et si le redoux le permet il faut avancer la taille des arbres palissés et si il fait trop froid pour tailler, profiter en pour remettre en place les structures du palissage.

À l’intérieur du musée, vous pourrez acheter des bonnes pommes d‘Île-de-France du domaine de Pomamour ainsi que des jus de pommes et de pommes framboises. Vous pourrez aussi découvrir les pommes marquées à la Montreuil.

Ce sera le dernier jour pour vous inscrire aux séances de cours de taille avec Stéphane Tanguy.

déc 222009
 

Les bambous rustiques cultivés en pots ou en jardinières résistent tant bien que mal aux affres de la météo moyennant quelques soins réguliers à prodiguer tout au long de la mauvaise saison.

Jardinière de bambous pendant la mauvaise saison, terrasse de l'hôtel Holiday Inn, Bassin de la Villette (Paris 19ème), décembre 2009, photo Alain Delavie

Jardinière de bambous pendant la mauvaise saison, terrasse de l'hôtel Holiday Inn, Bassin de la Villette (Paris 19ème), décembre 2009, photo Alain Delavie

  • Quand il neige, si la chute est abondante, il faut rapidement secouer le feuillage pour éliminer la charge neigeuse et éviter tout risque de bris de rameaux ou de touffe éclatée.
  • Ces plantes vivaces à feuillage persistant ne sont jamais tout à fait au repos pendant l’hiver. Elles ont tendance à se déshydrater très vite quand il gèle. Dès que les températures redeviennent positives, il faut les arroser copieusement dans la journée si le sol est sec. Pour les potées, pensez à vider les soucoupes quelques heures après l’arrosage.
  • Ne ramassez pas les feuilles mortes qui tombent au pied des touffes. Ce paillis naturel protège les racines du froid et d’un dessèchement excessif ou trop rapide. Attendez le printemps pour faire du nettoyage.
  • En hiver, pas d’engrais bien sûr ! Quand le printemps reviendra, il sera alors temps d’apporter un engrais azoté (sang desséché pour une action rapide reverdissante et corne torréfiée pour une action « retard », qui se prolongera dans l’été).
nov 022009
 

Quand la météo veut bien laisser le jardinier ou la jardinière accéder au jardin ou sur le balcon, les travaux ne manquent pas au coeur de l’automne :

  • Ramasser sans cesse les feuilles qui tombent et recycler celles qui sont saines (soit sur le tas de compost, soit en paillis au pied des haies, des massifs d’arbustes ou de plantes vivaces).
  • Rabattre les feuillages jaunis ou desséchés des plantes vivaces, sauf pour les quelques espèces décoratives en hiver (grands sedums, graminées, etc.).
  • Protéger, si ce n’est déjà fait, les plantes frileuses laissées dehors pendant la mauvaise saison. Pour celles cultivées en pot, il faut enrober le pot de plastique à bulles car les racines sont davantage exposées au froid dans les contenants.
  • Quand le temps est sec, ne pas oublier d’arroser les plantations récentes et les plantes cultivées en potées ou jardinières.
  • Tant qu’il ne gèle pas, continuer les plantations des plantes bulbeuses ou bisannuelles à floraison printanière, des plantes vivaces bien rustiques, des arbres et des arbustes.
  • Donner davantage de lumière aux plantes d’intérieur. Soit en ouvrant les rideaux dans la journée, soit en rapprochant les potées des fenêtres, soit en éclairant avec des lampes horticoles.
sept 022009
 

Paris et la région parisienne retrouvent leurs habitants et l’effervescence des grands jours. De nouveau des embouteillages à n’en plus finir, du monde dans les magasins, des queues aux caisses… Et pour les jardiniers, le plaisir de voir les rayons des jardineries et des fleuristes se remplir de nouveau. Et les fêtes des plantes recommencent…

  • Le bouturage, c’est maintenant ou jamais ! Les plantes molles (fuchsias, géraniums zonales et lierres, abutilons, etc.), les arbustes d’ornement, les plantes aromatiques et les plantes d’intérieur, un grand nombre d’espèces peuvent se bouturer… Il est préférable d’effectuer les boutures en début de mois. La reprise sera meilleure.
  • Continuez les récoltes de graines.
  • Jusqu’à la mi septembre, continuez les apports d’engrais liquides pour les potées fleuries. Ils seront inutiles ensuite, surtout pour les plantes qui vont entrer en repos hivernal courant octobre (bégonias, cactées, dahlias, etc.).
  • On reste vigilant sur les arrosages, quand il n’y a pas d’interdiction bien sûr. Les plantes en pots sont opulentes, leurs besoins en eau sont importants, surtout après une journée très chaude. Les nuits étant beaucoup plus fraîches, il est préférable d’arroser le matin, sans mouiller les feuillages.
  • On nettoie régulièrement les potées, les jardinières ou les massifs. On coupe les fleurs dès qu’elles fanent, on élimine les feuilles qui se dessèchent, on arrache les mauvaises herbes et on soutient les végétaux qui s’écroulent un peu trop sur leurs voisines.
  • Surveillez les attaques de maladies et de parasites, encore et toujours : par temps frais et humide, gare au mildiou ou au blanc (oïdium). D’où l’importance des nettoyages réguliers, qui permettent d’éliminer une feuille morte ou une fleur fanée sur laquelle la pourriture pourrait vite s’installer. Il faut être vigilant dans la maison, car les plantes d’intérieur reçoivent de moins en moins de lumière et peuvent souffrir de courants d’air trop froids. Une petite cochenille maintenant, c’est une colonie à Noël !
  • Visitez régulièrement jardineries et fleuristes. Craquez pour de nouvelles plantes d’intérieur (on guette les promos !), des barquettes de pensées et autres fleurs bisannuelles, tous les bulbes à floraison printanière. Mais aussi pour de nouvelles plantes vivaces ou des fraisiers.
  • Pas d’urgence pour installer vos bulbes à floraison printanière, sauf pour les fritillaires et les lis de la Madone, à planter avant la mi septembre. Les autres espèces peuvent patienter et attendre que les potées ou les massifs se vident davantage.

C’est la rentrée, allez courage !

août 282009
 

Au début du printemps dernier, j’ai taillé légèrement mon pied de Sarcococca un peu trop dégarni à la base. J’ai repiqué immédiatement quelques pousses dans un pot en espérant que certaines boutures prendraient racines. C’est réussi !

Des jeunes pousses sont apparues sur les tiges ainsi qu’à la base, la reprise est assurée.
Et pourtant, je n’ai rien fait de particulier. J’ai juste enfoncé la base des tiges défeuillées dans le substrat sur à peu près la moitié de leur longueur. En les collant toutefois contre la paroi du pot car cela facilite la reprise. Quant au substrat, c’est un terreau pour balconnières on ne peut plus classique, riche en tourbe. J’ai arrosé régulièrement pour maintenir le sol toujours frais. Et la nature a fait le reste. Le sarcococca se bouture donc facilement, il n’y a que la reprise qui est un peu longue puisque il a fallu tout le printemps et une bonne partie de l’été pour voir les premières pousses se former.

août 012009
 

Mois d’été le plus chaud (en moyenne !) avec juillet, le mois d’août fait se vider Paris de ses habitants et les plages du littoral (et de la Seine !) se remplirent. N’y aurait-il plus rien à faire côté jardin ? Non, pas de vacances pour les jardiniers !!!

  • Août est le grand mois des bouturages. Plantes molles (fuchsias, géraniums zonales et lierres, abutilons, etc.), arbustes d’ornement, plantes aromatiques, plantes d’intérieur… Il n’y a que l’embarras du choix ! Je vous conseille de bouturer dès ce début de mois les plantes exotiques vivaces gélives comme les impatiens, les misères, les coléus ou les plectranthus. Les boutures reprennent vite à cette période de l’année et vous pourrez les rempoter avant leur rentrée à l’abri en septembre.
  • Août marque aussi le début des grandes récoltes de graines. Légumes ou fleurs, c’est le moment de repérer les plantes les plus belles, qui correspondent le mieux à vos désirs. Et repérez les plus beaux fruits, pour ne pas manquer la bonne période. Certaines graines sont difficiles à récupérer, comme celles des impatiens, dont les fruits explosent au moindre choc alors même qu’ils n’ont pas encore jauni.
  • Continuez les apports d’engrais liquides pour les potées fleuries. Après l’opulence de juillet, certaines fleurs tendent à moins fleurir, il est nécessaire de leur redonner un petit coup de pouce (bio bien sûr !) pour stimuler une nouvelle floraison opulente.
  • Bien sûr, on ne faiblit pas sur les arrosages, quand il n’y a pas d’interdit bien sûr. Les plantes en pots ont maintenant atteint leur plein développement, leurs besoins en eau sont plus importants, surtout après une journée très chaude, avec des températures proches ou supérieures des 30 °C.
  • Surveillez les attaques de maladies et de parasites : par temps sec, les araignées rouges sont redoutables. Par temps plus frais et humide, gare au mildiou ou au blanc (oïdium). Dans la pelouse et les haricots, attention aux aoûtats !
  • Côté jardineries et fleuristes, craquez sans retenue pour les gardénias et les hibiscus Rose de Chine (Hibiscus x rosa-sinensis). Ils sont moins forcés à cette époque de l’année, leur floraison est naturelle.

Bon week-end et excellent mois d’août !