sept 242013
 

Affiche du 32ème Salon du jardinage et du fleurissement de Seine-Saint-Denis

Après Drancy, le 32ème Salon départemental du jardinage se tient cette année au parc Badier à Sevran du 27 au 29 septembre 2013. Au programme, artisanat, gastronomie, fleurissement, jardinage, animations pour les enfants.

Continue reading »

juil 242013
 

Bégonia tubéreux à fleurs doubles jaunes dans le parc Youri Gagarine, Levallois (92)

Avec l’été qui s’avance, les bégonias tubéreux commencent à fleurir généreusement. Mais les belles variétés à fleurs doubles ont tendance à donner aussi des fleurs plus petites et simples qui sont en fait des fleurs femelles. Il est préférable de les enlever pour éviter toute formation de graines qui fatiguerait inutilement la plante installée en potée ou en massif pour fleurir pendant toute la belle saison.

Les fleurs femelles présentent un ovaire ailé sous les pétales. Sur la photo ci-dessus, vous distinguez quatre fleurs femelles sur la gauche, avec une seule rangée de pétales et le pistil au coeur. Elles apportent de la couleur comme les fleurs doubles, mais autant laissez la place à ces dernières qui doivent étaler leurs larges corolles. Avec le pouce et l’index, pincez et sectionnez la tige des fleurs femelles dès qu’elles apparaissent sinon elles seront vite pollinisées.

juil 172013
 

Paillis couvrant le sol autour d'un pied de concombre, potager Vilmorin, La Ménitré (49)

Si vous ne l’avez pas encore fait, c’est le moment de pailler tout autour de vos légumes exigeants en eau. Un geste pour trois actions et beaucoup moins de corvées au potager !

Avec les chaleurs et le temps sec revenus, l’épandage d’un paillis autour des légumes les plus gourmands en eau limite les arrosages, empêche ou ralentit le développement des mauvaises herbes et protège les légumes fruits (concombres, melons, courgettes, courges et potirons, pâtissons, pastèques) qui se salissent moins et risquent moins de pourrir posés sur un matelas douillet.

Avant d’épandre la couche de paillis, ameublissez la terre en la binant ou la sarclant. Profitez en pour éliminer les mauvaises herbes (ne les jetez pas, mais faites les sécher dans un coin pour les épandre en paillis ensuite si elles ne portent pas de graines bien sûr). Et arrosez la terre si elle est trop sèche car on n’épand pas un paillis sur un sol desséché.

On trouve maintenant différents paillis dans le commerce. Au potager, retenez surtout la paille, les paillettes de lin ou de chanvre, les cosses de sarrasin ou les miscanthus broyés. Quand la culture sera terminée, vous pourrez les incorporer dans la terre où ils se décomposeront assez vite, contrairement aux écorces de pin, aux broyats de noyaux, aux éclats de bois ou aux paillis minéraux (ardoises ou briques ou tuiles broyées). Les paillis d’ardoises sont utiles pour les poivrons et les aubergines qui ont souvent du mal à arriver à maturité dans notre région. Ces pierres sombres broyées accumulent la chaleur dans la journée et la restituent aux légumes la nuit, qui souffrent moins des nuits fraîches ou des grands écarts de température entre le jour et la nuit.

Les tontes de gazon doivent être séchées avant de les déposer autour des légumes. Ou si vous le faites directement, la couche d’herbes hachées ne doit pas dépasser 1 cm d’épaisseur et vous devrez attendre qu’elle sèche complètement pour apporter une nouvelle couche par-dessus. Opération à répéter tant que l’épaisseur n’est pas suffisante.

Profitez-en pour recycler vos cartons et journaux (sans « glaçage » en surface) que vous étendrez autour des légumes nécessitant une épaisse couche de paillis (courges, potirons et tomates). Le paillis est déposé sur les cartons ou feuilles de papier pour les recouvrir complètement après les avoir bien humidifiés.

juin 232013
 

Parterre de rosiers dans le parc Monceau, Paris 8e (75)

Les roses se sont fait attendre, mais après l’hiver et le printemps bien arrosés, elles sont souvent très belles. Mais les pluies et les orages les malmènent et ces belles fleurs fanent vite, l’humidité favorisant la pourriture des pétales si l’on n’intervient pas très vite pour couper les fleurs fanées.

Roses fanées dans le parc Monceau, Paris 8e (75)

Triste spectacle des grosses roses en pleine déconfiture…

Continue reading »

juin 112013
 

Tuteurage en bambou d'une touffe d'achillée, Parc de Bagatelle, Paris 6e (75)

Après un hiver bien humide et un printemps tout aussi arrosé, certaines plantes vivaces ont filé et pris des proportions inattendues, mais elles sont aussi devenues plus sensibles aux bourrasques de vent et aux intempéries qui ont vite fait de coucher les tiges plus fragiles. Des pincements pour certaines, un soutien pour d’autres et vous serez tranquille pour l’été.

Vous pouvez en effet tailler les tiges des plantes vivaces fleurissant au cours de l’été ou en automne : Asters, grands phlox, verges d’or, etc. Rabattez l’extrémité des tiges pour forcer les plantes à se ramifier davantage et à garder un port plus compact qui les rendra beaucoup moins sensibles aux caprices de la météo et aux coups de vent en été. Ne tardez pas trop, sinon vous retarderez la floraison d’autant. On est jamais sûr de l’arrière saison…

Pour les espèces à grand développement, prévoyez un tuteurage ou un soutien pour éviter que les tiges en grandissant ne se ploient sous les pluies et le vent et ne se couchent sur les plantes aux alentours. Quand la touffe de la plante vivace est assez volumineuse, comme sur la photo ci-dessus, abandonnez le tuteurage tige par tige pour préférer un support qui stabilisera l’ensemble des tiges. Comme cet assemblage de quatre tuteurs en bambou qui forme une palissade discrète, mais efficace, dans les parterres du jardin des présentateurs dans le parc de Bagatelle (Paris 16e). Une idée très pratique pour stabiliser un rang de glaïeuls au potager.

mai 112013
 

Pot de basilic, photo © jamesh77 - Fotolia.com

Si vous achetez un pot de basilic à grandes feuilles comme celui en photo ci-dessus, sachez que vous pouvez immédiatement le multiplier pour obtenir plusieurs plants qui produiront tout au long de l’été.

La première chose à faire, c’est de dépoter ce basilic et de séparer tous les brins sortant du substrat, en faisant attention que chaque pousse garde ses racines. Le conteneur qui vous a été vendu contient souvent un grand nombre de plants semés serrés dans le godet et vendus tels quels. Chaque plant rempoté séparément donnera une belle touffe en quelques semaines alors que si vous les laissez serrés les uns contre les autres, ils auront beaucoup de mal à s’étoffer et ils fileront en donnant moins de belles feuilles parfumées.Si par malheur vous cassez une tige en cherchant à séparer les plants, ne la jetez pas. Faites en une bouture en l’installant dans un verre d’eau. Vous la placerez au chaud dans la maison, derrière une fenêtre ensoleillée.

Vous pouvez aussi prélever des boutures sur ces jeunes plants en coupant au-dessus des feuilles les plus basses. D’un plant d’une tige, vous en aurez deux tout de suite. Les boutures reprennent très vite simplement en les installant dans un verre d’eau, au chaud derrière une fenêtre bien ensoleillée. Et le plant taillé redonnera très vite des nouvelles pousses à l’aisselle des feuilles.