nov 132013
 

Logo de la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets

Après quatre ans de mise en œuvre réussie, la Semaine européenne de la réduction des déchets (SERD) étend son champ d’application au recyclage afin d’aider à sensibiliser les européens à l’efficacité dans l’utilisation des ressources et l’économie circulaire, ainsi qu’à changer leur comportement en matière de gestion des déchets et des ressources, en particulier dans les pays où les taux de tri et de recyclage des déchets sont encore bas.

Lancée en 2009, la SERD se concentrait à l’origine sur la sensibilisation à la prévention des déchets, étant la plus haute priorité définie par la hiérarchie européenne de la gestion des déchets. Durant les quatre éditions précédentes, la Semaine a connu un succès grandissant en Europe (et au-delà), avec plus de 25 000 actions de communication réalisées dans 28 pays et la création d’un réseau d’acteurs publics et privés œuvrant dans le domaine de la prévention. Et de démontrer ainsi l’intérêt croissant à savoir comment réduire ce que nous mettons dans nos poubelles chaque jour.

Malgré cela, un européen jette en moyenne plus de 500 kg de déchets par an, mais n’en recycle que moins de la moitié – et parfois même quasiment rien. Plus d’efforts sont donc nécessaires, en particulier pour changer les habitudes à la maison, au bureau ou encore en faisant ses courses. Capitalisant sur ses succès passés, la SERD propose un certain nombre de nouveautés pour aider à communiquer sur les « 3 R » :

  • réduire des déchets,
  • réutiliser les produits,
  • recycler les matériaux.

En particulier, la SERD va développer et tester des outils de communication visant des audiences spécifiques : administrations et associations, entreprises, écoles et citoyens individuels.

Continue reading »

nov 122013
 

Feuilles mortes, Montmartre, Paris 18e (75)
Question récurrente d’un automne à l’autre compte tenu des volumes considérables qui jonchent le sol un peu partout chaque année en novembre. En jardinier averti, profitez de cette manne pour faire du compost, du terreau ou des paillis.

Faites provision de ces feuilles mortes pour en avoir toute l’année afin de pouvoir les incorporer progressivement dans votre tas de déchets végétaux à composter.
Les feuilles mortes sont des déchets végétaux « bruns », riches en carbone. Des déchets plutôt secs, même si pour le moment ces feuilles sont détrempées par les pluies successives. Il y en a toujours trop en automne pour les incorporer en masse dans le tas de compost, mais il faut en mettre de côté dans un silo abrité des pluies (quelques piquets avec du grillage à poule) pour les faire sécher et les conserver. Au printemps et en été, vous serez bien content de pouvoir les utiliser quand vous voudrez mettre des tontes de gazon pleines d’eau dans le tas en cours de compostage.

4 volumes de feuilles mortes vous donneront 1 volume de terreau de feuilles après décomposition.
Et ce terreau sera bien meilleur que tous ceux que vous pourrez acheter dans le commerce si vous l’abritez des pluies lessivantes. Et gratuit ! Entassez donc toutes les feuilles que vous pouvez amassez, à l’exception bien sûr des feuilles contaminées des marronniers qu’il est préférable de détruire pour éviter la propagation de la mineuse.

Bien sèches, les feuilles étalées en couche épaisse font un excellent paillis protecteur.
Sur le sol nu du potager ou dans un massif vide, le paillis de feuilles sèches empêche l’érosion provoquée par le vent et les pluies. En se décomposant peu à peu, les feuilles apportent de l’humus à la terre qui s’améliore ainsi de façon naturelle.
Un bon matelas de feuilles sèches est une excellente protection contre les gelées. Protégez les plantes frileuses laissées en pleine terre avec un épais manteau de feuilles. Couvrez avec un voile d’hivernage ou un filet pour éviter la dispersion des feuilles par les vents.

nov 102013
 

Géranium herbe-à-Robert avec une feuille rouge dans le Cimetière de la Villette, Paris 19e (75)
Les couleurs d’automne apparaissent de façon assez déconcertante, certaines feuilles ou rameaux se parant des teintes les plus vives alors que les autres restent désespérément vertes ou peu colorées. Comme sur ce petit pied de géranium herbe-à-Robert photographié hier, complètement vert mais avec une seule feuille d’un rouge intense.

Géranium herbe-à-Robert avec une feuille rouge dans le Cimetière de la Villette, Paris 19e (75)
C’est ce qui s’appelle une touche de couleur… Rien qu’un soupçon !

nov 102013
 

Fleur de Bergenia cordifolia en automne dans le Cimetière de la Villette, Paris 19e (75)
Quand le temps le permet, les bergénias fleurissent souvent très tôt en début d’année, au coeur de l’hiver, bien avant l’arrivée du printemps. Mais ce pied s’est mis à fleurir en novembre. Belle remontée ou floraison anticipée ?