avr 172013
 

Espace Le Triangle, Leroy Merlin, devant le Centre Pompidou, au sud de la Piazza St Merri

Du 19 au 21 avril, Leroy Merlin, sur l’impulsion de son agence Havas Média, s’installe devant le Centre Pompidou pour proposer aux passants de réveiller la maison : plus de 300 m2, trois cubes surdimensionnés représentant les pièces de la maison et sur chacune de leurs faces, des expériences sonores et visuelles, interactives et artistiques.

Pendant 3 jours, Leroy Merlin proposera à chacun de réveiller sa maison en musique et en couleurs. Pour cela, la marque frappe un grand coup en créant une maison déstructurée mettant en exergue 3 univers phares de la maison : la cuisine, la salle de bain et le salon. Ces univers sont représentés sous la forme de cubes spectaculaires par leur taille mais aussi par les activités proposées : interactives, participatives, artistiques ou encore musicales.

L’univers de la cuisine
Une structure cubique de 5,60 m de haut par 5,30 m de large où le public sera invité à :

  • Ouvrir une multitude de façades de cuisine, pour y découvrir des sons d’ambiance relatifs à des scènes de vie de cuisine, ainsi que des QR Codes permettant de gagner des cartes-cadeaux Leroy Merlin d’une valeur de 10 €.
  • Découvrir une composition murale spectaculaire réalisée sur un mur en gazon et à partir de mobiliers de jardin de la marque.
    Une cuisine sera mise à disposition du public pour boire un verre, manger des bonbons, aller sur internet, lire… « comme chez soi, dans sa cuisine… ».

L’univers du salon
Une structure cubique de 4 m de haut par 4 m de large permettant de :

  • Entrer dans la peau d’un artiste en arrachant des couches de papiers peints pour au final, créer collectivement une œuvre d’art
  • Jouer au jeu du « Simon » en lumières.
  • Replonger en enfance, en peignant une toile à numéros, de plus de 2 m de haut.
  • Se prendre en photo et se retrouver parmi les portraits de personnalités connues.

L’univers de la salle de bain
Une structure cubique de 3 m de haut par 3 m de large, où les visiteurs pourront :

  • Faire de la musique : en jouant avec des mitigeurs, on actionnera des pommeaux de douche d’où sortiront des vocalises comme lorsque l’on chante sous sa douche.
  • Créer un QR Code géant, réalisé à partir de carrelages en mosaïque.
  • Découvrir une vision artistique de la salle de bains avec une sculpture de baignoires…

Espace Le Triangle, Leroy Merlin, devant le Centre Pompidou, au sud de la Piazza St Merri

Un jardin de 250 m2 sera également mis en place, offrant aux passants un « coin de verdure » dans l’univers urbain de Beaubourg.
Des animations « potager » feront découvrir aux visiteurs du site et à leurs enfants, les plaisirs de jardiner. Chaque participant de l’animation repartira avec un sachet de graines pour fleurir la ville en partenariat avec l’opération « Laissons pousser ».

L’ensemble de ce projet  a été initié et orchestré par Havas Média France dont les équipes de Havas Media OOH coordonnent le projet.
Ouvert au public de 10h00 à 20h00, du vendredi 19 avril au 21 avril 2013.
Espace Le Triangle, devant le Centre Pompidou, au sud de la Piazza St Merri.

mar 222011
 

L’opération « Laissons Pousser » redémarre en 2011. Les collectivités partenaires l’an passé sont toujours là pour inviter leurs habitants à fleurir le bitume. D’autres ont rejoint l’aventure. Elles seront une vingtaine au total, d’Ile-de-France et d’ailleurs.

Autre nouveauté, deux types de sachets de graines seront mis à disposition cette année :
– Le premier contiendra un mélange adapté à la pleine terre comme en 2010 (coquelicot, centaurée jacée, marguerite, vipérine, millepertuis, mauve musquée…).
– Le second mélange devrait être plus adapté aux pots et jardinières (pâquerette, matricaire odorante, myosotis des champs, réséda jaune, véronique petit chêne, violette odorante…).
Un choix effectué avec Natureparif, l’agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, et trois de ses associations membres : Noé Conservation, l’Office pour les insectes et leur environnement et la Maison de l’environnement de Seine-et-Marne.

Une fois encore, le site Internet www.laissonspousser.com racontera les histoires de ces jardins de poche.

À Asnières, l’action se concentrera aux pieds des immeubles.
À Nanterre, sur des espaces collectifs prêts à semer, chacun pourra parrainer une parcelle individuelle.
Dans la communauté d’agglomération des lacs de l’Essonne, des rues entières seront identifiées et jardinées par leurs habitants…

Pour connaître le programme 2011, rencontrer les participants et connaître tous les détails de Laissons Pousser 2011, une conférence de presse est prévue par Natureparif aujourd’hui mardi 22 mars 2011, à 10h30, dans le hall de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), 84 rue de Grenelle, Paris 7e.

Le projet Laissons pousser
Des mini-prairies de fleurs sauvages se mettent à pousser dans les espaces urbains délaissés. Des myosotis, des violettes et de la pimprenelle tout aussi sauvages attirent les abeilles sur les balcons. Et c’est vous, habitants des villes, qui les plantez en bas de chez vous ou sur les bords de vos fenêtres.
L’année dernière pour la première édition, une quinzaine de communes étaient de la partie. En 2011, elles sont une bonne trentaine d’Ile-de-France et d’ailleurs. Chacun s’engage à distribuer gratuitement à ses habitants les sachets de graines de Laissons Pousser ! et à autoriser les plantations sur des espaces identifiés. Ici, ce sont les écoles qui vont semer, là les amicales de locataires, plus loin, les associations de jardins partagés, ailleurs, les particuliers-jardiniers…

avr 132010
 

Sept Français sur dix estiment qu’il n’y a pas assez de végétal en ville selon la dernière enquête Unep-Ipsos 2010. Dès ce mois-ci, Paris et plusieurs villes franciliennes verront leurs espaces urbains délaissés se muer en mini-prairies de fleurs sauvages. Toutes ces collectivités se sont inscrites dans l’opération « Laissons Pousser ! » menée en partenariat avec Natureparif, l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Ile-de-France. Le lancement officiel de la campagne est prévu le 15 avril à 10 h 30, dans les locaux de Natureparif.

Fleurs sauvages en ville

Lin bleu au printemps 2009 dans la rue d'Aubervilliers, Paris 18ème, photo Alain Delavie

Qui ?
Cette année, une dizaine de communes sont de la partie : Paris, Pantin, Aubervilliers, Nanterre, la communauté d’agglomération Sud de Seine (Clamart, Fontenay-aux-Roses, Bagneux et Malakoff), la communauté de communes des Lacs d’Essonne (Grigny et Viry-Châtillon), Valophis Habitat (ex OPAC du Val de Marne), les Parc naturels régionaux du Vexin français (78/95) et du Gâtinais français (77/91)… Toutes ces collectivités et organismes se sont engagés à distribuer à leurs habitants des sachets de fleurs des champs et à autoriser la plantation sur des espaces identifiés. À Paris (75), les sachets seront distribués via le réseau d’écologie urbaine ainsi qu’aux jardins pédagogiques des écoles et des centres de loisirs et aux associations animant les jardins partagés du réseau Main Verte.

Où ?
Au pied des arbres, entre deux coins de bitume, en bas des immeubles, sur les ronds points, sur les bords des routes et dans tous les endroits délaissés des villes. 55 000 sachets ont été édités.

Quoi ?
Des marguerites, des coquelicots, de la vipérine, du millepertuis, de la mauve, de la camomille sauvage… 17 espèces sauvages sélectionnées par un comité technique de naturalistes et distribuées sous forme de sachets (chacun couvrant 1m2).

Comment ?
Chaque collectivité partenaire distribue à ses habitants des sachets de graines et organise avec eux les plantations. Ici ce sont les écoles qui vont semer, là les amicales de locataires, plus loin les associations de jardins partagés, ailleurs les particuliers-jardiniers…  Le site www.laissonspousser.com fédère toutes les initiatives, invite les participants à raconter leurs expériences de semeurs, à observer les insectes qui viennent y butiner. Le site se fait l’écho d’autres expériences liées à la biodiversité des villes.

Avec qui ?
L’association « Laissons Pousser ! » a été créée par Emmanuelle Vibert et Hélène Binet, deux journalistes engagées. Elle est soutenue par Natureparif.