jan 202009
 

Nous sommes en plein hiver, mais il faut déjà penser aux fleurs d’été que l’on mettra dans son jardin ou sur son balcon en avril ou en mai prochains selon la météo. Certaines de ces fleurs doivent être semées maintenant pour pouvoir être installées à la fin du printemps.

Quelles fleurs semer en janvier ?

  • Les bégonias à massif
  • Les dahlias
  • Les impatiens

Comment les semer ?
Sous abri au chaud. Soit dans une serre ou une véranda (c’est l’idéal !), soit dans la maison ou dans l’appartement, dans une mini serre avec un éclairage artificiel (tube néon horticole ou lampe pour aquarium). Les graines de bégonias et d’impatiens sont minuscules, il ne faut surtout pas les recouvrir de terreau. Les jeunes plantes qui germent sont minuscules et devront être repiqués dès qu’elles auront deux petites feuilles. Ces semis sont délicats, il faut être patient…

jan 062009
 

Le catalogue printemps 2009 de Jardin Express est désormais disponible, avec son lot de fleurs d’été nouvelles et originales, sans oublier les valeurs sûres pour fleurir sa fenêtre, son balcon, sa cour ou son jardin sans avoir besoin de courir les jardineries. Livraison à domicile à la date choisie !
Au sommaire de ce nouveau catalogue, rien moins que 30 nouveautés et plus de 200 variétés de fleurs et légumes d’été ! Tous proposés en jeunes plants, ce qui évite les semis toujours aléatoires et délicats pour ceux qui n’ont pas beaucoup de place. Les prix sont aussi moins élevés que ceux des plants proposés en godets de 8 ou 10 cm de diamètre.
Devant tant d’abondance et de variétés plus craquantes les unes que les autres, difficile de choisir… Voici quand même une petite sélection, qui n’a rien d’exhaustif !

Pour les emplacements ensoleillés, je vous recommande :
– Le Sunpatiens Spreading Salmon, une nouvelle variété d’impatiens de Nouvelle-Guinée beaucoup plus robuste, résistante au soleil (il suffit de bien l’arroser) et que l’on peut ensuite rentrer dans la maison ou l’appartement dans une pièce ensoleillée pour en profiter pendant la mauvaise saison.– Le pétunia double retombant Tumbelina Chery Ripple, pour des cascades couvertes de grosses fleurs bicolores jusqu’aux gelées.– Le cosmos Chocomacha, beaucoup plus florifère que l’espèce type (Cosmos atrosanguineus) et si joli en compagnie de petit zinnia blanc… Parfait sur les balcons et terrasses écrasés de soleil !– Le bidens Yellow Charm, aux fleurs à 8 pétales (les variétés classiques ont des fleurs à 5 pétales), plus compact et très florifère. Une boule dorée qui tiendra jusqu’aux gelées.
Pour les emplacements plus ombragés, je vous conseille :
– Le bégonia tubéreux Fragance Apple Blossom, parfumé et si florifère, comme j’ai pu vous le montrer en 2008 sur ce blog : le 30 août, le 5 août, le 28 juillet et le 27 juin notamment. Je laisse Emmanuel Dricot, directeur de Jardin Express, vous en parler et vous montrer une des superbes potées qui décoraient le jardin de présentation au cours de l’été 2008.

– Le bégonia F1 Big Rose au feuillage bronze, très vigoureux et aux fleurs énormes.– Le streptocarpus saxorum, aux fleurs bleu ciel très aériennes. Vous en profitez l’été sur le balcon, l’hiver dans la maison ou l’appartement, derrière une fenêtre ensoleillée.– Les heuchères, proposées en collection, avec 2 variétés qui se sont beaucoup fait remarquer quand elles sont apparues sur le stand du pépiniériste Thierry Delabroye qui les avaient créées, l’heuchère Caramel et l’heuchère Tiramisu. Feuillages gais et colorés sans être pour autant criards. Ce sont des plantes vivaces à croissance rapide, de la couleur toute l’année !
– Les fuchsias, proposés en collection de 3 variétés, ‘Pink Galore’ à grosses fleurs rose tendre, ‘Ringwood Market’ à grosses fleurs bicolores rouge cerise et violet et ‘Jean-Pierre Quillot’ au port très retombant (comme le montre la photo prise l’été dernier, la plante peut atteindre jusqu’à 1 m de hauteur) et aux nombreuses petites fleurs fines rouge vif et violet.
Le plus dur reste à faire pour vous maintenant, c’est de faire votre choix…

Pour obtenir le catalogue :
Jardin Express
BP 90131
Bouvincourt, 80203 Péronne Cedex.
Tél. :
Site : www.jardinexpress.com
Conditionnement selon la variété et la semaine de livraison : barquettes de 35 Minimottes, de 16 Jardimottes ou par blister de 3, 6, 10 ou 12 Prestimottes.
Livraisons : semaines du 23 mars à celle du 25 mai 2009.
Vente par correspondance : livraison en Colissimo suivi La Poste.

août 032008
 

Les jours se suivent avec une météo très variable, mais les fleurs se succèdent sur mon balcon, maintenant très envahi par la végétation opulente à souhait.Petit inventaire des floraisons de ce week-end :
– Le bégonia Fragrance ‘Apple Blossom’, couvert de grosses fleurs doubles bien parfumées.– L’impatiens bleue (Impatiens namchawarbensis), pas toujours facile à photograhier car les fleurs se cachent souvent derrière les feuilles.– Le Begonia boliviensis, couvert d’une multitude de fleurs vermillon.– Très proche du précédent, le bégonia Bonfire forme une belle cascade de fleurs vermillon plus foncé, qui s’accordent bien avec les fleurs de la grande impatiens (Impatiens Walleriana-Hybride).– Les bégonias Dragon Wing, toujours aussi généreux quel que soit la météo.

juil 252008
 

Après l’impatiens, une autre petite plante d’ombre ou de coins peu ensoleillés : le bacopa.Cette espèce vivace mais gélive a un port très étalé ou retombant, avec des tiges assez souples qui portent des petites feuilles en forme de coeur duveteuses. Les petites fleurs étoilées blanches, bleues ou roses, apparaissent le long des tiges et se renouvellent pendant toute la belle saison. Discrètes, charmantes.
Très utilisé en suspension, notamment dans les paniers fleuris si chers aux jardiniers anglais, le bacopa (Sutera cordata) pousse en compagnie des bégonias, des impatiens, des petits lierres, de la lysimaque retombante dorée (Lysimachia nummularia ‘Aurea’ ou ‘Goldilocks’).
Peu frileux, il ne supporte pas les étés caniculaires, trop chauds et secs. Son feuillage prend alors un vilain aspect et se dessèche, se crispe, la floraison se ralentit et devient sporadique. Les étés plus humides et frais lui conviennent davantage, sa croissance étant alors plus généreuse. En 2003, mes bacopas ont rendu l’âme en juillet. L’an dernier, ils sont restés superbes tout l’été… Et moi je me suis étiolé comme une endive, le soleil ayant fuit Paris.Sinon, il leur faut un bon terreau pour géranium, maintenu toujours frais (pas de coup de sécheresse, le bacopa déteste, comme l’humidité stagnante !). Des apports réguliers d’engrais fleuris pour géraniums ou tomates stimulent la floraison, qui a tendance à se faire de plus en plus aux extrémités des rameaux qui n’en finissent pas de s’allonger. Quelques pincements de temps à autre permettent d’obtenir des cascades plus ramifiées et davantage fleuries.
Dernier point important : le bacopa est vite étouffé par des plantes vigoureuses. Si c’était le cas, pensez à le dégager et lui donner suffisamment de lumière.

juil 242008
 

Comment les fleurs d’été cultivées en pots, jardinières ou suspensions passent elles l’été ?
Une question à laquelle je vais tenter d’apporter quelques réponses tout au long des semaines à venir, en commençant aujourd’hui par l’impatiens (Impatiens Walleriana-hybrides).Une des valeurs sûres pour les coins ombragés, ne recevant tout au plus que quelques heures de soleil le matin, l’impatiens n’a que deux ennemis pendant la belle saison : la chaleur excessive qui s’accompagne d’attaques d’araignées rouges et un sol trop détrempé ou trop sec.
C’est en effet la fleur du ni trop, ni pas assez… Trop d’eau au niveau des racines et ces dernières pourrissent entraînant le flétrissement du pied comme si justement il avait manqué d’eau. Un oubli d’arrosage et c’est en effet toute la plante qui se fane très vite, pour reprendre un bel aspect si l’oubli ne s’est pas trop prolongé.
Quand à la chaleur sèche, ce n’est vraiment pas le temps de ces fleurettes généreuses. Très sensibles aux attaques d’araignées rouges, elles sont vite envahies par ces parasites piqueurs-suceurs. Quand cela se produit, il est préférable de rabattre une bonne partie du feuillage et de le doucher plusieurs jours de suite. Inutile de traiter avec des produits chimiques, en général ils ont pour effet de griller le feuillage tout autant que les acariens tenaces.
L’an dernier, avec l’été frais et souvent arrosé, les impatiens ont été superbes. Il y a deux et trois ans, la chaleur extrême de l’été les a malmenées, sur mon balcon je les ai même arraché fin juillet, car je ne pouvais venir à bout des araignées rouges.
Cette année la chaleur n’a pas encore été excessive tout du moins dans la moitié Nord de la France. Seulement quelques chaudes journées, des nuits souvent fraîches, il en faut plus pour gêner ces « dames », surtout si elles sont installées dans une cour ou sur un balcon ombragés. À suivre…

mai 062008
 

Lundi, la reprise du travail après un très long week-end, sur fond de soleil et de presque ciel bleu. La douceur des jours précédents persiste, sans la détente qui doit céder le pas au labeur… Mais une surprise fleurie m’attendait en arrivant près de la rédaction, sur le terre-plein central de la rue d’Aubervilliers dans le 18ème arrondissement de Paris.
Quelques fleurettes bleues ou rouges noyées dans la masse d’herbes dites mauvaises, dans les folles avoines d’une grace infinie. Mais oui, du lin ! Du lin bleu, du lin rouge, en compagnie de quelques fleurs de soucis d’un orange éclatant. Cette petite jachère urbaine au milieu de toutes ces voitures coincées par les embouteillages vous met le coeur en joie même un lundi matin quand la semaine s’annonce chargée. Un joli lin dit ?
Je ne sais qui a eu la bonne idée de semer ces fleurettes des champs, mais le résultat est tout simplement charmant.

À renouveler dans tous les coins un peu moches ou tristes de la capitale, qui ne sont pas trop piétinés toutefois…