juil 132014
 


Label ÉcoJardin

Le 30 juin dernier, trente trois espaces verts répartis dans la France entière se sont vu décerner le label national EcoJardin, référence de gestion écologique des espaces verts.

Créé en 2012 à l’initiative de neuf villes françaises avec d’autres maîtres d’ouvrages et partenaires techniques sous l’égide de Plante & Cité, le label EcoJardin vise à encourager en ville l’adoption de pratiques de gestion respectueuses de l’environnement. Ce label valorise le travail des jardiniers gestionnaires des espaces verts et sensibilise les usagers aux problématiques du développement durable ainsi qu’aux pratiques écologiques des espaces verts.

Les villes d’Alès, Bourges, Grenoble, Narbonne, Paris, Troyes ainsi que Bouygues Construction, le CFPH d’Ecully et le lycée horticole de Lyon-Dardilly, voient un ou plusieurs de leurs sites labellisés.

Les sites labellisables sont de maîtrise publique ou privée, et doivent accueillir du public, que ce soit en accès libre ou sous conditions. Entreprises, lycées professionnels, particuliers, petites, moyennes et grandes collectivités peuvent ainsi faire labelliser un parc, un espace naturel aménagé, un cimetière, un accompagnement de bâtiment ou des alignements d’arbres.

L’organisation du label national EcoJardin repose sur une gouvernance associant trois parties indépendantes entre elles : Plante & Cité, plateforme nationale d’études et d’expérimentations sur les espaces verts et le paysage, propriétaire du label et qui en établit le référentiel; Natureparif, animateur de la procédure d’attribution qui s’appuie sur un comité de labellisation réunissant toutes les parties prenantes; et des organismes indépendants chargés de l’audit des sites présentés. Le label est attribué sur la base d’un audit réalisé par des auditeurs indépendants (bureaux d’études ou architectes-paysagistes alliant compétences en gestion d’espaces verts et en écologie scientifique) sélectionnés par Natureparif. Cette attribution est valable trois ans, période au cours de laquelle les entreprises et les collectivités s‘engagent à poursuivre et développer leur travail en faveur de la préservation de l’environnement.

Pour Liliane Pays, présidente de Natureparif, « Le Label EcoJardin, un instrument désormais incontournable pour valoriser la qualité du travail des gestionnaires d’espaces verts, publics ou privés, en matière de respect de l’environnement ». Christophe Béchu, président de Plante & Cité salue de son côté « la grande qualité du travail réalisé par les jardiniers des collectivités et les entreprises, notamment la suppression de l’utilisation des pesticides dans leurs espaces verts, qui constitue l’un des éléments indispensables du label EcoJardin« .

La prochaine session de labellisation aura lieu fin novembre 2014. Les inscriptions de sites candidats sont possibles toute l’année sur www.label-ecojardin.fr

Continue reading »

avr 152014
 

Natureparif, l’ARPE PACA et Plante & Cité lancent aujourd’hui mardi 15 avril la cinquième édition du concours « Capitale française de la biodiversité » qui récompense la mise en œuvre de démarches exemplaires en matière de protection et de restauration de la biodiversité. Il permet de valoriser les actions innovantes, identifier les bonnes pratiques, et promouvoir les politiques menées en faveur de la biodiversité à l’échelle locale, à la fois par l’attribution de trophées et par l’édition de recueils d’actions.

Logo du Concours Capitale Française de la BiodiversitéEn 2014, le concours a pour thème principal « Agriculture urbaine et biodiversité ». En choisissant ce thème, le concours vise à promouvoir les démarches que les collectivités mettent en œuvre en faveur de la nature et de la biodiversité en ville : rôle et intégration de l’agriculture urbaine dans les documents d’urbanisme, reconnexion des citadins avec la nature, pratiques et techniques du jardinage au naturel, réintroduction de la biodiversité potagère, adaptation au changement climatique… Les actions sont multiples tout autant que le sont les formes prises par l’agriculture en ville.

Pour Liliane Pays, présidente de Natureparif, François Colson, secrétaire général de Plante & Cité, et Annabelle Jaeger, présidente de l’ARPE PACA  « Les villes sont aussi une vraie opportunité pour la biodiversité et l’adaptation au changement climatique ; des initiatives nombreuses et variées existent. Nous souhaitons par ce concours valoriser et partager les actions exemplaires et accompagner les initiatives des villes et intercommunalités. »

L’appel à candidature 2014 est ouvert aux communes de plus de 2000 habitants, aux communautés de communes, aux communautés d’agglomération, communautés urbaines, syndicats d’agglomération nouvelle et métropoles jusqu’au 30 juin 2014. Un comité scientifique et technique composé de chercheurs, urbanistes, naturalistes, représentants d’associations et de collectivités et professionnels de la biodiversité est chargé d’évaluer les candidatures. En 2014, des Capitales régionales de la biodiversité seront de plus récompensées dans les quatre régions partenaires : Aquitaine, Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes.

Des ateliers seront organisés en régions sur le thème de la biodiversité urbaine, à commencer par une journée organisée par l’ARPE PACA le mardi 15 avril à Aix-en-Provence intitulée « Collectivités et biodiversité : agir, oui mais comment ? ».

Ce concours national est organisé en partenariat avec les régions Aquitaine, Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes. Il bénéficie du soutien de la Convention sur la Diversité Biologique ainsi que de l’AMF, l’AMGVF, l’ACUF et la FVM. Le projet est soutenu par GrDF, principal gestionnaire du réseau de distribution de gaz naturel en France qui accompagne les collectivités locales dans la transition énergétique, ainsi que par de nombreuses associations et partenaires dont l’Office pour les insectes et leur environnement (OPIE), l’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF), le WWF (Fond Mondial pour la Nature), Idéal Connaissances, l’Association Française des Ingénieurs Écologues (AFIE), l’Association des Ingénieurs Territoriaux de France (AITF), le centre de ressources du développement territorial (ETD), le comité français de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le Centre National de la Fonction Publique Territoriale-INSET Montpellier et Environnement Magazine.

Logo du Concours Capitale Française de la BiodiversitéLe dossier de candidature et le règlement du concours sont téléchargeables sur www.capitale-biodiversite.fr
Dépôt des candidatures avant le 30 juin 2014.

avr 102014
 

Ces dernières années, les plantations de buis font l’objet d’attaques de plusieurs bioagresseurs émergents, causant d’importants dégâts et leur destruction dans de nombreux sites patrimoniaux et chez les producteurs de buis.

Pyrale du buis, photo  JC Martin
La pyrale du buis (Cydalima perspectalis) originaire d’Asie orientale ne cesse sa progression et les maladies du dépérissement du buis (Cylindrocladium buxicola, Volutella buxi) sont à l’origine de déclins massifs depuis la fin des années 2000 en France. La combinaison de ces deux problèmes émergents est un cas unique dont les professionnels des espaces verts et producteurs peuvent témoigner de l’extraordinaire virulence, en particulier au cours de l’été passé. Les mesures de gestion actuelles sont souvent insuffisantes pour lutter durablement et le plus écologiquement possible contre ce ravageur et ces pathogènes. Toutefois, certaines solutions biologiques encore peu étudiées constituent de réelles pistes pour lutter efficacement contre ces bioagresseurs.

Dégats sur Buxus sempervirens, photo C. Boyer
L’Astredhor et Plante & Cité coordonnent le programme SaveBuxus qui vise à apporter des solutions concrètes permettant de lutter efficacement contre ces bioagresseurs. Dès 2014, des travaux de recherche appliquée et des expérimentations seront mises en œuvre par les stations expérimentales de l’Astredhor (GIE Fleurs et Plante du Sud-Ouest, Arexhor Seine-Manche, Arexhor Grand-Est, Arexhor Centre), l’Unité expérimentale Entomologie et Forêt Méditerranéenne de l’INRA PACA (équipes d’Avignon et du laboratoire Biocontrôle d’Antibes)

L’entreprise Koppert France, leader du biocontrôle en espaces verts est actuellement l’unique partenaire privé du programme au sein de ce consortium. Au vu des nombreuses demandes sur ces thématiques lors des derniers salons professionnels (Paysalia, Salon du végétal…), Koppert positionne le programme SaveBuxus comme un projet prioritaire car unique et novateur.

Parmi les solutions biologiques expérimentées : piégeage phéromonal, agents entomopathogènes et parasitoïdes pour la pyrale du buis ; mesures préventives et prophylaxie, résistance variétale, traitements alternatifs pour les maladies du dépérissement. Les premiers résultats seront diffusés fin 2014.

En 2014, le programme SaveBuxus bénéficie du soutien financier de l’interprofession Val’hor, de l’ONEMA dans le cadre d’Ecophyto et de FranceAgriMer.

déc 052013
 

Label ÉcoJardin
Le label EcoJardin, dont le comité de labellisation se réunissait vendredi 29 novembre dernier, a permis de distinguer 85 nouveaux sites cette année, soit depuis son lancement début 2012, 141 sites reconnus pour leur gestion écologique. En s’appuyant sur un référentiel public, référence de gestion écologique des espaces verts, le label fournit aux habitants et usagers des espaces verts publics ou privés ouverts au public une information claire et vérifiée sur le terrain par des experts indépendants.

Les retours d’expérience recueillis auprès des gestionnaires de sites labellisés dans toute la France métropolitaine – 27 villes, 2 EPCI et 2 conseils généraux, 2 entreprises, 5 établissements d’enseignement et 1 particulier – montrent que le processus de labellisation implique un travail préparatoire qui leur permet souvent à la fois de structurer leur démarche locale, de former et mobiliser leurs agents tout en valorisant les compétences des jardiniers, à qui la reconnaissance du label procure une nouvelle fierté de leur métier.

L’animateur du label, Natureparif, en retire aussi des observations statistiques utiles sur l’évolution des pratiques :  » les labellisés figurent parmi les meilleurs en matière de gestion écologique des espaces verts au plan national » explique Liliane Pays, présidente de l’agence. « L’analyse fine des données recueillies nous permet de mettre à jour les points sur lesquels nous devons collectivement encore progresser, comme le suivi de la faune et de la flore ou la connaissance de la biodiversité des sols. »

Des bonnes pratiques que soutient et diffuse Plante & Cité, plateforme nationale d’expérimentations et de conseils en espaces verts, propriétaire du label et qui en établit le référentiel : Pour François Colson, son secrétaire général, « le processus de labellisation démarre lentement et progressivement, avec des acteurs clés sûrs de la qualité de leur gestion. Le nombre de sites labellisés est appelé à une croissance rapide dans les prochaines années à mesure que les collectivités l’utiliseront comme vecteur de changement de leurs pratiques et que les entreprises prestataires le proposeront comme outil de contrôle qualité. »

Inscriptions et détails des sites labellisés sur www.label-ecojardin.fr

Continue reading »

juil 132013
 

Logo du label ÉcoJardin, la référence de gestion écologique

Mardi 25 juin 2013, trente neuf espaces verts répartis dans la France entière se sont vu décerner le label national ÉcoJardin, référence de gestion écologique des espaces verts.

Créé en 2012 à l’initiative de neuf villes françaises avec d’autres maîtres d’ouvrages et partenaires techniques sous l’égide de Plante & Cité, le label ÉcoJardin vise à encourager en ville l’adoption de pratiques de gestion respectueuse de l’environnement. Ce label valorise le travail des jardiniers gestionnaires des espaces verts et sensibilise les usagers aux problématiques du développement durable ainsi qu’aux pratiques écologiques des espaces verts.

Les villes de Bain-de-Bretagne, Besançon, Bordeaux, Cherbourg-Octeville, Cornimont, Nantes, Perpignan, Saint-Sébastien-sur-Loire, Troyes ainsi que les départements de la Dordogne, du Val-de-Marne et le lycée agricole André Provots à Brette-les-Pins, voient un ou plusieurs de leurs sites labellisés pour cette année. Avec plus de dix sites labellisés chacune, les villes de Bordeaux et de Cherbourg-Octeville sont engagées dans une démarche exemplaire de labellisation de la totalité de leurs espaces verts et paysagers.

Les sites labellisables sont de maîtrise publique ou privée, et doivent accueillir du public, que ce soit en accès libre ou sous conditions. Entreprises, lycées professionnels, particuliers, petites, moyennes et grandes collectivités peuvent ainsi faire labelliser un parc, un espace naturel aménagé, un cimetière, un accompagnement de bâtiment ou des alignements d’arbres.

L’organisation du label national ÉcoJardin repose sur une gouvernance associant trois parties indépendantes entre elles :

  • Plante & Cité, plateforme nationale d’expérimentations et de conseils en espaces verts, propriétaire du label et qui en établit le référentiel ;
  • Natureparif, animateur de la procédure d’attribution qui s’appuie sur un comité de labellisation réunissant de nombreux acteurs ;
  • et des organismes indépendants chargés de l’audit des sites présentés.

Le label est attribué sur la base d’un audit réalisé par des auditeurs indépendants (bureaux d’études ou architectes-paysagistes alliant compétences en gestion d’espaces verts et en écologie scientifique) sélectionnés par Natureparif. Cette attribution est valable trois ans, période au cours de laquelle les entreprises et les collectivités s‘engagent à poursuivre et développer leur travail en faveur de la préservation de l’environnement.

Pour Liliane Pays, présidente de Natureparif, « Le Label ÉcoJardin devrait très vite s’imposer comme un instrument incontournable pour encourager l’ensemble des gestionnaires d’espaces verts, publics ou privés, aux bonnes pratiques en matière de respect de l’environnement ».
Jean Claude Antonini, président de Plante & Cité salue de son coté « la grande qualité du travail réalisé par les jardiniers des collectivités et les entreprises, notamment la suppression de l’utilisation des pesticides dans leurs espaces verts, qui constitue l’un des éléments indispensables du Label ÉcoJardin« .

Continue reading »

juin 152011
 

Plante & Cité, associée aux Villes de Paris, Besançon, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Orléans et Rennes, à Pierre & Vacances – Center Parcs, aux réseaux professionnels AFDJEVP (Association Française des Directeurs de Jardins et d’Espaces Verts Publics), AITF (Association des Ingénieurs Territoriaux de France) et ATTF (Association des Techniciens Territoriaux de France), au CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale), lance le nouveau label de gestion écologique des espaces verts à vocation nationale, le mercredi 15 juin.

Un nombre croissant de gestionnaires d’espaces verts adopte des modes de gestion respectueux de l’environnement. Cependant, cette évolution ne s’est pas encore généralisée et ses acteurs ne disposent pas d’une reconnaissance et d’une visibilité suffisantes.

Le 7 avril 2010, les partenaires avaient annoncé leur volonté d’élaborer collectivement un référentiel et un label de gestion écologique des espaces verts. Le 15 juin, les partenaires dévoilent le contenu du référentiel, le nom de ce label appelé à devenir une référence nationale voire européenne, et la procédure à suivre pour son obtention. L’événement est prévu aujourd’hui à 12h, à la Société Nationale d’Horticulture Française, 84, rue de Grenelle, Paris 7ème.

En présence de :

  • Jean-Claude Antonini, président de Plante & Cité, maire d’Angers,
  • Fabienne Giboudeaux, adjointe chargée des espaces verts,
  • Jean-Pierre Auger, président de l’AITF,
  • Thibault Beauté, président de l’AFDJEVP
  • Ainsi que des représentants des huit villes partenaires.