août 202012
 

Mauvaises herbes poussant sur l'attache d'un bateau, Bassin de la Villette en été pendant Paris Plages, Paris 19e (75)

Du soleil et de l’eau à volonté, il n’en faut pas plus pour que les plantes poussent, surtout les mauvaises herbes qui vont s’installer dans les endroits les plus improbables, comme sur ce coussin flottant entre un bateau et le quai du Bassin de la Villette (Paris 19e).

Mauvaises herbes poussant sur l'attache d'un bateau, Bassin de la Villette en été pendant Paris Plages, Paris 19e (75) Continue reading »

août 182012
 

Jardin sauvage Saint-Vincent, rue Saint-Vincent, Montmartre, Paris 18e (75)

La Ville de Paris ouvrira exceptionnellement le Jardin sauvage Saint-Vincent dimanche 19 août à 10h30. Rendez-vous devant la porte du jardin, dans la rue Saint-Vincent (Paris 18e), métro ligne 12, station Lamark-Caulaincourt.

Jardin sauvage Saint-Vincent, rue Saint-Vincent, Montmartre, Paris 18e (75) Continue reading »

juil 192012
 

Impatiens parviflora dans le jardin d'agronomie tropicale, Bois de Vincennes

Moins répandue que l’impatiens de Balfour (Impatiens balfouri), cette espèce annuelle à fleurs jaunes prolifère dans les endroits qui restent un peu frais ou humides. Quand elle se plaît, elle se montre aussi envahissante, mais il est facile de la contenir, les pieds n’étant pas très profondément enracinés.

Cette année plutôt fraîche et humide en région parisienne est idéale pour ces balsamines sauvages qui ne supportent guère les fortes chaleurs et le temps trop sec. Avec les averses à répétition, les impatiens ont pris de belles proportions, formant des buissons touffus en quelques semaines. Des plantes bouche-trou parfaites et très florifères.

juil 182012
 

Pied fleuri de datura stramoine (Datura stramonium) dans le potager

Facile à reconnaître dès qu’il dresse ses grandes trompettes blanches, le datura stramoine (Datura stramonium) est une plante sauvage qui peut devenir une mauvaise herbe envahissante dans les potagers où les planches bien ameublies et dégagées sont ses terrains de prédilection. Comme tous les autres daturas (et brugmansias), la plante est toxique par ingestion. Mais en pot, elle donne une belle plante couverte de fleurs parfumées qui se renouvellent tout l’été. Entre trompette des anges et démon, tout est question de situation !

Jeunes plantules de datura stramoine (Datura stramonium) dans le potager

Côté potager, les jeunes plants de datura s’ingénient à pousser exactement dans les sillons de semis effectués directement en pleine terre. Comme ils poussent vite et beaucoup, ils ont vite fait de gêner les cultures légumières, voire de les étouffer quand elles démarrent plus lentement. Il faut tout arracher, à la main quand les mauvaises herbes poussent comme sur la photo, en veillant à ne pas perturber les jeunes légumes en mal de lumière et d’espace. Heureusement, le datura stramoine s’arrache facilement quand il est jeune et dans une bonne terre de jardin.

Le désherbage doit se faire rapidement, car dès son plus jeune age, le datura stramoine produit des boutons floraux et des fleurs, qui s’empressent de donner des gros fruits épineux chargés de graines, toxiques comme le reste de la plante. Il n’est pas rare de voir des pieds de 10 cm à peine commencer à fleurir.

Si au potager cette croissance et capacité de prolifération est redoutable et néfaste, il n’en est pas de même dans une potée sur un balcon ensoleillé. Le petit pied peut grandir jusqu’à former un petit arbuste d’environ 1 m de hauteur et autant de largeur, couvert de trompettes blanches qui se renouvellent sans cesse surtout si vous supprimez les fruits dès qu’ils se forment. Attention, lavez vous bien les mains après toute manipulation. Enfin, ce sont les mêmes précautions que pour un brugmansia ou datura en arbre, un laurier rose ou une potée de muguet. Toutes plantes à éviter quand on a des jeunes enfants ou des animaux familiers qui croquent la première plante qui se trouve à leur portée. Sinon, moi j’aime beaucoup et je trouve cette plante très décorative. Il faut juste éviter de froisser le feuillage, car l’odeur dégagée n’est pas terrible. Mais bon, le datura ne vous demande pas de lui caresser les feuilles !

juil 172012
 

Chardon en graines, mauvaise herbe, Cap 18, Paris 18e (75)

Avec les pluies printanières et du début de l’été, les chardons, comme les autres mauvaises herbes, ont poussé à vue d’oeil, prenant vite de l’ampleur quand le jardinier les a oubliés et laissés se développer. Les fleurs sont vite apparues et maintenant, ce sont les graines qui s’échappent et s’envolent, emportant des chardons en devenir partout où le sol est dégagé.

Chardon en graines, mauvaise herbe, Cap 18, Paris 18e (75) Continue reading »

juil 122012
 

 

Ouvrage Sauvages de ma rue

Si vous restez en ville cet été, le programme « Sauvages de ma rue » s’étend aux villes françaises et a besoin de volontaires pour recenser, identifier et localiser les plantes qui poussent dans les villes.

Marseille, Lille, Bordeaux, Nantes… Sa première bougie à peine soufflée, le programme « Sauvages de ma rue » s’étend désormais dans toute la France.
Plus d’outils disponibles pour plus de citadins réalisant le suivi des plantes sauvages que l’on peut rencontrer dans nos villes ou villages, au détour d’une rue, au pied d’un arbre ou entre les pavés…

Sauvages de ma rue, mode d’emploi
Les citadins sont invités à suivre une démarche très simple pour collecter des données sur la flore urbaine.
4 étapes pour participer :

  1. s’inscrire sur www.sauvagesdemarue.fr ;
  2. choisir une ou plusieurs rues proches de son domicile ou de son lieu de travail…
  3. identifier les plantes en notant dans quel(s) interstice(s) elles poussent. L’identification peut être réalisée sur place ou à la maison sur la base des photos prises tout au long de la rue.
  4. ne reste qu’à saisir les données sur l’interface simplifiée pour les transmettre aux chercheurs et les voir apparaître sur la carte.

Pour accompagner les observateurs :

Continue reading »