juil 062012
 

Galinsoga cilié (Galinsoga ciliata), Cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Certes, il s’agit d’une mauvaise herbe particulièrement envahissante qui très vite s’échappera de sa jardinière pour aller coloniser les voisines et bien au-delà. Mais quand on cherche des végétaux sans soucis… Et la floraison quoique discrète n’en est pas moins charmante. Alors, pourquoi pas ?

Galinsoga cilié (Galinsoga ciliata), Cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Cette grande jardinière de galinsoga s’est semée toute seule, cette mauvaise herbe étant déjà très fréquente dans la capitale et notamment dans le cimetière du Père Lachaise (Paris 20e). Mais avec le printemps humide, les plants de galinsoga sont bien développés cette année, surtout quand ils bénéficient d’un bon volume de terre. D’où l’opulence de cette jardinière.

Continue reading »

juin 262012
 

Bouquet de fleurs artificielles recouvert de cymbalaires, cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Image follement nostalgique et poétique captée dimanche dernier dans le cimetière du Père Lachaise (Paris 20e) avant que la pluie ne m’en chasse. Un vieux bouquet de fleurs artificielles aux couleurs passées, depuis longtemps déposé et peut-être oublié sur une tombe pour être subtilement envahi, paré, orné des fines tiges de cymbalaires. Coup de chapeau à Dame Nature qui a joué les fleuristes en créant cette composition délicate.

Fleur artificielle entourée de cymbalaires, cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Encore une belle composition de Dame Nature faisant la part belle aux cymbalaires, charmantes petites plantes tapissantes, retombantes ou traçantes qui forment de magnifiques festons fleuris.

Bouquet de fleurs artificielles envahi de cymbalaires, cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Quand les travaux auront enfin cessé (ce n’est pas pour demain) sur la façade de mon immeuble, je vais essayer d’acclimater quelques jeunes pieds de ces « Ruines-de-Rome » que l’on trouve parfois chez certains pépiniéristes qui proposent aussi la variété à fleurs blanches. J’ai repéré aussi des semis de linaires sauvages qui me tentent beaucoup… Mais encore quelques semaines à attendre, le ravalement est loin d’être terminé…

juin 252012
 

Semis spontané de valériane des jardins (Centranthus ruber) dans un caniveau du cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Encore des petits semis spontanés charmants et fleuris avec cette fois-ci des pieds de valérianes des jardins (Centranthus ruber) installés à la jonction d’un trottoir et d’une allée pavée dans le cimetière du Père Lachaise (Paris 20e).

Si toutes les mauvaises herbes étaient aussi mignonnes… Mais bon, jolies ou pas, quand elles ne sont pas là où elles devraient être, le jardinier râle… On va juste espérer qu’il soit un peu débordé pour oublier ces valérianes.

juin 242012
 

Églantines (Rosa canina), parc de Bagatelle, Bois de Boulogne, Paris 16e (75)

Indigène et spontané dans les régions de plaine et de basses montagnes en France, l’églantier ou rosier des chiens (Rosa canina) fait partie de ces plantes sauvages que l’on gagnerait à cultiver davantage dans nos jardins tant la floraison est délicate et charmante.

Églantines (Rosa canina) dans le parc de Bagatelle, Bois de Boulogne, Paris 16e (75) Continue reading »

mai 302012
 

Petite prairie fleurie avec coquelicots et bleuets près du parc de Bagatelle, Bois de Boulogne, Paris 16e (75)

Les prairies de coquelicots et encore plus celles de bleuets ne sont plus fréquentes à la campagne et encore moins en ville et dans la capitale. Aussi la découverte d’un petit coin de prairie fleurie avec ces fleurettes est toujours un grand moment de plaisir.

Petite prairie fleurie avec coquelicots et bleuets près du parc de Bagatelle, Bois de Boulogne, Paris 16e (75)

En venant du métro (ligne 1, station Pont de Neuilly), après avoir longé la rue de Longchamp à Neuilly-sur Seine (Hauts-de-Seine), vous arrivez en bordure du Bois de Boulogne et près du parc de Bagatelle. C’est à l’angle avec le Boulevard Richard Wallace que vous découvrez ce coin de belles sauvageonnes. Enfin, pas si sauvages que cela, car ces fleurs des moissons y ont été semées. Mais le résultat vous transporte dans un coin de campagne reculée alors même que la ville est toute proche. Continue reading »

mai 212012
 

Sauvages de ma rue

L’ouvrage « Sauvages de ma rue » présente les plantes sauvages les plus répandues dans les espaces publics des villes et villages de France.

Chaque espèce est décrite d’une façon claire, sans terme technique afin que tout citadin, sans aucune formation en botanique, puisse apprendre à identifier celles qui poussent dans son environnement immédiat. Les descriptions sont toutes assorties de photographies. En outre, des informations sont fournies sur l’écologie de ces espèces (les endroits où on les trouve préférentiellement) ainsi que les usages alimentaires ou médicinaux qu’elles peuvent avoir. Il est surprenant de constater à quel point ces plantes, considérées pour la plupart comme des « mauvaises herbes », possèdent des vertus oubliées.

Les plantes, et particulièrement les plantes sauvages, à travers les services qu’elles rendent, sont indispensables à la vie des citadins : elles tempèrent les îlots de chaleur, elles aident à la dépollution de l’air et de l’eau, à la détoxification des sols, elles constituent le milieu de vie de nombreux animaux (oiseaux, papillons, abeilles)… En conséquence, de la qualité de la flore des villes dépend la qualité de vie des citadins, leur bien-être et même leur santé. Pourtant, les plantes sauvages qui peuplent nos cités restent méconnues.

Cet ouvrage, richement illustré, constitue un catalogue de référence unique qui permettra aux citadins de reconnaître les plantes qu’ils croisent quotidiennement dans leur rue, autour des pieds d’arbres, sur les trottoirs, dans les pelouses. Il donnera également aux lecteurs intéressés la possibilité de participer à l’inventaire de la flore des villes organisé par le Muséum National d’Histoire Naturelle et l’association Tela botanica, dans le cadre du projet « Vigie-Nature ». Continue reading »