déc 222010
 

Des plantes d’intérieur, encore plus de plantes, toujours plus de plantes dans son intérieur ! Dans la série « j’ai plus de place mais j’en trouve », laissez vous séduire et tenter par ces petits pots adorables de la marque Thelermont Hupton : Off the wall.

Plantes d'intérieur en suspension

Petits pots suspendus à un mur, Off the Wall de Thelermont Hupton, Photo DR

Adorables et terriblement tendance, ces petits pots s’accrochent aux murs avec élégance, créant un mini jardin vertical ultra original. Dans la cuisine, le salon, le vestibule ou la salle de bains (partout où la lumière est suffisante), on se met au vert sans effort et à moindre coût. Alignées par deux, trois ou plus, ils affichent un air « arty », grâce à leur système de fixation invisible et à leur base biseautée, qui sublime leur fonction première. On les croirait encastrés dans le mur ! Les pots se déclinent en noir, blanc, bleu, argent et orange.

Très en phase avec leur époque, Thelermont et Hupton insufflent de la vie dans le design avec des objets pratiques ultra créatifs, à l’image de ces mini-pots branchés et originaux.

Ce sont des petits pots, très petits :
– Acier inoxydable peint epoxy,
– Base biseautée; Vis de fixation invisible,
– Largeur 6 cm x Hauteur 6 cm; Profondeur 8 cm.

Plantes d'intérieur en suspension

Petits pots suspendus au mur, Off the wall de Thelermont Hupton, photo DR

Peu de terre, pas de trou d’évacuation pour l’eau d’arrosage (heureusement d’ailleurs !), donc un mode de culture assez anecdotique, réservé à des plantes qui restent naturellement miniatures et qui ne poussent pas trop vite : un mini saintpaulia (un vrai), un jeune pied de Callisia repens, une chaîne-des-coeurs (Ceropegia woodii), un mini phalaenopsis,une jeune sansevière miniature, des tillandsias pas trop gros…

En vente chez Made in Design.

déc 172010
 

C’est la grande mode : une belle orchidée fleurie ou une plante d’intérieur fleurie proposée dans un grand contenant transparent, un vase en verre ou un emballage en plastique transparent en forme de sac ou de mini serre. Est-ce vraiment une bonne idée de cadeau ?

Art floral : orchidée en vase

Orchidées fleuries (Phalaenopsis) cultivées et vendues dans un vase transparent, photo Alain Delavie

Une belle présentation, fort séduisante…

LE POUR :

  • Jolie présentation, sobre et très élégante.
  • La plante est déjà emballée dans son vase, donc elle se transporte plus facilement sans risque d’abimer les fleurs. Elle est aussi relativement protégée des coups de queue du chien ou du frôlement du chat trop entreprenant.
  • Le vase maintient une atmosphère plus chaude et humide autour de la plante qui est moins soumise aux courants d’air dus à l’ouverture d’une fenêtre ou d’une porte en hiver.
  • Plus de problème de vilaines marques dues à l’eau d’arrosage ou de brumisation qui coule sur le parquet ou les meubles en bois cirés.
  • Quand la plante ne plaît plus, il reste le vase, toujours utile pour accueillir de beaux bouquets.

LE CONTRE :

  • La composition coûte plus chère que la plante toute seule. Sinon, à prix égal, la plante dans le vase est souvent beaucoup moins vigoureuse.
  • Gare aux rayons de soleil qui touchent le vase. En traversant le verre, ils sont concentrés et peuvent davantage bruler la plante.
  • L’arrosage de la plante est certes assez réduit, mais il est difficile à bien doser, l’eau stagnant dans le fond du vase et pouvant entraîner la pourriture des racines. L’humidité dans le fond du récipient provoque l’apparition d’algues, vertes ou bleues presque noires, qui donnent un aspect négligé à la composition si on ne fait rien. Et le nettoyage n’est pas facile !
  • Avec des arrosages à l’eau courante, le vase est vite taché de marques blanchâtres dues au dépôt de tartre.
  • Si la plante pousse correctement, elle va vite déborder de son vase et les feuilles vont être rapidement trop tassées les unes contre les autres. Pas de place non plus pour une nouvelle hampe florale tant que les précédentes sont encore bien vivantes. Le rempotage est assez compliqué, car il faut sortir l’orchidée ou la plante sans l’abîmer…

Match nul… Si le coeur vous en dit, pourquoi pas ! Vous êtes prévenus maintenant.

déc 152010
 

Les tableaux et autres murs végétaux sont à la mode. Nature & Découvertes propose depuis le mois de novembre un nouveau modèle baptisé Vague végétale. Une belle présentation déco, sobre et design pour petites plantes succulentes. Une idée de cadeau pour Noël…

Tableau végétal désign chez Nature & Découvertes

Vague végétale - Nature & Découvertes

Accroché sur le mur ou posé sur un meuble, ce tableau mural vertical en métal peut contenir jusqu’à 12 plantes. Il crée un effet visuel étonnant avec ses plantes grasses et ses feuillages retombants. Sélectionnées pour leur sobriété et installées sur un support en fibres de coco qui retient l’eau, les plantes se contentent de peu d’eau.

Ce tableau végétal ou jardin mural contient 12 plantes : 2 plantes succulentes retombantes (Ceropegia woodii) + 10 plantes grasses en assortiment.
L’espace pour le substrat est assez réduit, donc il faut choisir des plantes qui ne vont pas prendre un grand développement. Les chaines-des-coeurs (Ceropegia woodii), des sansevières naines et bien d’autres petites plantes grasses miniatures peuvent y être installées, sous réserve d’accrocher ce tableau végétal contre un mur bien exposé à la lumière du jour. Pour le bien-être des plantes grasses, une lumière vive est indispensable. Il faut toutefois éviter le plein soleil du Midi, qui chaufferait trop le tableau, surtout en été et derrière une baie vitrée.

Ce jardin mural a été imaginé et dessiné par Paule Guérin en exclusivité pour Nature & Découvertes. Paule Guérin est une jeune designer qui crée avec talent des produits originaux et éco-conçus.

Hauteur : 35 cm,
Largeur :  50 cm,
Profondeur : 6 cm.
Référence 50132110,  prix 44,90 euros.

déc 142010
 

Avec les fêtes de fin d’année, nombreux sont celles et ceux qui vont offrir des fleurs pour Noël, le réveillon de la Saint-Sylvestre ou le jour de l’an. Reine des potées fleuries d’intérieur en France, le phalaenopsis est la plante cadeau par excellence. Mais avant de l’offrir, pensez à celle ou celui à qui vous allez le confier…

Orchidée papillon ou phalaenopsis

Phalaenopsis à grands fleurons blancs, photo Alain Delavie

LE POUR :

  • Le phalaenopsis est élégant, très chic et furieusement tendance.
  • On en trouve de toutes les tailles, du mini à la très grosse potée somptueuse aux multiples hampes florales.
  • C’est une des orchidées les plus faciles à cultiver et à faire refleurir, cette plante fleurie supportant très bien la vie dans nos intérieurs.
  • Sa floraison dure longtemps, vraiment très longtemps.
  • Peu exigeant, le phalaenopsis supporte des absences courtes (quelques jours) et quelques oublis d’arrosage.

LE CONTRE :

  • C’est une plante fleurie vivante, qui nécessite quand même des soins réguliers, même s’ils sont réduits. À ne pas offrir aux abonnés absents, aux pigeons voyageurs ou aux allergiques aux plantes. Et oui, ils existent !
  • Peu difficile, le phalaenopsis exige quand même une pièce très claire, sans soleil direct. Il n’est pas fait pour les intérieurs sombres.
  • Le phalaenopsis aime une ambiance douce, voire chaude. Les appartements chauffés à la glace lui sont totalement déconseillés !
  • Le phalaenopsis redoute les excès d’arrosage qui font pourrir ses racines et le collet de la plante.
  • Les minis phalaenopsis sont beaucoup plus fragiles que les plantes plus grosses.

Bon à savoir :
Les fleurs du Phalaenopsis ont une couleur blanche, rose, jaune, pourpre plus ou moins rouge ou violacé, orange abricot ou cuivré. Elles peuvent être unicolores ou bicolores. Dans ce dernier cas, la deuxième couleur  peut être joliment disposée en ponctuations ou en rayures.
La couleur bleue (un vrai bleu) n’existe pas à l’état naturel dans cette espèce et notamment dans les très nombreux hybrides vendus dans le commerce. Aussi les phalaenopsis bleu pétard que l’on peut trouver en ce moment sont des plantes aux fleurs teintées artificiellement. Quand elles refleurissent, la couleur est… surprise, mais pas bleu vif !

déc 132010
 

En automne et en hiver, il faut veiller à l’arrosage des potées et des jardinières de plantes laissées à l’extérieur dès qu’il fait assez doux, mais il faut penser dans le même temps à vider l’eau contenu dans les soucoupes avant le retour du froid.

Vider l'eau des soucoupes pendant la mauvaise saison

Soucoupe remplie d'eau après la forte chute de neige, sur mon balcon, décembre 2010, photo Alain Delavie

La forte chute de neige avait laissé une bonne couche de neige sur mes grosses potées et jardinières. En fondant, les plantes ont été bien arrosées, les soucoupes se sont remplies toutes seules. De l’eau qu’il est préférable de ne pas laisser quand une nouvelle vague de froid est annoncée. Ce qui est le cas pour le milieu de la semaine.

Vider l'eau des soucoupes pendant la mauvaise saison

Soucoupe remplie d'eau après la forte chute de neige, sur mon balcon, décembre 2010, photo Alain Delavie

En effet cette eau stagnante maintient une forte humidité dans le substrat des potées ou des jardinières, une humidité qui se transformera en glace dès que les températures deviendront négatives. Et ce n’est pas bon pour les racines qui n’ont pas besoin d’être davantage exposées au froid.

Quelques heures après un arrosage, il faut vider l’eau des soucoupes qui y reste car le liquide ne sera plus absorbé rapidement par les plantes en quasi repos.

Par contre vous apercevez des feuilles mortes dans les potées. Inutile de les enlever, bien au contraire. Elles vont se décomposer sous l’action de l’humidité et du froid. Et en attendant leur décomposition, elles forment un petit matelas protecteur qui protège le substrat et les racines superficielles. Au pied des arbustes, laissez les tapis de feuilles mortes !

déc 122010
 

Une nouvelle vague de froid est annoncée pour la semaine prochaine, dès demain lundi. Pour celles et ceux qui n’auraient pas encore bien protégé leurs plantes frileuses, notamment leurs pélargoniums, il est prudent de les abriter sous un voile d’hivernage sans plus attendre.

Protection hivernale des potées de plantes frileuses dans Paris

Protection hivernale (film plastique) sur des jardinières de géraniums, rue du Ranelagh, Paris 16e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Dans Paris, les géraniums sont souvent suffisamment abrités pour résister aux hivers parisiens. Mais depuis deux ans, les températures très basses ont quand même fait des dégâts, surtout pour les potées ou les jardinières exposées aux courants d’air froid.

Protection hivernale des potées de plantes frileuses dans Paris

Protection hivernale (plastique à bulles) sur des jardinières de géraniums, rue du Ranelagh, Paris 16e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Il est donc préférable de couvrir les géraniums, soit avec un voile d’hivernage en non tissé, soit avec des feuilles de papier journal ou du plastique à bulles, en veillant à bien fixer de part et d’autre les protections pour qu’elles ne s’envolent pas au premier coup de vent.
La première solution permet de laisser filtrer encore un peu de lumière, nécessaire pour les plantes. Dans la journée si les températures sont positives, il est préférable d’aérer les géraniums en dégageant le plus possible le film ou la protection. Mais il faut penser à la remettre quand le soleil se couche, car les températures chutent alors très vite.
Dernier détail qui a son importance : le film plastique ou le voile d’hivernage ne doit pas toucher le feuillage des géraniums, sinon les feuilles en contact risquent de geler par temps très froid. Il faut disposer des tuteurs pour tendre la protection tout autour des plantes de telle façon que les feuilles ne soient jamais contre le film protecteur.