mar 052013
 

Potée de Sphaeralcea 'Newleaze Coral' et Tiarella 'Appalachian Trail' sur mon balcon en fin d'hiver, Paris 19e (75)

Avec le retour d’un temps plus clément et du soleil sur Paris, j’ai dégagé les plantes frileuses que j’avais soigneusement enveloppées pour mieux résister au froid hivernal. Toutes ont bien résisté aux frimas et devraient repartir très vite quand la douceur se sera installée.

Je n’ai pas encore complètement défait les protections hivernales car les nuits sont fraîches et les gelées menacent au petit matin. Il est plus prudent de protéger tout ce petit monde pour la nuit. Mais dans la journée, j’écarte les voiles pour que les plantes puissent profiter du soleil revenu et du grand air.

Je suis content car les plantes que j’avais installées tardivement en automne (après les Journées des Plantes de Courson) ont bien supporté l’hiver malgré leur plantation tardive. Sphaeralcea, Alcathea, Pavonia, Abutilon, tous sont en parfaite santé. Et c’est tant mieux !

jan 142013
 

Protections hivernales sur mon balcon en hiver, Paris 19e (75)

Comme d’habitude, je m’y suis pris à la toute dernière minute, mais cette fois-ci, j’ai écouté les prévisions météorologiques et j’ai réussi à protéger toutes les plantes pas trop rustiques que je cultive sur mon balcon parisien. Plastique à bulles, sac isotherme, voile d’hivernage et lien, j’avais tout l’arsenal nécessaire pour assurer une bonne protection, sachant que je n’ai jamais eu des températures très froides, jamais en dessous de -8 °C et encore seulement pendant  quelques jours l’année dernière en février.

Rouleau de plastique à bulles, protection hivernale sur mon balcon en hiver, Paris 19e (75)

J’ai d’abord protégé les pots et les jardinières avec du plastique à bulles pour isoler les racines des potées. Tout autour et dessous les potées (pour les plus légères).

Continue reading »

nov 082012
 

Pavonia 'Miskii' (Malvacées), Pépinière Fleurs du Sud, Journées des Plantes de Courson, Printemps 2012, Domaine de Courson, Courson-Monteloup (Essonne)

Tant que les températures restent relativement douces et positives dehors, les plantes exotiques qui décorent les balcons, terrasses et potées dans les jardins continuent à fleurir comme cet adorable petit pavonia qui me gratifie tous les jours de nouvelles fleurs. Mais l’automne est maintenant bien avancé, les chutes de températures peuvent être brutales, les gelées sont à craindre surtout si le temps se dégage.

Abutilon megapotamicum 'Ines', Pépinière Fleurs du Sud, Journées des Plantes de Courson, Domaine de Courson, Courson-Monteloup (Essonne)

Que ce soit une potée ou une jardinière de géranium (Pelargonium), de fuchsia, de datura, d’abutilon ou toute autre plante vivace frileuse utilisée pour le fleurissement d’été, chaque jour qui passe rend leur destinée de plus en plus hasardeuse et périlleuse quand on les laisse dehors. Même si les températures sont encore trop clémentes pour couvrir complètement ces végétaux, il est plus prudent quand même soit de les rentrer dans une serre ou une véranda peu ou pas chauffées, soit d’installer des protections autour des potées, sans enfermer les rameaux pour l’instant. Mais à la moindre alerte, dès qu’une baisse des températures nous est annoncée, il est conseillé de couvrir les plantes au coucher du soleil pour les protéger des courants d’air froid pendant la nuit. Et plutôt que de les laisser sur le rebord du balcon, il est préférable de descendre les potées près des murs de l’appartement.

Pour les retardataires qui n’ont pas encore fait provision de voile d’hivernage ou autre système de protection hivernale, pensez-y, une gelée est vite arrivée.

nov 222011
 

Question reçue dimanche dernier par l’intermédiaire de mon blog Paris côte jardin : « J’ai planté au printemps 2 pieds de gauras. Ils ont bien fleuri et fleurissent encore. Je voudrais savoir ce que je dois faire pour leur faire passer au mieux l’hiver. J’habite à côté de Clermont-Ferrand dans la Limagne. Ils sont plantés au nord, mais abrités par la maison et une haie de thuyas. »

Potée d'Aster x frikartii 'Wunder von Stäffa' et Gaura 'Karalee White' sur mon balcon

L’automne étant déjà bien avancé et les coups de froid de plus en plus fréquents, je vais donc répondre sans plus tarder à cette question.

Les gauras sont des plantes vivaces à croissance rapide et floraison très généreuse qui résistent en principe sans problème aux hivers des régions françaises à climat doux, qu’ils soient cultivés en pot ou en pleine terre. Ailleurs, il faut impérativement les installer dans un sol très bien drainé, qui ne garde pas l’eau stagnante pendant la mauvaise saison. Une exposition ensoleillée est recommandée.

J’en conserve un pied depuis plusieurs années dans un gros pot, sans protection particulière avec seulement le soleil du matin. Mais dans la capitale, beaucoup de plantes exotiques arrivent à subsister alors qu’elles périssent en lointaine banlieue. L’hiver dernier les températures sont quand même tombées à -8 °C pendant plusieurs journées. Aucun problème, les tiges et le feuillage grillent et se dessèchent, mais la plante redémarre au printemps dès que le redoux s’installe. Preuve en photo prise l’été dernier, mon gaura était en pleine forme.

Dans les régions plus froides, une protection est recommandée, mais elle ne doit pas faire pourrir la souche de cette plante vivace souvent plus sensible à l’humidité hivernale qu’au froid. Il faut couvrir le sol tout autour de la base de la plante pour protéger les racines avec un paillis sec assez épais (feuilles mortes, paille, paillettes de lin ou de chanvre) et couvrir la plante elle-même  sans tasser au coeur de la touffe. La pause d’un voile d’hivernage en non tissé peut renforcer la protection, mais surtout pas de plastique à bulles qui garde l’humidité et provoque un effet de serre en-dessous, avec de fortes températures quand le soleil brille dans la journée qui chutent de façon importante la nuit, soumettant la plante à des écarts néfastes.

À priori l’exposition au nord est plus froide que toutes les autres, mais il est trop tard pour déplacer les plantes maintenant. Dans les régions froides, les gauras se mettent en place au printemps quand la terre s’est bien réchauffée. La haie de thuyas devrait contribuer à assécher le sol sur plusieurs mètres autour des arbres, c’est plutôt bien. Et elle devrait effectivement atténuer les courants d’air froids. Comme elle peut aussi retenir les masses d’air froid et provoquer un lac d’air glacé dans le cas d’un terrain en pente avec une haie en contrebas. Si ce n’est pas le cas, je tenterais une double protection, matelas de paillettes par exemple et voile d’hivernage.

Quelqu’un a-t-il une expérience de la culture des gauras en climat rude ?

nov 252010
 

Le froid s’installe en ce milieu de semaine sur l’Ile-de-France. Les températures vont baisser pour la fin de semaine. L’air très froid présent sur la Scandinavie sera de plus en plus présent au fil des jours. Aujourd’hui jeudi et demain vendredi, il ne devrait pas faire plus de 2 à 3°C au maximum. Des valeurs très inférieures aux normales de saison. La nuit, le gel sera plus intense et comme le vent de nord continuera de souffler assez fort, le froid sera rendu très vif et désagréable. Ce week-end, le dégel deviendra difficile en Ile-de-France.

Avec la descente d’une dépression du Benelux vers le centre de la France, les premières chutes de neige significatives de la saison sont attendues sur le bassin parisien à partir d’aujourd’hui. Il s’agira dans un premier temps de pluies évoluant vers des chutes de neige en milieu de matinée. Elles ne tiendront toutefois pas au sol en raison de températures positives.

Vendredi, le temps se refroidira encore et l’on attend quelques faibles averses de neige dans la capitale. La tenue au sol restera difficile en raison des éclaircies. Le dernier épisode de neige précoce en Ile-de-France date de novembre 2008.

Ensuite, le week-end restera froid et perturbé, mais une incertitude persiste sur la présence de chutes de neige sur la capitale. La situation reste à confirmer. Le risque neigeux sera plus marqué à partir de dimanche. (Source : La Chaine Météo)

Les prévisions en direct sur les sites :
Météo-Paris
La Chaine Météo
Météo-France

Le saviez-vous ?
Du 26 au 31 octobre 1869, il a neigé tous les jours, avec, en fin d’épisode, une couche de neige de quelques centimètres.
En 1966, c’est le 3 novembre qu’un tapis blanc précoce recouvre la France, de la région parisienne au Poitou.
Pour la quantité de neige, Paris a connu pire ! En décembre 1879, le mois le plus froid jamais observé à égalité avec décembre 1788, les rues étaient encombrées d’une épaisseur de 30 à 40 cm. Cette neige était jetée sur la Seine gelée et s’accumulait pour former d’énormes blocs de glace. Ce qui aboutit à la fameuse et terrible débâcle début janvier, peinte par Monet. (Source Météo-France)

Allez, on sort ses protections hivernales, on vide les soucoupes remplies d’eau, on camoufle les pots et les jardinières après les avoir isolés du sol avec une plaque de polystyrène, on enveloppe les rameaux des frileuses de plusieurs couches de voile d’hivernage, on rapproche les plantes les moins rustiques des murs de l’appartement ou de la maison. Cette fois-ci l’hiver arrive !