mai 042013
 

Racines aériennes d'un Phalaenopsis, Orchidacées, Paris 18e (75)

Depuis plus de deux ans maintenant, je cultive une belle potée de Phalaenopsis à fleurons blancs dans mon bureau à la rédaction. La plante installée derrière une grande baie vitrée prospère, ne cesse de fleurir et émet des racines aériennes qui ont pris des proportions surprenantes. Presque inquiétantes !

Racines aériennes d'un Phalaenopsis, Orchidacées, Paris 18e (75)

Et ces grandes racines aériennes continuent à pousser, le pot étant bien trop petit pour les contenir. Il faudrait que je rempote cette orchidée, mais depuis que je l’ai, elle n’a pas cessé de fleurir et elle porte encore une grande hampe florale avec de nombreux fleurons d’un beau blanc.

fév 132013
 

Au pays des racines (SNHF)

Depuis 2008, la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF) organise des journées de conférences et d’échanges auprès d’un large public – professionnels, amateurs et jardiniers de demain – afin de diffuser les connaissances scientifiques et les expériences de jardiniers. Cette journée fait partie d’une série de trois qui permettent de vulgariser le colloque « Alliances au pays des racines » qui s’est tenu à Paris le 25 mai 2012.

Les racines de la quasi-totalité des plantes terrestres (arbres et arbustes des forêts et des espaces verts ornementaux, plantes et fleurs de grande culture ou des jardins, herbes des prairies…) cohabitent avec des micro-organismes spécialisés, comme des champignons, des bactéries, des nématodes, des macro-organismes tels que les carabes ou les vers de terre, dans un environnement naturel ou anthropisé.

Ces associations sont souvent méconnues et leurs intérêts pratiques sous-estimés, même chez les agronomes, les professionnels de l’horticulture et du maraîchage, les aménageurs des espaces les forestiers ou encore les acteurs de l’enseignement. Ce sont des relations souvent mutualistes, des interactions intimes et durables, qui ne se limitent pas toujours aux symbioses, mais qui convergent toujours vers des bénéfices réciproques. « Au pays des racines », la rhizosphère est une région du sol formée par les racines et les micro/macro-organismes associés et constitue un lieu d’échanges biogéochimiques intenses entre les végétaux et les sols.

Continue reading »

mai 212012
 

Colloque scientifique : Alliance au pays des racines

La Société Nationale d’Horticulture de France avec le soutien de FranceAgrimer et Val’hor organise son 14ème colloque scientifique le vendredi 25 mai 2012 sur le thème : Alliance au pays des racines.

Les racines de la quasi-totalité des plantes terrestres, arbres des forêts, herbes des prairies, fleurs des jardins ou plantes de grande culture, cohabitent avec des microorganismes spécialisés, champignons ou bactéries. Ces associations sont souvent méconnues et leur importance pratique sous-estimée, même chez les agronomes, horticulteurs et forestiers.

Ce sont des symbioses mutualistes, c’est-à-dire des associations obligatoires, intimes, durables et à bénéfices réciproques. Sous la forme de nodosités ou de mycorhizes, ces racines hébergent des microorganismes et sont le siège des échanges entre les deux partenaires : la plante alimente le champignon ou la bactérie en carbone provenant de la photosynthèse réalisée au niveau de ses feuilles et, en contrepartie, le champignon aide la plante à absorber l’eau, l’azote, le phosphore et les autres éléments nutritifs du sol, la bactérie permettant elle un accès à l’azote atmosphérique.

Les huit communications proposées lors du colloque scientifique 2012 de la SNHF le 25 mai 2012 à Paris explorent différentes facettes de ces symbioses, soulignent leur rôle central dans l’écologie et l’évolution des plantes. Les intervenants font partie des meilleurs chercheurs français dans le domaine. En traitant chacun d’un aspect pointu du sujet, ils nous permettront de faire le point des connaissances actuelles et de leurs applications. Continue reading »

mai 272008
 

L’espace EDF Electra (Paris 7ème) accueille l’exposition « Les Racines ont des Feuilles » jusqu’au 28 septembre.
Pascal Cribier, architecte-paysagiste, homme de plantes et de climats, propose une exposition « dedans-dehors » à visiter avec ses cinq sens, un itinéraire-découverte dans ses créations. Observateur privilégié du vivant, il propose des pistes scientifiques pour un jardin de demain en nous invitant à découvrir sa face cachée.
« Chaque lieu peut devenir le plus bel endroit du monde. »
Dans l’exposition présentée sur trois niveaux, le visiteur, amateur, néophyte, ou jeune public, plonge pour la première fois dans le fonds photographique de Pascal Cribier ; une immersion qui raconte ses nombreuses réalisations et qui contraste avec une installation spectaculaire d’éléments naturels, respectueuse des conditions climatiques de l’espace. Il y est question de forêts, de racines, de terre, de substrats, de pollution, d’échecs et de succès, de champignons, de « micros » jardins présentés in situ, du « son des arbres qui poussent » … Du visible et de l’invisible, d’hybrides et de cultivars, de la nuit et du jour, de plaisir et de passion, de l’accessoire et peut-être de l’essentiel.

Entrée libre
Ouvert tous les jours de 12h à 19h sauf lundi et jours fériés
Visites guidées sur réservation Espace EDF Electra – 6, rue Récamier 75007 Paris
Métro : Sèvres-Babylone Bus : 84, 87, 63, 70,39
Tél. : 01 53 63 23 45

Trois conférences gratuites sont organisées autour de l’exposition les 27, 28 et 29 mai à 18h.
– > Réservations au téléphone : 01 53 63 23 46.

27 mai :
La Réserve naturelle régionale du Marais de Larchant : un sanctuaire d’intérêt écologique majeur.
Avec : Sybille Friedel, gestionnaire de la réserve naturelle du Marais de Larchant, Philippe Bruneau de Miré, entomologiste, Jean-François Asmodé, directeur de L’Office de Génie Ecologique.

28 mai :
L’eau, les végétaux et le feu dans le Montana (USA)
François Macquart-Moulin, botaniste, biologiste et naturaliste,
William Kriegel, Haras de la Cense.

29 mai :
Des feuilles souterraines ?
Francis Hallé, botaniste et biologiste,
Patrick Bouchain, architecte.