juil 032012
 

Aster x frikartii '€˜Wunder von Stäfa'€™ sur mon balcon, en début d'été. Paris 19e (75). 30 juin 2011

Il y a un an à la même époque, mon balcon était foisonnant et fleuri. Cette année, c’est l’horreur ! Avec les travaux de ravalement qui ont débuté début avril et n’en finissent toujours pas… de ne pas finir, les plantes que je dois mettre pendant la semaine à l’abri à longueur de journée périclitent de plus en plus. Et pour cause, ce ne sont pas des plantes d’intérieur.

Curieusement, certaines plantes résistent très bien (enfin pour l’instant). C’est le cas notamment d’un gros pied d’hosta plantain (Hosta plantaginea ‘Grandiflora’) qui ne bouge pas, toujours aussi volumineux et vigoureux. Il en est de même pour la potée de corète du Japon (Kerria japonica ‘Pleniflora’) et le pied de sarcococca qui supportent vraiment bien leur condition provisoire (mais qui dure !) de plantes d’intérieur. Les liriopes tiennent bien le coup aussi, quelle que soit la variété, panachée ou non. Mon abutilon ‘Ines’, mon pavonia ‘Miski’ et l’hibiscus trouvés lors des dernières Journées des Plantes de Courson supportent relativement bien l’épreuve qui n’en finit pas. Mon beau pétunia au coloris si chaud et inhabituel survit, mais au fil des semaines, les fleurs puis les boutons ont disparu et l’aspect est de moins en moins reluisant.

Par contre le piéris, les vergerettes (Erigeron karvinskianus), tous les asters d’été et le petit fraisier des bois pourtant si vigoureux, tous ont dépéri à vue d’oeil en deux semaines à peine, malgré le retour au grand air chaque week-end.

Les travaux devaient durer trois mois, avec le mois de retard pris dès le début plus quelques erreurs flagrantes (peintures faites avant la réfection du toit et bonnes à refaire ensuite), ils ont l’air parti pour au moins quatre dans le meilleur des cas. Comme je ne peux pas déplacer les grosses jardinières (chacune 80 cm de longueur quand même) que j’ai du rentrer dans ma salle à manger depuis la fin avril, chaque jour supplémentaire met en péril un peu plus la vie des plantes qui y sont installées. Manque d’air, de lumière et d’arrosage mais dans une moindre mesure… Bref, la cata ! Continue reading »

avr 092012
 

Échafaudage le long de mon balcon

Bon, je pourrais vous dire que je souhaitais agrandir mon balcon pour me faire une immense terrasse suspendue au-dessus de la rue… Mais la réalité est plus terrible que cela, les travaux de ravalement de mon immeuble ont commencé la semaine dernière. Et l’échafaudage monte jusqu’à la toiture qui doit aussi être rénovée…

Donc c’est plutôt Waterloo sur le balcon… Solutions de replis, restrictions côté plantes, plus de nouvelles plantations tant que les travaux ne sont pas terminés. C’est-à-dire dans trois mois ! Va y avoir des coupes franches pour faciliter les travaux le plus possible… Pour les plantes d’intérieur, cela ne va guère être mieux, car la dose de lumière va considérablement baisser pendant quelques semaines. Sic !