juin 102013
 

Affiche des 5e Botaniques de Chèvreloup

Les 15 et 16 juin prochains, c’est la fête à l’Arboretum de Chèvreloup, la fête des plantes et de la diversité végétale qui devrait réjouir les jardiniers amateurs. La biodiversité est à portée de main (verte) et elle va envahir le jardin, la terrasse, le balcon, la maison. L’ASPECO, ASsociation des PÉpiniéristes COllectionneurs, est de nouveau le partenaire du Muséum national d’Histoire naturelle pour ces 5èmes Botaniques.

L’Association a réuni 40 pépiniéristes et producteurs qui proposent plus de 4000 espèces de plantes, grimpantes, à parfum, vivaces, d’ombre, de terrain arides, succulentes, grasses, aquatiques, mellifères, de rocailles, à caudex, rares… des arbres, des arbustes, des rosiers, des graminées, des bambous, des légumes anciens, des graines… Quelques soient vos envies, vos besoins cette grande diversité affolera votre « sens jardinier ». Vous pourrez admirer, regarder, questionner, échanger et aussi acheter.

Sur ce site unique, le partenariat entre le Muséum et l’Association des pépiniéristes collectionneurs permet à des producteurs éloignés de l’île de France de vendre exclusivement sur ce site des
collections tout à fait remarquables. Celles des pépinières Bertetto (34) et leurs collections de jasmins et autres grimpantes. Les pépinières des lacs des Joncs (24) avec plus de 120 taxons d’hémérocalle ! Vincent Cerutti de l’Esterel, qui propose cactus et plantes aquatiques, dont des nymphéas et autres lotus en exclusivités. Grainesandco (64), avec une très large collection d’Hoyas , d’Adenium et possédant une pédagogie très adaptée au jeune public. Les Jardins de Taurignan (24) feront leur première sortie en région parisienne, ils proposeront une gamme complète de plantes vivaces avec des collections thématiques approfondies… Des fougères comme s’il en pleuvait avec cette excellente pépinière vendéenne, Jardin d’écoute s’il pleut (85)… Les amateurs de plantes trouveront absolument de tout pour leur jardin, leur intérieur, et autres balcons et terrasses. Des plantes, bien sûr mais aussi des livres, des outils originaux pour les jardins bio, des artistes du monde végétal… Toutes les plantes présentées sont cultivées dans le respect de leur nature et dans le respect de la Nature ! C’est le « cahier des charges » des membres de l’ASPECO qui exposent à Chèvreloup. Ils seront heureux de vous expliquer les bonnes pratiques du jardinage durable et biologique.

Vous pourrez profiter de la présence des associations (SNHF, SCA, SHY, ARBRES, JBF, AFCPO) qui promeuvent une approche « écologique » des plantes, de l’horticulture, de la nature, du jardin et du rucher. Leur adhérents, toujours motivés, sauront vous faire partager leur enthousiasme pour les domaines de chacune d’entre elles.

Profitez de cette visite pour passer un « moment piquant » dans l’exposition « cactées et succulentes », au pavillon d’accueil, où 250 espèces de plantes des zones arides d’Amérique, d’Afrique et de Madagascar sont sorties des serres de Chèvreloup, inaccessibles au public, et posées en majesté dans des décors évoquant leurs milieux de vie.

Découvrez ou redécouvrez l’Arboretum de Chèvreloup, ses 200 hectares ouverts boisés de 2500 espèces d’arbres de tous les continents, une diversité exceptionnelle aussi !

Infos pratiques
Ouverture au public de 10h à 19h00 (fermeture des caisses à 18h00).
Tarifs : 7 € et 5 € en tarif réduit.
Parking et restauration possibles sur le site.

À 30 min de Paris
Accès : 30 route de Versailles, 78 150 Rocquencourt.
En voiture depuis Paris, A 13, sortir à Versailles; en transports en commun, à partir des 3 gares de Versailles, bus B ou H jusqu’à la station « centre commercial Parly 2″.
Plus d’informations sur la page Facebook et le site Internet de l’Arboretum de Chèvreloup, et sur le site de l’ASPECO.

mai 302013
 
Cactus, photo © tropper2000 - Fotolia.com

Partie intégrante du Muséum national d’Histoire naturelle, l’Arboretum de Chèvreloup regroupe d’importantes collections végétales vivantes sur 205 hectares de nature au cœur de la plaine de Versailles. Plantés de 2500 espèces d’arbres, ce musée de l’arbre vivant renferme aussi des serres de collection qui abritent 8 000 plantes réparties en 5 000 espèces tropicales. Ces serres de conservation et de recherche ne sont pas accessibles au public. C’est pourquoi le Muséum a souhaité que tous les printemps, une fenêtre soit ouverte aux visiteurs sur ces fabuleuses collections végétales par une présentation dans le pavillon d’accueil. Pour commencer ces saisons régulières d’exposition, en voilà une qui ne manque pas de piquant car consacrée aux cactus et plus largement aux plantes succulentes.
Succulentes, mais à déguster avec les yeux
Succulentes car aux feuilles et tiges charnues gorgées d’eau sucrée, de suc. Ce sont 250 espèces qui seront mises en scène dans un décor minéral de sables et graviers colorés évoquant les zones arides d’Amérique, d’Afrique et de Madagascar. De belles photographies de paysages viendront renforcer le dépaysement. Remarquables américaines, cactacées, agaves, yucca ou rhipsalis, affriolantes africaines du sud à la diversité fabuleuse, avec 100 espèces, stupéfiantes malgaches (50 espèces) aux plantes endémiques et enfin les rares végétaux sahariens dont le palmier dattier. C’est un aperçu très varié des collections de plantes succulentes du Muséum national d’Histoire naturelle riches de 4200 plantes réparties en 2600 espèces dont l’essentiel aux serres de Chèvreloup. Ces plantes sont pour 1650 d’entre elles menacées et protégées. Menacées car les milieux où elles vivent sont agressés et très fragiles (désertification, exploitation minière, pollution, surpâturage…), et qu’elles sont l’objet de récoltes frauduleuses pour des collectionneurs peu scrupuleux.
Des plantes de l’extrême
Avec moins de 15 cm de pluie par an et des écarts journaliers de température de 50°C, les zones arides du globe (30% des surfaces terrestres), ne sont pas le paradis des végétaux. Et pourtant 10 000 espèces de 80 familles différentes ont trouvé des techniques d’adaptation à ces conditions extrêmes. Les plantes ont de l’imagination : racines profondes ou très étendues capteuses d’eau, réserves d’eau, succulence, cuticules cireuses imperméables, formes compactes, absence de feuilles, épines, floraison nocturne, pousse entre les cailloux, tout est bon pour minimiser l’évaporation de l’eau et le contact avec une atmosphère brûlante. Et avec quelle formidable diversité de forme, de taille, de couleur, d’aspect… – lisse, cireux, piquant, très piquant, chevelu, poilu, boule, raquette, rosette, long doigt, bouteille, oreilles… –
Les visiteurs pourront profiter de la visite de l’exposition pour se perdre dans les 50 hectares de l’Arboretum ouverts au public.
Infos pratiques
Exposition à l’Arboretum de Chèvreloup du 1 juin au 21 octobre 2013
Ouverte avec l’arboretum les lundis, mercredis, samedis, dimanches et jours fériés de 10h à 18h (fermeture des caisses à 17h).
Tarifs : accès à l’arboretum sans suppléments, 4 et 2 euros (sauf les 15 et 16 juin lors des Botaniques de Chèvreloup, 7 et 5 euros).
Accès : 30 route de Versailles, 78 150 Rocquencourt.
En voiture depuis Paris, A 13, sortir à Versailles; en transports en commun, à partir des 3 gares de Versailles, bus B ou H jusqu’à la station « centre commercial Parly 2″.
Les actualités de l’Arboretum de Chèvreloup sur : www.facebook.com/chevreloup et le site : www.mnhn.fr/chevreloup
sept 212011
 

Cèdre à encens (Calocedrus decurrens), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)

Et oui, il y a des cèdres à encens (Calocedrus decurrens) en région parisienne ! C’est une des nombreuses surprises que l’on peut rencontrer en parcourant l’immense Arboretum de Chèvreloup à Rocquencourt (Yvelines).

Écorce d'un cèdre à encens (Calocedrus decurrens), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)

L’écorce a une couleur brun-rouge. Elle est fibreuse, épaisse et ressemble à celle du séquoia géant. Le sujet photographié dans l’Arboretum de Chèvreloup avait une couleur inattendue, brun rouge et vert fluo. Mousse, lichen ou algues ? Quel que soit le végétal qui envahit et recouvre l’écorce, le résultat est très beau.

Continue reading »

sept 202011
 

Le cormier a un port érigé avec un feuillage léger, son bois présente une grande valeur et ses fruits étaient appréciés autrefois. Des fruits en forme de petites poires vertes puis jaunes de plus en plus teintées de rouge, brunes et blettes après les premières gelées.

Cormier (Sorbus domestica) dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)
Cormes sur un cormier (Sorbus domestica) dans l'Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)
Les fruits sont riches en tanin. Ils étaient utilisés pour clarifier le vin et le moût de pomme, pour rehausser l’arôme et améliorer la conservation, et pour distiller une eau-de-vie. On faisaient aussi des confitures et de la farine avec les cormes qui se sèchent aussi très bien. Continue reading »

sept 192011
 

Fruits rouge d'if (Taxus baccata), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)

Les pieds d’ifs (Taxus baccata) chargés de fruits rouge vif perdent leur aspect austère parfois vraiment sinistre. J’ai croisé quelques sujets particulièrement colorés dans l’Arboretum de Chèvreloup (Rocquencourt, 78), qui donnent une autre vision de ces conifères qui méritent une plus large place dans nos jardins.

Fruits rouge d'if (Taxus baccata), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines)Fruits rouge d'if (Taxus baccata), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines) Continue reading »

sept 182011
 

Pin maritime (Pinus pinaster), Arboretum de Chèvreloup (MNHN) à Rocquencourt (Yvelines), 9 septembre 2011, photo Alain Delavie

Le pin maritime (Pinus pinaster) est le pin typique des Landes depuis le reboisement effectué au XIXe siècle. Il se rencontre dans le Sud de la France et très occasionnellement plus au Nord.

Le pin maritime est un résineux au fût flexueux qui peut dépasser 20 m de hauteur avec une cime étalée et peu compacte.
Son écorce, très épaisse et profondément crevassée est brun rouge violacé.
Les aiguilles, groupées par deux, sont vert foncé et très longues (environ 10 à 20 cm).
La floraison a lieu en avril mai. Les fruits sont des cônes très gros (environ 10 à 18 cm de longueur).

Le pin maritime est une essence de pleine lumière qui demande une légère humidité de l’air et une pluviométrie d’au moins 600 mm/an. Il supporte la sécheresse estivale, mais il est sensible au froid au dessous de -15 °C.

Cette espèce pousse sur des sols profonds, même acides et pauvres, voire hydromorphes. Par contre, il ne tolère pas le calcaire. Son enracinement est d’abord plongeant, puis devient traçant avec l’âge.