mai 232013
 

Zoom sur un rouge-gorge perché sur une branche, photo © scooperdigital - Fotolia.com

Les 25 et 26 mai prochains, la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle invitent petits et grands à se rendre au jardin pour y compter les oiseaux durant une heure.

Lancé cette année sur 2 jours, ce comptage est réalisé dans le cadre de l’Observatoire des oiseaux des jardins. Annuel et simple à réaliser, il fait suite au comptage du même type déjà réalisé en janvier et qui a mobilisé près de 3 000 personnes et permis de dénombrer plus de 129 000 oiseaux. Ce nouveau comptage permettra d’évaluer la richesse écologique des jardins et d’effectuer un suivi des populations d’oiseaux communs des jardins.

Pour participer, c’est très simple !
3 étapes clés :

  • Choisir son jour d’observation et son jardin (privé, public, même un balcon),
  • Observer et noter durant 1 heure tous les oiseaux du jardin,
  • Faire parvenir ses observations aux scientifiques via l’enregistrement de son jardin sur le site de l’Observatoire des oiseaux des jardins.

Le protocole détaillé du comptage est disponible sur le site de l’Observatoire. Des explications et une fiche d’aide au comptage y sont à la disposition des participants.

Des données disponibles depuis presque 10 ans.
C’est l’Observatoire des oiseaux des jardins, un programme national de sciences participatives du réseau Vigie-Nature, qui organise ce comptage. Il fait suite à l’enquête patrimoniale des refuges LPO lancée en 2004. Sur le même principe, cette enquête biennale incitait chaque propriétaire de Refuge LPO à participer à la mise en place et au développement d’un observatoire de la biodiversité des jardins. C’est maintenant chose faite avec la création depuis mars 2012 de l’Observatoire des oiseaux des jardins. Ainsi, le comptage de mai, cette année ouvert à tous, bénéficiera de l’expérience et des données déjà récoltées depuis 2004. Cela permettra d’établir des tendances de population de ces oiseaux dits « communs » sur près de 10 ans.

Rendez-vous est donné au jardin les 25 et 26 mai prochains !

avr 052013
 

Conférence Main Verte Sciences participatives 6 avril 2013

Rendez-vous à la Maison de Jardinage dans le Parc de Bercy (Paris 12e) pour écouter Véronique Brondeau qui vous expliquera pourquoi et comment participer à l’Observatoire de la Biodiversité des Jardins, un programme de sciences participatives développé par Noé Conservation et le Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris dans le cadre du programme Vigie Nature.

Entrée gratuite.Inscription par téléphone au 01 53 46 19 19 ou par courriel à main.verte@paris.fr et sur place, mais dans la limite des places disponibles.

Maison de Jardinage41, rue Paul Belmondo,
75012 Paris.
Métro : ligne 6 et 14, station Bercy; ligne 14, station Cour Saint-Émilion.

avr 032013
 

Chardon en graines, mauvaise herbe, Cap 18, Paris 18e (75)

À l’arrivée du printemps, Vigie-Nature invite petits et grands, naturalistes débutants comme chevronnés, à participer à un programme national de recherche sur la biodiversité. C’est aussi l’occasion de revenir sur les derniers résultats scientifiques du programme et de présenter un nouvel observatoire dédié au littoral.

Le programme de sciences participatives Vigie-Nature, fondé par le Muséum national d’Histoire naturelle il y a plus de 20 ans et animé par des associations, offre aux citoyens une immersion au cœur de la recherche sur la biodiversité. À travers 15 observatoires, dont sept destinés au grand public, chaque citoyen volontaire devient un acteur des travaux scientifiques en cours sur la biodiversité en France. Tout le monde peut participer à Vigie-Nature et chaque observation compte !

www.vigienature.fr

Les nouveaux résultats scientifiques
Devenir un observateur Vigie-Nature, c’est rejoindre un réseau de citoyens qui réalise au quotidien une veille sur l’état de santé de la biodiversité en France. De l’évaluation du réseau européen d’espaces naturels Natura 2000 aux adaptations des plantes sauvages des villes, en passant par les effets des produits phytosanitaires sur les papillons et les bourdons du jardin, chaque donnée récoltée selon un protocole standardisé sur le terrain par ces citoyens, vigies de la Nature, vient construire pas-à-pas le socle commun des connaissances sur la biodiversité.
Plus globalement, le dynamisme de Vigie-Nature dans l’actualité de la communauté scientifique est flagrant : plus de 60 articles ont été publiés dans des revues scientifiques internationales et huit thèses de doctorat ont été soutenues depuis la création du programme.

BioLit, l’observatoire du littoral, rejoint Vigie-Nature en 2013
La biodiversité marine est mise cette année à l’honneur avec BioLit, l’observatoire du littoral fondé par l’association Planète mer. Petits et grands sont invités à observer, photographier et identifier algues et coquillages : ou comment joindre l’utile à l’agréable sur les plages cet été.

Une communauté d’acteurs
Cette aventure commune est rendue possible grâce à un partenariat original entre scientifiques, animateurs et citoyens. Barbara Mai, observatrice du SPIPOLL (Suivi Photographique des Insectes POLLinisateurs), Jérémy Salinier, animateur de l’observatoire Sauvages de ma rue au sein de l’association Tela Botanica, Vincent Devictor, chercheur au CNRS, Anthony Virondeau, Pascal Boulesteix et Stéphane Morelon, acteurs du STOC (Suivi Temporel des Oiseaux Communs) en Limousin… : chacun d’entre eux contribuent, à leur échelle, à l’avancée de la recherche sur la biodiversité.

Des relais locaux
Pour suivre la biodiversité dans toute la France, Vigie-Nature s’appuie sur un réseau de structures locales porteuses.
Ainsi, depuis 2012 et à son initiative, le Conservatoire d’espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais est devenu le premier relais local à recruter une animatrice dédiée. Les habitants du Nord-Pas- de-Calais peuvent désormais s’appuyer sur Claire Blet Charaudeau pour découvrir Vigie-Nature. En parallèle, de nombreuses régions, collectivités, associations de protection du patrimoine naturel régional, muséums…. relaient et mettent en oeuvre localement des observatoires Vigie-Nature auprès des citoyens.

Continue reading »

jan 232013
 

Site Les Herbonautes

Suite à la numérisation de l’Herbier du Muséum national d’Histoire naturelle et dans le cadre du programme E-ReColNat, le premier site de sciences participatives consacré aux collections d’herbiers vient d’ouvrir ! Rendez-vous sur lesherbonautes.mnhn.fr

Quel est l’objectif ?
Le site « Les herbonautes » propose au grand public de contribuer à la création d’une base de données scientifique à partir des millions de photos des plantes de l’Herbier national situé au Muséum national d’Histoire naturelle à Paris. Avec l’aide des internautes, le site souhaite faire d’une banque d’images une base de données accessible à tous.

Quel est le principe ?
Le site « Les herbonautes » propose des « missions ».
Chacune d’entre elles comporte entre 250 et 2500 images de spécimens qui répondent à une question scientifique. L’internaute choisit au hasard une image qu’il devra identifier et renseigner. Il explore alors l’image de la plante et son étiquette et détermine où et par quels botanistes elle a été récoltée.
Afin de valider les données, chacune de ces images sera proposée plusieurs fois sur le site. En cas de contradiction, un forum permet aux participants de discuter et de choisir la donnée la plus pertinente. À l’issue de la mission, un compte-rendu est diffusé sur le site et les informations sont incorporées à la base de données Sonnerat (base du réseau des herbiers de France), et va alimenter celles de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (http://inpn.mnhn.fr), ainsi que les grandes bases internationales sur la biodiversité (GBIF). L’animation des communautés d’herbonautes se fait en collaboration avec l’association Tela Botanica.

Le saviez-vous ? Rien qu’à l’Herbier national, plus de 6 millions de photos sont disponibles. Ce nombre doublera en incluant les autres herbiers de France. Une seule personne mettrait 500 ans pour informatiser la totalité. Continue reading »

juil 142012
 

Lors de vos ballades et randonnées estivales, joignez l’utile à l’agréable en participant à une enquête scientifique !

« 50 000 observations pour la forêt » est une opération menée par l’association Noé Conservation, le Muséum national d’Histoire naturelle et Natureparif, dans le cadre du programme de sciences participatives du Muséum : Vigie‐Nature.

L’objectif
Cette enquête vise à d’aider les scientifiques à mieux comprendre l’impact des activités humaines sur la biodiversité des forêts, à travers l’observation de 4 groupes d’espèces : les papillons de jour, les coléoptères, les gastéropodes, ainsi que les vertébrés. Au total 24 animaux différents sont à identifier.

Cartes postales Île-de-France

Les promeneurs sont invités à relever le défi en rejoignant la communauté des observateurs pour faire avancer la science ! Pour cela il vous suffit de noter les espèces que vous croiserez en balade : c’est facile, non contraignant et vous apprendrez à mieux connaître les petits animaux qui peuplent les forêts.

Cartes postales Île-de-France

Le principe
C’est simple, pas besoin d’être spécialiste : au cours de balades en forêt, il suffit de repérer ces espèces et entrer les données sur le site Internet de l’enquête : www.biodiversite‐foret.fr

juin 092012
 

Vigie-Nature avait déjà un site Internet. Le programme de sciences participatives du Muséum national d’Histoire naturelle se dote maintenant d’un blog et d’une page facebook !

Capture d’écran de la page d'accueil du blog Vigie Nature

Fenêtre ouverte sur la biodiversité et les sciences participatives, le blog a pour objectif de faire découvrir ou redécouvrir la diversité des observatoires de la biodiversité que propose Vigie-Nature : leurs actualités, les animations, les évènements partenaires…

Le blog Vigie-Nature, c’est aussi toute une série de sujets réunissant actualité scientifique, témoignages de participants, entretiens avec des chercheurs, présentation de projets innovants en matière d’écologie.

Le blog Vigie-Nature s’adresse à toutes celles et tous ceux qui sont intéressés par la nature, l’écologie, la protection de l’environnement et, en premier lieu, aux participants des observatoires de Vigie-Nature. Au travers des différents sujets traités, les informations publiées seront accessibles et pertinentes aussi bien pour les scientifiques en herbe que pour les plus expérimentés.

Et comme il n’y a pas de sciences participatives sans participation, la parole est donnée à la communauté Vigie-Nature sur ces deux nouveaux outils : réactions, commentaires, questions, informations à partager…

Rendez-vous sur le blog et la page facebook pour suivre toute l’actualité de Vigie-Nature grâce à des contenus mis à jour régulièrement par le community manager du programme. Restez connectés !

Pour en savoir plus :
Le site Vigie-Nature : www.vigienature.fr
Le blog Vigie-Nature : www.vigienature.fr/blog
Vigie-Nature, la page facebook