avr 162015
 

Capture d'écran du site Internet de Gallica, collection Les Jardins
Gallica vous propose désormais une nouvelle collection sur les jardins accessible dans la rubrique « Découvrir : livres » avec une sélection de documents sur l’art des jardins, les jardins célèbres et l’horticulture.

Le Jardin des Plantes. Intérieur de la serre - Bonne d'enfants - Entrée de la vallée suisse - Jardinier - Gardien - Villageois - Le cygne - Fleurs exotiques - Vue du Palais des singes - Plantes exotiques. N°363 : [estampe], Gallica - BnFAvec les collections de la BnF et de ses partenaires, notamment la Société Nationale d’Horticulture de France, Gallica vous invite à découvrir les plus beaux jardins français, en textes, en plans et en images.

Le potager d'un curieux, A. Pailleux, D. Bois, Gallica - BnF, INRALa rubrique consacrée à l’art des jardins permet de consulter les traités des grands créateurs comme André Mollet ou Édouard André qui ont écrit des textes renommés.

oct 232014
 

Capture d'écran de la page d'accueil du site internet Hortalia
La bibliothèque numérique Hortalia présente les collections numérisées de la bibliothèque de la Société nationale d’horticulture de France.

La bibliothèque de la SNHF est l’un des premiers fonds documentaires horticoles. Ses collections sont composées de plus de 3000 monographies anciennes, particulièrement précieuses pour l’histoire horticole, d’une collection de plus de 1500 périodiques, de catalogues de pépiniéristes – plus de 400 entreprises représentées – et d’un riche fonds iconographique. Afin de préserver et de valoriser ce patrimoine écrit, la SNHF a décidé de numériser son fonds ancien, aidée en cela par ses partenaires et mécènes.

Retrouvez en ligne près de 300 numéros de périodiques, une centaine de monographies anciennes du XVIème siècle au XVIIIème siècle et de nombreuses gravures et photographies.

Logo de la bibliothèque numérique GallicaLes archives de la SNHF accessibles sur Gallica
Les collections numérisées de la bibliothèque numérique Hortalia sont aussi référencées sur Gallica (bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France). Ce référencement devrait offrir une plus grande visibilité aux collections numérisées de la SNHF. Avec pour double objectif la conservation et la valorisation, la bibliothèque avait débuté ses programmes de numérisation dès 2011. Ces programmes concernaient la numérisation de périodiques représentatifs du mouvement horticole français et l’identité de la Société. Par la suite, ce sont des catalogues commerciaux qui avaient été numérisés. En 2012, ce projet de numérisation prenait de l’ampleur avec la signature d’une convention cadre de pôle associé entre la BnF et la SNHF. Grâce à ce partenariat, la SNHF a pu commencer à numériser son fonds de monographies anciennes traitant de botanique, d’horticulture mais aussi de l’histoire et de l’art des jardins. Depuis février 2014, la bibliothèque numérique bénéficie d’une nouvelle interface, plus dynamique, accessible sur www.hortalia.org, et depuis le 9 octobre, vous pouvez découvrir la riche collection de la bibliothèque de la SNHF sur le site de Gallica.

sept 122014
 

Henri Delbard, Officier dans l'Ordre de la Légion d'Honneur, Société nationale d'horticulture de France, Paris 7e (75)
Le mercredi 10 septembre 2014, Henri Delbard, Président de la Société Nationale d’Horticulture de France, a reçu les insignes d’Officier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur par Monsieur le Président Valéry Giscard d’Estaing, en présence de Monsieur Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de l’Agro-Alimentaire et de la Forêt, Porte-Parole du Gouvernement.

J’ai eu l’honneur d’être invité à cette cérémonie de remise des insignes d’Officier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur qui s’est déroulée dans l’auditorium de la Société Nationale d’Horticulture de France (Paris 7e).

La cérémonie se déroule en trois temps :

  • L’éloge du récipiendaire.
    Le discours est prononcé par la personne qui remet l’insigne (le délégué). Il s’agit selon l’usage de rendre hommage au décoré, rappeler son parcours, ses valeurs et ses engagements, les mérites éminents pour lesquels il est distingué. Ce qui fut fait en premier par Stéphane Le Foll et plus longuement par Valéry Giscard d’Estaing qui avait déjà remis les insignes de Chevalier à Henri Delbard de nombreuses années auparavant.
  • La remise de l’insigne.
    La personne qui remet l’insigne prononce la formule suivante fixée par le Code puis donne l’accolade au décoré : « Au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons officier de la Légion d’honneur. »
  • La réponse du décoré.
    C’est pour le décoré le moment d’exprimer ses remerciements devant cette marque prestigieuse de reconnaissance et auprès de tous ceux qui ont compté dans son parcours.
juil 112014
 

Application VigiJardin
Un symptôme ou un dégât est apparu sur vos plantes ? L’application VigiJardin vous permet d’établir rapidement un diagnostic en direct dans votre jardin ou sur votre balcon.

La Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF) s’est associée à l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) pour créer VigiJardin. Cette application permet de retrouver les 70 principaux couples de plantes/bioagresseurs du jardin.

On appelle bioagresseur, tout organisme vivant tel que virus, bactérie, champignon, insecte ou tout autre organisme nuisible, portant atteinte à l’état de santé des plantes. Sur smartphone, tablette et sur le site Internet Jardiner autrement vous accédez à un outil de reconnaissance par l’image comprenant plus de 400 photos pour vous aider à établir un diagnostic directement sur place, dans votre jardin ou sur votre balcon. Cette application s’appuie sur un travail important, réalisé en 2012 sous la forme d’un guide d’observation et de suivi des bioagresseurs au jardin.

Un diagnostic en 3 clics !
Sur Vigijardin le diagnostic est guidé pas à pas, sélectionnez une catégorie de plante du jardin (potager, verger, ornement, plantes invasives) puis l’espèce concernée (carotte, tomate …). Des photos apparaissent, il vous suffit de cliquer sur l’image ressemblant le plus à votre observation.
Chaque fiche VigiJardin comporte des informations sur la biologie des bioagresseurs et sur les symptômes permettant de les reconnaître. Elles sont également liées aux fiches techniques Jardiner Autrement donnant des méthodes de prévention et de contrôle.

Application gratuite
Cette application gratuite est dès à présent téléchargeable sur tous les supports Androïd, (via le Google play Store en recherchant « VigiJardin » : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.inra.VigiJardin&hl=fr_FR ). La compatibilité pour les supports Apple sera disponible prochainement. Retrouvez également l’application sur le site Jardiner Autrement, dans l’onglet « diagnostiquer » : « VigiJardin le diagnostic au jardin ».

Dans le cadre de l’accompagnement à la constitution de réseaux d’épidémiosurveillance en jardin amateur, l’application propose également un espace réservé aux observateurs dans lequel ils peuvent transmettre des observations en direct aux animateurs régionaux.

 

mai 202014
 

Écoutez le monde végétal, il parle ! Si la plante fait parler cellules et organes entre eux tout au long de sa croissance, elle communique aussi vers l’extérieur, sous terre ou dans les airs grâces à ses racines et ses parties aériennes. Elle dispose de récepteurs qui lui permettent de recueillir des informations sur son environnement, de gérer la concurrence avec d’autres plantes sans trop d’effort, de prévenir et aider ses congénères en cas de danger. Le colloque scientifique organisé par la SNHF le 23 mai 2014 fera le point sur la communication chez les plantes et les outils de la communication végétale.

Affiche du colloque scientifique Quand les plantes se parlent (SNHF) Continue reading »

mar 192014
 

Affiche de la conférence "Réduire l’usage en pesticides, pour et avec la biodiversité", Natureparif

Dans le cadre de son cycle de conférences mensuelles, et à l’occasion de la Semaine pour les alternatives aux pesticides, Natureparif vous invite à rencontrer François Chiron, Maître de Conférences, AgroParisTech et Université Paris Sud.

Qui n’a pas rêvé d’une agriculture « verte » sans artifice chimique qui puisse à la fois favoriser la biodiversité mais aussi garantir la production agricole ! L’évolution de l’agriculture peut-elle faire marche arrière en revalorisant les fonctions naturelles des écosystèmes pour remplacer pesticides et engrais ? Cette conférence sera l’occasion de faire le point sur cette question. Elle parlera d’impact de l’agriculture et des pesticides sur la biodiversité, mais surtout de réciprocité et de mutualisme, c’est à dire du rôle mutuel que peuvent et doivent jouer l’agriculture et la biodiversité l’un envers l’autre. Au travers d’exemples précis, vous découvrirez les freins, les échecs et les réussites de la mise en œuvre de cette transition agroécologique.

En introduction, Natureparif présentera les dernières évolutions de la cartographie de l’ »objectif zéro pesticide » en Île-de-France, qui met en lumière l’état des pratiques des collectivités franciliennes sur les espaces dont elles ont la gestion. Cette initiative valorise ainsi celles qui se sont affranchies de pratiques très impactantes pour évoluer vers le « zéro pesticide ». Elle a valeur d’exemple et incite les autres collectivités à adopter cette démarche. Elle permet aussi d’en mesurer l’évolution dans le temps et d’identifier les espaces pour lesquels des efforts d’accompagnements restent à faire.

Jeudi 20 mars 2014 de 18h à 20h
À l’auditorium de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), au 84 rue de Grenelle, 75007 Paris.
Métro : ligne 12, station Rue du Bac.
Entrée gratuite dans la limite des places disponibles.