mar 262013
 

Boutons floraux d'un lilas au début du printemps dans le jardin de la rue de Chatillon, Paris 14e (75)

L’hiver se prolonge et ne veut pas laisser la place au printemps, mais les plantes dans les parcs et jardins montrent de plus en plus de signe du départ de la végétation et profitent du moindre redoux pour pousser davantage. Comme ce lilas parisien aux boutons floraux qui commencent à éclore et s’épanouir alors que le thermomètre amorce une nouvelle chute.

Boutons floraux d'un lilas au début du printemps dans le jardin de la rue de Chatillon, Paris 14e (75)

Continue reading »

mar 112013
 

Lilas forcé à fleurs blanches, Marché aux Fleurs, Île de la Cité, place Louis Lépine, Paris 4e (75)

Surtout quand l’arbuste a été forcé pour fleurir plusieurs semaines avant sa période normale de floraison. Mais sous le soleil radieux qui brillait samedi sur la capitale, l’illusion était parfaite, le promeneur qui déambulait dans le Marché aux Fleurs sur l’Île de la Cité (Paris 4e) pouvait croire que la belle saison était enfin revenue…

Et le réveil dimanche l’a plongé dans une réalité de grisaille, avec le retour non pas du printemps, mais de la fraicheur. Avec gelées et neige annoncées pour cette semaine.
Aux abris, hissez les protections de toutes sortes, rentrez les frileuses, enfilez les doudounes et les gants, l’hiver se réveille !

avr 092012
 

LIlas fleuri dans les Jardins des Champs-Élysées, Paris 8e (75)

Le froid de l’hiver dernier n’a pas duré assez longtemps pour retarder la floraison des lilas parisiens que l’on commence à apercevoir ici et là. Quelques photos de grappes bien parfumées prises dans les Jardins des Champs-Élysées (Paris 8e).

LIlas fleuri dans les Jardins des Champs-Élysées, Paris 8e (75)

Un des petits plaisirs du printemps…
La floraison du lilas est paraît-il le repère pour la plantations des pommes de terre… Pas si sûr, car cette année, les gelées sont encore bien présentes et les nuits restent fraiches pour ce début du printemps. Alors prudence !

avr 222011
 

Quels arbustes aux fleurs parfumées peut-on planter en bordure d’un jardin et le long d’un trottoir pour constituer une petite haie de quelques mètres de longueur ?

« Je suis à la recherche d’un conseil » m’a écrit Pierre Gilbert il y a quelques jours.
« J’ai une haie de 3 à 4 m à installer qui donne sur un trottoir. J’aimerais installer 2 ou 3 plantes à parfums remarquables… Et je sèche !
J’ai déjà Daphne aureomarginata, un petit rhododendron, un gardénia, un edgeworthia et un abélia. J’avais pensé à un petit lilas ou un osmanthus ? »

Passons en revue quelques espèces d’arbustes pas trop envahissants, choisis pour leur floraison bien parfumée :

 

  • Un camélia d’automne (Camelia sasanqua) ? Oui en haie libre dans une région à sol neutre ou acide, surtout pas calcaire. La floraison automnale est délicatement parfumée. Le feuillage vernissé et brillant est persistant.
  • Un laurier rose (Nerium oleander) ? Oui en région à climat doux (cette espèce peu rustique ne supporte pas des températures inférieures à -10 °C). La floraison de certaines variétés (‘Papa Gambetta’ par exemple) est très parfumée. Le feuillage est persistant et la plante supporte très bien des tailles répétées car elle fleurit sur les pousses de l’année. Très bien en bord de mer.
  • Le lilas (Syringa vulgaris) ? Oui pour le parfum puissant et pour une haie libre, mais attention aux drageons qui vont vite quitter la ligne de la haie pour s’aventurer côté jardin et sur le trottoir si le revêtement le permet. La floraison est de plus de très courte durée, deux ou trois semaines environ, guère plus surtout si le printemps est chaud comme cette année. En hiver, le lilas perd son feuillage caduc, la haie ne cache plus grand chose à cette période de l’année.
  • Un osmanthe (Osmanthus x burkwoodii) ? Oui pour une haie libre ou taillée, car le feuillage est persistant, la floraison est très parfumée, avec des effluves de jasmin. Il existe de nombreuses autres espèces et variétés plutôt réservées aux climats doux, sans hiver rigoureux. Très bien en bord de mer.
  • Un oranger du Mexique (Choisya ternata) ? Oui pour une haie libre basse. Son superbe feuillage persistant vert, vernissé et brillant, est toujours impeccable à longueur d’année. Sa floraison printanière blanche est très parfumée. Elle se renouvelle de façon plus éparse au cours de l’été. Cette espèce assez rustique est quand même plutôt réservée aux régions où les hivers ne sont pas trop rigoureux.
  • Un pittospore du Japon (Pittosporum tobira) ? Oui pour une haie libre ou taillée en bord de mer. La floraison printanière évoque la fleur d’oranger. Le feuillage est persistant.
  • Un poncirus (Poncirus trifoliata) ? Oui pour une haie défensive infranchissable. La floraison printanière blanche est très parfumée, avec une senteur suave. Le feuillage est caduc, les rameaux sont très épineux, avec d’immenses épines acérées. Les petits fruits ressemblent à des citrons. Non comestibles, ils sont très décoratifs sur l’arbre pendant la mauvaise saison.
  • Le seringat (Philadelphus) ? Oui pour une haie libre. Le parfum exceptionnel des variétés aux fleurs simples. Mais comme pour le lilas, le feuillage caduc laisse l’arbustre très dénudé pendant l’hiver.

La liste n’est pas exhaustive. On peut ajouter aussi les aubépines, les chimonanthes, les coronilles, les sarcococcas…

fév 062011
 

Mais oui, mais oui, je vous l’assure ! Du vrai lilas, blanc de blanc, sur pied et bien fleuri dans la capitale… Vous ne me croyez pas ? Tant pis, j’ai la preuve en photo, prise hier tout à côté du parc des Buttes-Chaumont (Paris 19e).

Lilas forcé (Syringa vulgaris) en février

Grosse potée de lilas forcé, Paris 19e (75), 5 février 2011, photo Alain Delavie

Il est beau ce lilas blanc avec ses grosses grappes de fleurs parfumées. Ca sent le printemps, non ?

Une potée un tantinet, que dis-je beaucoup forcée, mais c’est ce qui fait son charme à cette époque de l’année. Du lilas frais et odorant en plein hiver, quand il fait gris dehors, c’est tellement surprenant et magique. Les étals des fleuristes nous font rêver et nous aident à mieux supporter l’hiver…

Bon dimanche !