juin 132014
 

Val’hor, l’interprofession française de l’horticulture et du paysage, et l’Unep – les entreprises du paysage, co-organisent la première édition du concours de l’innovation pour les entreprises du paysage.

Concours innovation Entreprises du paysage

Ce concours gratuit encourage toutes les démarches innovantes, qu’elles soient techniques, sociales, environnementales, organisationnelles ou encore commerciales.
Convaincu que l’innovation est au cœur du progrès, et nécessaire pour développer la compétitivité des entreprises sur leurs marchés, le jury de professionnels du paysage sélectionnera sur dossier les initiatives mises en place par les candidats. La clôture des inscriptions est le 15 août 2014.

Le palmarès des primés sera dévoilé fin octobre 2014 à l’occasion du Congrès de l’Unep qui se déroulera à Toulouse (31) et les gagnants verront leur entreprise mise à l’honneur.

Continue reading »

nov 272013
 

Logo UNEP Les entreprises du paysage
Le 14 novembre dernier, l’Unep – les entreprises du paysage a dévoilé les chiffres clés 2013 du secteur. Un chiffre d’affaires en augmentation, des milliers d’emplois créés, un nombre d’actifs qui continue de croître… Rares sont les secteurs économiques qui ont traversé la crise avec une telle résistance. Avec 740 millions de chiffre d’affaires, le secteur du paysage en Île-de-France atteint aujourd’hui un niveau historique, malgré la crise.

Un secteur solide face à une reprise fragile de l’économie
Le secteur du paysage, fort de ses 92 500 actifs dans toute la France, dispose d’atouts solides : en deux ans, le nombre d’entreprises a augmenté de 7% pour atteindre 28 400 structures.
Le chiffre d’affaires a augmenté de 5,5% sur la période, une croissance quasi-miraculeuse dans un contexte de marasme économique pour l’ensemble de l’économie française. L’augmentation s’est également fait sentir, plus modérée, en Île-de-France où le secteur du paysage a atteint 11 700 actifs (+1,3%) et 2 270 entreprises (+3,2%). Le chiffre d’affaires, quant à lui, a connu une croissance de 4,2% par rapport à 2010.

Pascal Bertero, Président de l’Unep Île-de-France – les entreprises du paysage, commente :
« Fait rare en ces temps de crise, le secteur du paysage en Île-de-France a connu une croissance ces deux dernières années. Cette dernière reste toutefois faible par rapport à ce qui a été observé dans le reste de l’Hexagone. »

Les entreprises du paysage en Île-de-France : de jeunes TPE dynamiques… mais fragiles
En Île-de-France, 2 270 entreprises du paysage (8% des entreprises françaises), fortes de 11 700 actifs (12,5% des actifs en France) ont été comptabilisées en 2012.
Ces actifs se répartissent en 1850 non- salariés et 9 850 salariés (soit 15% des salariés du secteur en France).
L’entreprise du paysage type compte en moyenne 4,3 salariés et est dirigée par un chef d’entreprise âgé de 45 ans.
Ses salariés sont essentiellement des hommes (89%), âgés de 36 ans qui travaillent à 86% en CDI et majoritairement à temps plein (95%).

La profession est principalement constituée de structures récentes et de petite taille qui devront s’adapter et se préparer à une complexification des techniques du secteur dans les années à venir.

Le nombre d’emplois en Île-de-France stable en 2012
Depuis 10 ans, les entreprises du paysage n’ont jamais cessé de recruter, malgré la crise. Rien qu’en 2012, le secteur a créé 150 emplois nets en Île-de-France. Pascal Bertero confirme : « Le secteur joue la solidarité et maintient ses emplois, qui ont l’avantage d’être non-délocalisables. »
22% des entreprises, malgré le contexte économique tendu, ont des perspectives d’embauche. Continue reading »

avr 282013
 

Parc départemental Jean Moulin - Les Guilands, 93

L’enquête Unep-Ipsos 2013 et une récente étude britannique le prouvent : les espaces verts sont source de bien-être !

Habiter près d’un espace vert rend-il plus heureux ? Si la réponse parait évidente, encore trop peu de données scientifiques venaient le prouver. C’est désormais chose faite grâce à une étude menée par le psychosociologue britannique Mathew White. Publiée dans la prestigieuse revue Psychological Science, ses conclusions corroborent les chiffres de l’enquête Unep-Ipsos 2013 « Jardins et espaces verts : l’exception culturelle française ? » où l’on révélait que 8 Européens sur 10 possédant déjà un jardin, privilégiaient également de vivre à proximité d’un espace vert.

Réalisée auprès de 10 000 personnes sur une durée de 20 ans, l’étude des chercheurs britanniques de l’université d’Exeter met en avant le bien-être indéniable procuré par les espaces verts sur ses riverains. La proximité avec la verdure équivaudrait même à un tiers du bonheur apporté par un mariage ou un dixième du bonheur que procure une embauche !

Ces chiffres ne sont pas surprenants lorsque l’on connait le besoin de vert exprimé par les Européens. En effet, selon la dernière enquête Unep-Ipsos, près de 7 Européens sur 10 choisissent leur lieu d’habitation en fonction de sa proximité avec un espace vert.
Autre fait saillant révélé dans cette enquête : le vert appelle le vert. Ainsi, parmi les Européens possédant déjà un jardin, 8 sur 10 décident de vivre à proximité d’un espace vert au moment d’emménager. Enfin, le contact quotidien avec le végétal est important pour plus de 8 Européennes sur 10 et 7 Européens sur 10.
Si l’enquête Unep-Ipsos révélait que les Français avaient déjà conscience des bienfaits écologiques des espaces verts puisque pour 1 Français sur 2 les jardins sont avant tout bons pour l’environnement, leurs bienfaits sur la santé sont désormais également reconnus.

À l’heure où l’apaisement des tensions, les enjeux de santé publique et l’amélioration du cadre de vie des Français sont au cœur de l’actualité, ces données sont précieuses pour l’ensemble des acteurs qui créent les villes de demain. Les chercheurs britanniques insistent d’ailleurs sur le fait que l’effet des espaces verts peut s’avérer très important sur la collectivité sur le long terme.

Sources :
Enquête Unep-Ipsos, 2013, « Jardins et espaces verts, l’exception culturelle française ? »
Psychological Science, Avril 2013, « Would You Be Happier Living in a Greener Urban Area? A Fixed-Effects Analysis of Panel Data« 

mai 052012
 

marque Expert Jardins

Sur www.expertjardins.com, vous pouvez désormais trouver en 1 clic un professionnel de confiance dans la région Ile-de-France. Faire appel à un Expert Jardins, c’est la garantie de travailler avec un paysagiste compétent et engagé dans une démarche qualité, qui se forme régulièrement, qui établit et respecte les devis en toute transparence et qui agit dans le plus grand respect de l’environnement.

Dévoilée le 1er mars par l’Unep-les entreprises du paysage, la marque Expert Jardins a vocation à devenir un repère pour le public comme pour les collectivités et pour les entreprises. Gage d’un réel savoir-faire, elle apporte une réponse concrète à l’attention croissante que les Français portent à leur jardin. L’enquête Unep-Ipsos 2012, dont les résultats ont été dévoilés à l’occasion du lancement d’Expert Jardins, révèle en effet que la présence d’un jardin ou d’une terrasse est déterminante pour 70 % des Français et 60 % des Franciliens.

Le nouvel allié des Français à la recherche de « vrais pros » pour leur jardin : www.expertjardins.com
Continue reading »

mar 142012
 

Les 42èmes Olympiades des métiers ont démarré partout en France pour plus de 50 métiers. Les candidats de la catégorie « jardiniers-paysagistes » de la région Île-de-France débutent la compétition par la sélection régionale qui a lieu du 14 au 15 mars 2012, à Tecomah (les Loges-en-Josas, département des Yvelines).

Les binômes vainqueurs de jeunes pousses, de 18 à 22 ans, porteront haut les couleurs de leur région lors de la finale nationale du 22 au 24 novembre 2012 à Clermont-Ferrand (Grande Halle d’Auvergne, Cournon). Objectif ultime : représenter la France sur le podium lors de la finale internationale de Leipzig (Allemagne), du 2 au 7 Juillet 2013.

Leur mission ? Se classer parmi les jardiniers-paysagistes les plus talentueux
Les 14 et 15 mars 2012, les jeunes jardiniers-paysagistes issus des établissements de formations agricoles d’Ile-de-France s’affronteront lors d’une sélection régionale pour les 42èmes Olympiades des métiers. Véritable vitrine du secteur, ces « JO » sont l’occasion, pour les jeunes jardiniers, de valoriser leur savoir-faire et leurs talents dans ce beau métier. Car il ne s’agit pas simplement de planter des arbres ! Techniques de végétalisation (terre, gazon, plantation), travail des matériaux (pierres, bois, béton), maçonnerie (dallage, murets…)… les candidats devront réaliser un aménagement paysager complet en binômes, à partir d’un plan à l’échelle. Continue reading »

mar 092011
 

Plus d’un Français sur trois rêve d’un jardin potager ou fruitier. Ce retour au « jardin nourricier » témoigne d’un désir d’authenticité, d’un plus grand respect de la nature et des saisons, et rejoint les attentes de la société pour un développement durable. Tels sont les résultats de la dernière enquête Unep-Ipsos 2011.

L’enquête a été menée par l’institut Ipsos pour le compte de l’Unep-les entreprises du paysage, les 28 et 29 janvier 2011 sur un échantillon de 639 personnes, représentatif de la population française âgée de 25 ans et plus. L’échantillon a été interrogé par téléphone selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille, catégorie d’agglomération et région).

1 Français sur 3 rêve donc d’un jardin « nourricier ».
Ce résultat est à rapprocher d’un des principaux enseignements de l’enquête Unep-Ipsos 2009, qui montrait que le jardin est le lieu d’apprentissage et d’application de « gestes verts » essentiels tels que l’utilisation de techniques de traitement naturelles (binage, désherbage manuel), la récupération des eaux de pluie ou encore le compostage des déchets végétaux – des pratiques plébiscitées par plus de la moitié des Français.

Comme Michelle Obama à la Maison Blanche, les femmes (55%) et les plus de 35 ans sont les plus enclins à rêver d’un jardin fruitier et/ou potager, à la maison comme au travail. Etonnamment, cette aspiration est beaucoup plus fortement exprimée par les habitants du Sud-Est (40%) que leurs voisins du Sud-Ouest (28%).

16% désirent un jardin à l’aspect sauvage, les hommes en tête.
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce concept de jardin n’est pas synonyme de friche ou de terrain abandonné : innovant, il met en œuvre des aménagements paysagers qui préservent la biodiversité. Aujourd’hui, les solutions se multiplient : plantation d’essences locales, lutte biologique intégrée, gestion différenciée… Ce type de jardin à un bel avenir devant lui : il représente un compromis qui permet à la nature de « reprendre ses droits » tout en préservant la vocation esthétique du jardin, avec des besoins en entretien limités.

C’est la révélation 2011 : 15% des Français rêvent d’un jardin zen.
Véritables invitations au voyage, ces jardins japonais associant subtilement jeux d’eau, sable, rochers, graviers et mousses, font davantage rêver les plus jeunes, la moitié de leurs adeptes ont entre 25 et 34 ans !

Avec le Chelsea Flower Show, les Anglais sont connus pour leur folie des jardins. Il semblerait qu’ils aient fait quelques émules en France car 13% des sondés rêvent d’un jardin à l’anglaise. Une aspiration synonyme de position sociale privilégiée : la moitié d’entre eux ont un revenu mensuel supérieur à 3 000 €, 1/4 habitent Paris ou sa proche banlieue et la plupart sont des hauts-diplômés.

En 2007, 16% des Français déclaraient avoir comme idéal un jardin « à la française ». En 2011, ce type de jardin structuré et géométrique n’est plus plébiscité que par 11% de nos concitoyens et reste plutôt l’apanage de la gent masculine à 54% et des plus âgés (45% de ses adeptes ont plus de 65 ans).

Pour 2 Français sur 3, ce sont les éléments naturels (végétal, eau) qui doivent primer dans un jardin.
Pour 1 Français sur 6, la vocation première d’un jardin est d’embellir et de mettre en valeur leur habitation.

1 Français sur 5 rêve, à titre personnel, d’un jardin qui protégerait la nature et la biodiversité.

(Source : enquête Unep-Ipsos 2011, « Le jardin rêvé des Français »)