jan 072013
 

Nouvelles pousses sur mon pied de Zamioculcas zamiifolia, Aracées, plante d'intérieur

Pendant des mois, la potée de Zamioculcas zamiifolia semble végéter et puis d’un seul coup, ce sont plusieurs pousses qui sortent de terre et se dressent au coeur de la touffe. Cet hiver, mon petit pied a pratiquement doublé, remplissant complètement son pot.

Je cultive la forme naine du Zamioculcas zamiifolia, la variété ‘Zamicro’, car après avoir cultivé la forme normale dès qu’elle est arrivée sur le marché, je me suis vite retrouvé envahi par l’énorme potée que j’ai finalement dû donner tellement elle occupait l’espace dans mon petit appartement. ‘Zamicro’ garde vraiment des proportions raisonnables, mais elle pousse quand même, elle s’étoffe. Cet hiver, sept nouvelles pousses sont sorties de terre simultanément. Un rempotage s’impose !

jan 052011
 

Dix ans après l’introduction de Zamioculcas zamiifolia, qui a connu un succès extraordinaire, son petit frère ‘Zamicro’ est arrivé en 2007 sur le marché des plantes d’intérieur. Une copie en tous points conformes, mais avec un format plus réduit.

Plante verte d'intérieur

Zamioculcas zamiifolia ‘Zamicro’, photo DR

Le lancement du minicultivar ‘Zamicro’ a eu lieu en août 2007. La plante a connu immédiatement un immense succès dû principalement à son format compact et son look très graphique. Les tiges ne dépassent pas 40 centimètres de hauteur, la croissance est plutôt lente. La plante possède les mêmes caractéristiques que son grand frère (feuillage persistant brillant, tiges renflées à la base, port en touffe évasée, aspect très exotique et graphique), hormis son feuillage plus fin.

Plante verte d'intérieur

Zamioculcas zamiifolia ‘Zamicro’, photo DR

Les soins à porter au ‘Zamicro’ sont aussi simples que pour la forme type :
– Installer la potée dans un emplacement lumineux non ensoleillé, éventuellement dans un endroit moins lumineux, mais dans ce cas la croissance est beaucoup plus lente voire pratiquement nulle.
– Arroser d’un peu d’eau quand la surface de la terre du pot sèche en surface. Sauter ou oublier un arrosage ne pose pas de problème avec cette espèce, bien au contraire. Le Zamioculcas est une plante succulente, possédant des réserves d’eau dans la tige renflée à la base qu’elle utilise afin de survivre en période sèche. Un excès d’arrosage provoque la pourriture des racines et du collet. Sinon la tenue de cette plante verte robuste est excellente.
– Une fois par an, doucher la plante pour ôter la poussière qui finit par ternir le joli feuillage vernissé.

Le Zamioculcas zamiifolia ‘Zamicro’ est le plus souvent vendu dans des pots de 10,5 cm de diamètre avec quatre à cinq tiges feuillées qui évoquent des plumes. La hauteur de la plante est d’environ 40 cm. J’ai acheté un pied il y a maintenant plus de deux ans. La plante s’est très lentement étoffée en poussant à peine plus en hauteur.

Plante verte d'intérieur facile à cultiver

Ma potée de Zamioculcas zamiifolia 'Zamicro', janvier 2011, photo Alain Delavie

Je l’ai rempotée il y a moins d’un mois maintenant car les grosses racines occupaient tout le volume du pot. Mais l’encombrement de ma potée reste très limité, contrairement à l’espèce type que j’ai cultivée pendant de nombreuses années et dont j’ai du me séparer car la potée occupait une surface d’un mètre carré, ce qui était bien trop dans mon petit appartement parisien. Avec le Zamicro, la place n’est plus un problème !

Si je ne devais garder qu’une seule plante d’intérieur (j’aurai vraiment énormément de mal à me limiter à une plante !), ce serait sans hésiter le Zamicro.
Facile à cultiver, jamais malade, élégant, original, très graphique… Que des qualités.

août 222008
 

Petite visite hier chez Truffaut quai de Seine (Paris 13ème) pour découvrir le festival des plantes d’intérieur. Une offre large de végétaux d’intérieur y est présentée, avec notamment de superbes sujets de zamioculcas (Zamioculcas zamiifolia) trop rarement proposés.Cette plante verte apparue depuis une dizaine d’années dans les points de vente de jardinage est le plus souvent vendue en petites potées, avec deux ou trois feuilles. Il faut dire que son prix, même quand elle est encore très jeune, reste élevé par rapport à d’autres plantes d’intérieur tel le Ficus benjamina ou le philodendron (Monstera deliciosa). La croissance du zamioculcas est lente, je suppose qu’elle est la cause de ce prix si élevé.
Sinon, c’est une plante on ne peut plus facile à vivre, le seul danger étant juste de trop l’arroser. Elle déteste les excès d’arrosage et le terreau toujours détrempé. Autre atout important, elle ne demande pas beaucoup de lumière. Il faut absolument lui éviter le soleil direct qui brûle les folioles vernissées (une foliole, c’est ce qui ressemble à une feuille et qui n’est en fait qu’une partie de la grande feuille découpée en nombreuses folioles portées par une tige très épaisse et succulente).
Si vous réussissez le spatiphyllum ou le philodendron, vous obtiendrez sans problème de très belles potées de zamioculcas. Et pour les plus pressés, c’est le moment d’aller choisir des gros sujets (attention, il faut débourser plus de 100 euros, c’est un investissement quand même).Il m’a fallu presque 7 ans pour obtenir cette belle potée (1 m de diamètre au niveau du feuillage) chez moi, en partant d’un petit pied qui n’avait que trois feuilles d’environ 50 cm de hauteur. Et chaque année elle me donnait des fleurs verdâtres en été, qui apparaissaient à la base des feuilles. Mais j’ai dû la donner tellement elle prenait de la place chez moi dans la salle à manger.
Tout ça pour dire que le zamioculcas est une excellente plante d’intérieur, avec un port et un feuillage particuliers qui conviennent parfaitement aux intérieurs contemporains et aux jardiniers un peu négligeants…