mar 072013
 

Touffe d'hémérocalle en fin d'hiver dans le square Henri Collet, Paris 16e (75)

Au fil des années, les touffes d’hémérocalle s’étoffent et s’épaississent en produisant des rejets de part et d’autre. Quand les nouvelles feuilles sortent au printemps, on repère facilement les rejets que l’on peut diviser assez vite avec quelques coups de bêche.

Touffe d'hémérocalle en fin d'hiver dans le square Henri Collet, Paris 16e (75)

Avec une touffe, vous pourrez vite faire plusieurs pieds qui ne demanderont qu’à pousser et prendre de la force si vous les replantez dans un sol bien ameubli et enrichi en compost. Chaque pousse séparée doit avoir ses propres racines pour repartir.

Touffe et rejets d'hémérocalle en fin d'hiver dans le square Henri Collet, Paris 16e (75)

  4 Responses to “Diviser les hémérocalles”

  1. les hémérocalles de base poussent n’importe où .j e n’aime pas du tout leurs pétales ternes orange , heureusement le feuillage est joli, il décore bien le pied de certains rosiers . J’ai essayé pls fois de cultiver d’autres variétés , au coloris jaune clair par ex , impossible . Ces hémérocalles ont elles des besoins particuliers ?
    peut être beaucoup de soleil , que je n’ai pas bcp ?

  2. elles ont sorti leurs feuilles il y a déjà un mois, j’étais sidérée ! je sens que je vais diviser, oui oui !!!

  3. Quoi de plus coriace et rustique que l’hémérocalle ?

  4. Quand ils se sont mélangés avec les iris, c’est un combat un peu difficile à mener, leurs racines jaune vont partout, surtout quand il s’agit d’hémérocalles orange basiques !
    Bien le nouveau blog…
    Bonne journée

 Leave a Reply

(required)

(required)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>