avr 252010
 

Pas facile de photographier cette petite bête qui se sauve très vite et se dissimule dans les coins les plus sombres de mon aquarium. Par chance, j’ai pu faire cette photo, quand le crustacé a bien voulu cesser de bouger, sur le bout d’une feuille.

Écrevisse naine dans nano aquarium

Cambarellus patzcuarensis var Orange sur une feuille de cryptocoryne dans mon aquarium, avril 2010, photo Alain Delavie

En pleine forme, bien colorée et très dynamique la CPO !

avr 222010
 

On ne les voit presque jamais à l’air libre, seules leurs déjections se repèrent sur les terres laissées à nus. Précieux aides pour les jardiniers et la nature d’une manière plus générale, les vers de terre travaillent et améliorent le sol à longueur d’année ou presque.

Les jardiniers de l'ombre

Turricules de vers de terre dans un potager, photo Alain Delavie

Il existe trois grands types de vers de terre :
– Les épigés qui vivent en surface sur le sol, sous les feuilles ou dans les tas de fumiers ou de compost.
– Les anéciques, de grande taille, qui creusent des galeries plus ou moins verticales dans le sol à la recherche de nourriture qu’ils trouvent plutôt en surface.
– Les endogés, plus petits, qui vivent en profondeur dans la terre et se nourrissent de matières organiques déjà incorporées au sol.

On compte en moyenne environ une tonne de vers de terre par hectare, soient 1 à 4 millions d’individus. Plus un sol est piétiné et tassé, moins il contient de vers de terre.

Les jardiniers de l'ombre

Turricules de vers de terre dans un potager, photo Alain Delavie

Ce sont les anéciques qui forment les turricules, ces petits monticules visibles sur le sol par endroit. Ces amas sont en fait les déjections des lombrics. Ils sont constitués de terre enrichie en matières organiques (environ 50 % de plus que le sol non digéré par les vers), avec une activité biologique plus intense car nombre des bactéries présentes dans les tubes digestifs des vers de terre sont éjectées avec les excréments terreux.

Les turricules contiennent :
7 fois plus de phosphate que le sol non digéré,
10 fois plus de potasse,
5 fois plus d’azote,
3 fois plus de magnésium…

Sur une surface d’un demi-hectare, les vers peuvent déposer entre 10 et 15 tonnes de turricules.

Les rôles des vers de terre :
– Ils accélèrent la décomposition de la matière organique et favorisent son incorporation dans le sol,
– Ils aèrent le sol en creusant des galeries verticales et accroissent sa porosité,
– Ils déplacent et remontent des éléments nutritifs qui avaient été lessivés dans les couches plus profondes du sol,
– Ils accroissent la capacité d’enracinement des végétaux dont les racines peuvent emprunter les galeries creusées et se faufiler dans les différentes couches du sol,
– ils servent de nourriture à d’autres animaux, notamment les oiseaux.

Pour favoriser la présence et l’activité des vers de terre, il faut :
– Faire des apports réguliers d’amendements organiques pour enrichir la terre en humus,
– Éviter l’emploi du motoculteur et le retournement du sol,
– Pailler le sol pendant la belle saison,
– Éviter l’emploi de traitements chimiques sur et dans le sol.

Des vers de terre dans les potées et les jardinières ?
Contrairement à une idée reçue encore trop fréquemment avancée, les lombrics ou gros vers de terre ne mangent pas et ne coupent pas les racines des plantes. Ils sont capables de déplacer des montagnes de terre (sans pour autant vous retourner votre potée, rassurez-vous), mais ils ne s’attaquent pas aux végétaux en bonne santé. Seules les matières organiques en décomposition les intéressent.
Dans une grosse potée ou une jardinière volumineuse remplies de plantes vivaces ou d’arbustes et qui restent en place plusieurs années de suite, les vers de terre améliorent aussi la structure du sol et facilitent l’arrosage en profondeur des végétaux. Inutile de les enlever !

mar 302010
 

J’ai beau savoir que la mue est un phénomène normal au cours du développement des crevettes et des écrevisses naines, quand elle se produit, cela fait toujours un choc de découvrir une carapace vide flottant dans l’aquarium.

Crustacé d'eau douce

Mue d'une écrevisse naine (CPO) dans mon aquarium, mars 2010, photo Alain Delavie

Et c’est encore plus surprenant de voir comment les autres écrevisses se précipitent sur cette carapace abandonnée et la mettent en pièce, la dévorant en un rien de temps. Il faut dire que mes petits crustacés, des Cambarellus patzcuarensis var ‘Orange’, se sont bien habitués à leur domaine. Mes écrevisses naines se montrent plus souvent, accourent même quand je donne quelques flocons ou granulés de nourriture. Et souvent ce petit monde se chamaille à coups de pince pour s’approprier la nourriture. Très drôle de voir aussi les rencontres de deux individus, toutes pinces dressées, et les sauts vifs effectués quand l’un des deux agresseurs se fait trop insistant.

J’ai supprimé le chauffage dans l’aquarium, l’eau est dorénavant à la température de la pièce, autour de 20 à 21 °C. Cela facilite beaucoup les changements d’eau.

mar 112010
 

J’ai enfin reçu mes deux couples d’écrevisses naines (Cambarellus patzcuarensis var. orange) ou « CPO ». Des petits bijoux arrivés sans encombre il y a quelques jours malgré un temps de voyage très long.

Cambarellus patzcuarensis var. orange

Arrivée des écrevisses naines (CPO) chacune dans une petite boite, acclimatation avant le lâcher, photo Alain Delavie

Le colis est encore une fois resté bloqué à la Poste pendant plus d’une semaine, le temps que je reçoive l’avis de passage, envoyé sous enveloppe par courrier alors qu’il aurait été tellement plus simple de le laisser dans la boite aux lettres le jour du passage. Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ! Et le courrier a mis un temps fou pour arriver. Lamentable.

J’ai commandé mes deux couples d’écrevisses naines chez Zooplus. Je l’ai attendu longtemps car les températures extérieures négatives ont empêché tout envoi en janvier et en février. Rien à dire sur le colis, les animaux sont arrivés chacun dans un petit récipient soigneusement calé dans le carton. Et malgré la semaine d’isolement dans des conditions difficiles, les animaux ont bien résisté et se portent très bien. Une chance !

Écrevisses naines

Arrivée des écrevisses naines (CPO) chacune dans une petite boite, acclimatation avant le lâcher, photo Alain Delavie

À leur arrivée, j’avais pris la précaution de laisser tremper les boites avec les écrevisses à la surface de l’aquarium le temps que l’eau des contenants soit à la même température que celle du bac. J’ai alors libéré mes quatre miniatures qui se sont immédiatement faufilées parmi les plantes. Je ne les ai plus vues pendant quelques jours car l’aquarium est densément planté et les cachettes ne manquent pas.

Cambarellus patzcuarensis var. orange

Écrevisse naine (CPO) sur le feuillage d'un pied d'Anubias, photo Alain Delavie

Mais depuis quelques jours je les aperçois plus souvent. Une, puis deux, trois… Je n’ai pas encore vu les quatre d’un seul coup, mais celles qui se montrent en pleine lumière ont de belles couleurs orange et semblent en pleine forme. Elles s’enhardissent de plus en plus et prennent possession de leur nouveau territoire.

Cette espèce d’écrevisse de la famille des Cambaridés mesurent jusqu’à 4 cm pour les femelles et 3 cm pour les mâles. Cette mutation orange a été obtenue chez un éleveur. L’espèce naturelle ne possède pas cette couleur si éclatante, elle est brune à brun doré. Dans la nature, on la trouve au Mexique, dans le lac du cratère du Pátzcuaro dans l’état du Michoacán. Elle supporte une eau douce à légèrement alcaline, avec des températures comprises entre 10 et 25 °C.

Mes quatre spécimens sont plus gros que les crevettes que j’ai gardées plusieurs mois, mais elles sont quand même riquiqui. Parfaites pour l’aquarium nano cube 30 litres (Dennerle) !

fév 122010
 

Le marché des invertébrés d’eau douce a le vent en poupe et remporte déjà un grand succès auprès des particuliers, qui sont de plus en plus nombreux à adopter des écrins de verdure aquatique pour orner leurs pièces à vivre.

TRUFFAUT Ivry-sur-Seine (94) vous invite à découvrir dans son magasin les 13 et 14 février, la nouvelle fascination pour ces univers aquatiques miniatures très tendance, en recréant des paysages subaquatiques tropicaux à couper le souffle. Truffaut vous émerveillera en vous proposant d’admirer les nouvelles reines de l’aquariophilie : crevettes, écrevisses et autres invertébrés aux couleurs flamboyantes et au comportement intrigant.

Jardin aquatique miniature

Aquarium nano cube, photo Truffaut

Le programme :
Samedi 13 février 2010

Toute la matinée à partir de 10 h 00, assistez à une démonstration de jardinage aquatique, « l’aquascaping », par un expert plusieurs fois primé,
De 14 h 30 à 16 h 00, concours d’aquascaping dans un nano aquarium Dennerle de 60 litres ou un Osaka 155,
17h00, délibération du jury et résultats.

Dimanche 14 février 2010
10h00, conférence sur les crevettes au Vietnam par Andréas Karge,
11h00, conférence sur le milieu naturel des crevettes en Chine par Werner Klotz,
15h00, conférence sur les crevettes du Sulawesi par Werner Klotz,
17h00, bourse aux invertébrés.

Rendez vous chez Truffaut Ivry-sur-Seine,
5, rue François Mitterrand,
94200 Ivry-sur-Seine.
Tél. : 01 56 20 29 30.