mar 262014
 

Crevettes Amano sur Aegagropila linnaei, Jardinerie Botanic Gaillard, Haute-Savoie
Ne pouvant plus arriver à me débarrasser des algues vertes filamenteuses qui poussent à foison dans un de mes nano aquariums, j’ai fini par acheter trois crevettes d’Amano, réputées grosses consommatrices d’algues. Mais après quelques semaines, le résultat n’est pas suffisant. Je ne suis pas déçu pour autant car j’ai découvert cette espèce robuste, très remuante et facile à observer.

Crevettes Amano et Aegagropila linnaei, Jardinerie Botanic Gaillard, Haute-Savoie Continue reading »

jan 262014
 

Nanoaquarium, Paris 19e (75)
J’ai refait complètement le nano aquarium de mes rasboras moustiques (Boraras brigittae) où la mousse de Java, les algues vertes filamenteuses et les lentilles d’eau avaient un peu trop proliféré. J’en ai profité pour diviser ma belle cryptocoryne (Cryptocoryne wendtii ‘Brown’) et pour lui donner plus d’espace.

Nanoaquarium, Paris 19e (75)
Pour le moment, le bac est un peu dénudé. Mais dans un nano aquarium, il est préférable de planter léger, car l’espace est vite rempli.

Les lentilles d’eau devraient rapidement occuper toute la surface donnant une ambiance plus tamisée au décor. Les espèces choisies pour planter cet aquarium n’ont pas besoin d’une forte lumière qui provoque une forte croissance des algues filamenteuses. Et chaque petit pied de la cryptocoryne aux jolies feuilles ondulées bronze que l’on voit au premier plan des photos devrait s’étoffer au fil des semaines. J’avais acheté un pied, j’ai pu le diviser en quatre, certaines des petites touffes étant composées de plusieurs rejets.

Encore trois autres bacs à refaire complètement…

août 222013
 

Couple d'Heterandria formosa dans un nano aquarium, Paris 19e (75)
Le poisson moustique (Heterandria formosa) est tout petit et vif comme l’éclair. Donc difficile à prendre en photo. C’est pour cela que je ne vous en ai peu parlé jusqu’à présent, mais cette fois-ci j’ai pu photographier mon couple de poissons dans son nano aquarium.

La photo n’est pas terrible car les parois de l’aquarium reflètent le décor et la lumière environnante. Mais au centre de ce petit aquarium, près de la base du filtre situé à gauche, vous pouvez apercevoir madame sur la gauche et monsieur poisson moustique un peu plus à droite en biais. Des miniatures, effrayées au moindre mouvement et promptes à décamper !

Si vous regardez un peu plus en haut au centre, sous la feuille la plus élevée de la cryptocoryne, vous apercevez un de leurs bébés. Déjà grand (tout est relatif !), car c’est le premier né, au début de l’été. Il y en a trois autres plus petits. La famille s’agrandit régulièrement, mais lentement, la femelle ne donnant naissance qu’à un alevin à la fois, déjà assez grand proportionnellement aux adultes. Capable de se nourrir tout seul et de se débrouiller sans être agressé par les autres occupants du bac.

Ces poissons ne sont pas très colorés, mais ils sont faciles à élever, robustes et peu encombrants. Au fil des jours, ils ont fini par s’habituer à ma présence, surtout le matin quand je viens leur donner à manger. Ils sont alors moins farouches.

juin 092013
 

Quelques nouvelles de mes nano aquariums où la population s’est beaucoup agrandie ces derniers temps. Nouveaux poissons, nouveaux escargots, naissances… Mon petit monde aquatique prolifère !

Depuis peu, j’ai fait l’acquisition d’un trio de poissons moustiques : Heterandria formosa (couple en photo ci-dessus). Cette espèce est une des plus petites parmi les poissons vivipares (qui ne pondent pas des oeufs, mais donnent naissance directement à des jeunes poissons). Le mâle ne dépasse pas 2 cm de longueur, la femelle peut atteindre jusqu’à 3,5 cm de longueur. Des miniatures !Ce sont des poissons originaires d’Amérique du Nord, plus exactement des États-Unis, en Floride, Caroline du Nord et Caroline du Sud.
Je les ai installés dans un nano aquarium densément planté de Ceratophyllum demersum et de boules d’algue (Aegagropila linnaei ex Cladophora aegagropila). Ce sont les seuls poissons pour ce petit bac. La seule compagnie, ce sont des escargots. Des physes venues avec les plantes et deux planorbes à pied rouge et coquille orange achetés avec les poissons.

Continue reading »

mai 132013
 

Cornifle (Ceratophyllum demersum) dans un nano aquarium, aquarium d'eau douce, Paris 19e (75)

J’aime les aquariums autant pour les animaux que pour les plantes qui peuvent y vivre. Chacun de mes bacs est avant tout un petit jardin où je cultive différentes espèces de plantes aquatiques, choisies selon mes goûts, mais aussi (et surtout !) selon les dimensions des aquariums, la qualité de l’eau, l’éclairage et la température de l’eau. Et selon les arrivages, car il faut parfois beaucoup chercher et attendre pour trouver certaines plantes. Aujourd’hui je vous présente la cornifle (Ceratophyllum demersum).

Cornifle (Ceratophyllum demersum) dans un nano aquarium, aquarium d'eau douce, Paris 19e (75)

Cette plante aquatique cosmopolite a des grandes tiges fines qui flottent dans l’eau, remuant au gré des courants. Elle peut vivre aussi bien en flottant, sans aucune attache, ou fixée dans le sol où elle se maintient grâce à des rhizoïdes, des organes d’ancrage. Sous un éclairage puissant, sa croissance est très rapide. Les pousses s’allongent et se ramifient à vue d’oeil. Il faut souvent intervenir pour contenir son développement vigoureux en taillant les tiges trop longues. Les pousses coupées peuvent être replantées dans le même bac ou dans un autre aquarium.

Continue reading »

mai 082013
 

Combattant sélection (Betta splendens) dans un nano aquarium avec Anubias et Limnobium laevigatum, Paris 19e (75)

Mon combattant a pris la pose suffisamment longtemps et pour une fois au milieu de son aquarium, ce qui m’a permis de le prendre en photo sans trop de flou. L’occasion d’admirer ses voiles immenses bleu azur et orange métallisé.

J’avais une image pas très flatteuse de cette espèce de poisson dont je voyais de nombreux exemplaires inertes dans leurs minuscules boites aquariums dans les magasins d’aquariophilie. Mais quand on place ce poisson dans de bonnes conditions, avec des plantes, un volume d’eau pas trop restreint et une lumière tamisée, il devient beaucoup plus intéressant à observer et très vivant. Il s’habitue vite à son soigneur et vient le voir en faisant des « grâces » devant lui. Plutôt sympathique, rien à voir avec la sardine écervelée. Il sait très vite où on va lui donner à manger, bref il s’apprivoise plutôt bien. Et il est facile à maintenir. Et quand on reste à le regarder évoluer dans son bac, les irisations variables de ses voiles et les circonvolutions qu’il effectue donnent un spectacle plutôt captivant.