oct 312011
 

Mauvaise herbe (graminée) dans une jardinière en automne dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Quelques jardinières installées sur les tombes du cimetière du Père Lachaise, mais délaissées, ont été envahies par une petite mauvaise herbe, une graminée, qui prend des teintes extraordinaires en automne, mélange de flammèches pourpres et de couleur paille. Magnifique, tout simplement !

Adventice (graminée) dans une jardinière en automne dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Mauvaise herbe (graminée) dans une jardinière en automne dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Continue reading »

août 292011
 
Art urbain et mauvaise herbe dans le passage des Abbesses, Paris 18e (75)

Art urbain et mauvaise herbe dans le passage des Abbesses, Paris 18e (75), 28 août 2011, photo Alain Delavie

Rencontre insolite entre une mauvaise herbe et un collage de Fred Le Chevalier dans le passage des Abbesses, Paris 18e (75).

Si vous aimez l’art urbain, l’art de la rue, le détour par le passage des Abbesses s’impose…
Les oeuvres sont éphémères, d’une visite à l’autre elles changent. Les mauvaises herbes aussi 😉

Le blog de Fred Le Chevalier
Fred Le Chevalier sur Facebook.

août 222011
 

Les plantes poussent parfois dans les endroits les plus improbables dans la ville. Parfois sur un mur, dans une gouttière, sur le toit, dans la moindre fissure du trottoir ou de la chaussée… La nature a vite fait de tenter de reprendre ses droits sur notre univers bétonné de citadin. En voici un autre exemple vu dans le 20e arrondissement, avec une plaque fermant une ouverture de cave.

Mauvaises herbes sortant d'une plaque fermant une ouverture de cave, Paris 20e (75)

Mauvaises herbes sortant d'une plaque fermant une ouverture de cave, Paris 20e (75), août 2011, photo Alain Delavie

Je ne pouvais pas passer sans photographier ce prodige de Dame Nature !
Trop mignonnes ces petites pousses qui s’échappent par les quelques orifices de la plaque fermant un accès vers une hypothétique cave parisienne.

juil 072011
 
Prêle des champs (Equisetum arvense)

Prêle des champs (Equisetum arvense), photo Alain Delavie

Dans un jardin, la prêle est une mauvaise herbe particulièrement difficile à éliminer et à éradiquer. Mais c’est aussi une plante aux vertus reconnues qui permet de faire des décoctions et des extraits fermentés très utiles pour dynamiser les plantes du jardin et prévenir les maladies cryptogamiques.

Prêle des champs (Equisetum arvense)

Prêle des champs (Equisetum arvense), photo Alain Delavie

Prêle des champs (Equisetum arvense)

Prêle des champs (Equisetum arvense), photo Alain Delavie

Continue reading »

mai 142011
 

Cette fleur sauvage présente pratiquement partout en France est aussi appelée faux réséda, réséda bâtard ou mignonnette.

 

Réséda jaune (Reseda lutea)

Réséda jaune (Reseda lutea) accroché sur un mur à Suresnes (92), mai 2011, photo Alain Delavie

Une autre fleur des murs, qui s’accroche aussi bien aux pierres que la ruine de Rome (Cymbalaria muralis). Une mauvaise herbe le plus souvent quand elle s’invite dans les jardins, même si sa floraison est plutôt élégante et pas inintéressante.

Réséda jaune (Reseda lutea)

Réséda jaune (Reseda lutea) accroché sur un mur à Suresnes (92), mai 2011, photo Alain Delavie

Continue reading »

mai 132011
 

Pour vous permettre de participer plus facilement à l’observatoire Sauvages de ma rue et à l’observation des plantes que l’on peut rencontrer en ville, un petit ouvrage vient d’être publié : Sauvages de ma rue Guide des plantes sauvages des villes de la région parisienne.

(Format : 12 x 18 cm, 256 pages, 10 euros)

Cet ouvrage présente les 100 espèces de plantes sauvages les plus répandues dans les espaces publics des villes et villages de la région parisienne (dans les rues, les parcs, les chemins, etc.).

Chaque espèce est décrite d’une façon claire, sans terme technique, afin que tout citadin, sans aucune formation en botanique, puisse apprendre à identifier celles qui poussent autour de chez lui. Les descriptions sont assorties de photographies. Des informations sont fournies sur l’écologie de ces espèces (les endroits où on les trouve préférentiellement) ainsi que leur usage alimentaire ou médicinal.

Le lecteur sera peut-être surpris de constater à quel point ces plantes, considérées pour la plupart comme des mauvaises herbes, possèdent des vertus oubliées.

Ce catalogue de référence unique des plantes sauvages qui peuplent les villes de la région parisienne permet non seulement aux citadins de reconnaître les plantes qu’ils croisent quotidiennement dans leur rue, aux pieds des arbres, sur les trottoirs et dans les pelouses, mais leur donner également la possibilité de participer à l’inventaire de la flore des villes organisé par le Muséum National d’Histoire Naturelle et l’association Tela-Botanica, dans le cadre du programme Vigie Nature.